Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Amin Fassi-Fihri
  • mercredi 9 août 2017 10:01

Maroc: Décès de Imad Attabi, 25 ans, militant du Hirak, blessé dans des manifestations Al Hoceima

 

 Le jeune militant du mouvement rifain ''Hirak'' Imad Attabi (25 ans) est mort mardi  dans un hôpital militaire à Rabat. il avait été blessé à la tête lors de la manifestation du soutien aux prisonniers du Hirak du 20 juillet à Al Hoceima, violemment réprimée par les services de sécurité, déployés en force dans la ville.

  

Selon un communiqué du procureur du roi, Imad Atabi est mort mardi à l'hôpital militaire de Rabat. ''"Suite au communiqué publié par le parquet général près la Cour d’appel d'Al Hoceima datant du 21 juillet 2017 à propos de l’affaire de M. Imad Attabi, qui était grièvement blessé au niveau de la tête et transféré à l’hôpital militaire de Rabat pour recevoir les soins nécessaires, le procureur général du Roi près la Cour d’appel d’Al Hoceima annonce que le concerné est décédé ce mardi dans l’hôpital précité".

 Le procureur du roi au tribunal de première instance d’Al Hoceima avait chargé la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) d’ouvrir une ''enquête pour élucider les circonstances de cet incident, déterminer les responsabilités et prendre les mesures juridiques qui s’imposent'', ajoute le même communiqué. C’est la BNPJ qui avait été chargée de montrer des dossiers à charge contre les militants du Hirak, dont Nasser Zefzafi, leader du mouvement.

 

Violents affrontements

 

Le 20 juillet dernier, à l'appel d'ONG et de partis de la gauche marocaine, et en dépit de l'interdiction de la marche de soutien aux militants emprisonnés du Hirak, des dizaines de milliers de personnes avaient convergé jeudi 20 juillet vers Al Hoceima. Autant des villes et villages environnants, que de tout le Maroc, en soutien aux militants emprisonnés du 'HIrak'' et pour demander leur libération et la fin de la répression dans le Rif.

 De leur côté, les forces de sécurité, policiers, forces auxiliaires (une sorte de gardes communaux, les fameux M'khaznia) et gendarmes avaient été déployés en grand nombre dans et autour d'Al Hoceima.

 Au cours de cette manifestation organisée en commémoration de la bataille d'Anoual (juillet 1921) menée par le rifain Abdelkrim Khattabi, il y a eu des affrontements, des jets de grenades lacrymogènes, des manifestants violemment chargés par les forces de sécurité. Il y a eu également de nombreux blessés, évacués à l'hôpital de la ville. Mais, l'un d'entre eux, l’activiste Imad Attabi, avait été grièvement atteint à la tête, et transporté à l’hôpital militaire de Rabat.

 Une source au sein de cet hôpital avait confié à ''Alyaoum 24'', que ''son rythme cardiaque est très faible'' et ''qu’il respire à l’aide d’appareils médicaux d'assistance respiratoire''.  Atabi ''est en salle de réanimation et se trouve dans un état comateux. Son état est très grave'', ajoute la même source.

 Âgé de 25 ans, Imad Atabi, avait été évacué dans la nuit de jeudi à vendredi (20-21 juillet) à bord d’un hélicoptère du ministère de la Santé depuis l’hôpital Mohammed V d'Al Hoceima où il a été admis en urgence suite à une blessure à la tête près de la place Mohammed VI, lors d'affrontements entre manifestants et policiers. 

 

Le roi défend ses policiers

 

Citant les autorités locales, l'agence officielle ''MAP'' avait rapporté vendredi 21 juillet qu’''une personne se trouvant dans un état comateux et portant une blessure au niveau de la tête due, selon les premières données, à des jets de pierres, a été transférée, jeudi soir, dans des circonstances indéterminées à l'hôpital Mohammed V à Al Hoceima''.

 La préfecture de la province d’Al Hoceima avait fait état de 83 personnes blessées, dont ‘’72 éléments des forces de l’ordre et 11 manifestants’’. Des sources locales proches des organisateurs de la marche, indiquent que de nombreux blessés n'ont pas été évacués vers les structures sanitaires, de peur d'être arrêtés.

 Dans son discours le 30 juillet dernier commémorant son accession au trône, le roi Mohamed 6 avait défendu l’approche sécuritaire de la crise sociale et politique dans le Rif, à la suite de la mort atroce d’un poissonnier, broyé dans une benne à ordures, alors qu’il tentait de sauver sa marchandise, saisie par la police. 

Imputant en partie cette crise à l’impassibilité des partis politiques, il a affirmé : ‘’devant ce vide regrettable et dangereux, les forces publiques, qui se sont trouvées face à la population, ont assumé leur responsabilité avec courage, patience, retenue et ont fait preuve d’un grand respect de la loi. Elles ont ainsi préservé la sécurité et la stabilité'', avait estimé le roi du Maroc dans son discours. 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : "La situation risque de devenir, à très court terme, économiquement ingérable et socialement explosive" - Elyes Jouini

 La Tunisie "prise dans un tourbillon destructeur de valeur" connait un dérapage budgétaire qui nécessite des emprunts de plus en plus lourds ce qui monopolise la capacité financière des banques et étouffe l'investissement, estime l'ancien ministre des réformes économique et actuel vice-président de l'Université Paris-Dauphine Elyes Jouini.

Algérie – Le retour d’Ouyahia pourrait se traduire par une relance des privatisations

  A l’arrêt depuis 2007, le processus de privatisations des entreprises publiques va-t-il être relancé par Ahmed Ouyahia? La loi de finances 2018 pourrait remettre au gout du jour le très controversé art 66 de la LF 2016.

Algérie- Trois arrêtés vont fixer le mode d'emploi de la pêche et la commercialisation du corail

Trois (03) arrêtés interministériels devant relancer la pêche au corail à travers le littoral seront "prochainement" promulgués pour fixer toutes les procédures juridiques et mesures relatives à l'exploitation de cette ressource maritime, au traitement et à la traçabilité des quantités pêchées jusqu'à la commercialisation.