Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

Algérie: Les actionnaires Ameyar contestent la cessation de parution du quotidien "La Tribune"

Les héritiers Ameyar, principaux actionnaires de la SARL omnium Maghreb presse, éditrice du journal "La Tribune", contestent la décision de cessation de parution de ce quotidien, prise mercredi par deux autres actionnaires, a déclaré jeudi à l'APS la veuve de Kheiredine Ameyar.

 


"Nous contestons la décision portant cessation de parution du journal et nous exprimons notre solidarité avec le personnel", a indiqué la veuve Ameyar qui a qualifié la mesure d'"illégale" compte tenu, a-t-elle expliqué, "des parts de chacun des associés dans la SARL".
La Tribune a cessé de paraître depuis ce jeudi suite à la décision de deux actionnaires d’introduire en référé une demande auprès de la justice pour la cessation des activités de la SARL.


"La Tribune doit reprendre. Le titre ne doit pas mourir sur une décision de deux associés minoritaires", a-t-elle ajouté, faisant part de son intention d'"animer incessamment une conférence de presse pour mettre la lumière sur la situation de la SARL".
Dans la nuit de mercredi à jeudi, les héritiers Ameyar se sont dits, à travers un communiqué, "surpris" d'appendre la cessation de parution du journal suite à "une décision de deux autres actionnaires, Tifaoui Cherif et Djerad Djamel", tout en s'interrogeant sur "l'assise légale d'une telle décision".

Les héritiers Ameyar indiquent qu'ils "vont saisir le tribunal de Sidi M'hamed en septembre prochain afin de tenir une assemblée générale extraordinaire pour statuer sur l'avenir rédactionnel mais aussi lancer un audit de la SARL OMP".

De son côté, M. Tifaoui estime qu'il était "impossible" pour le journal de continuer à paraitre, au vu de "la situation financière de la SARL, qui est déficitaire depuis 2002, ainsi que des problèmes d'ordre statutaire".

Le collectif du journal a indiqué, dans un communiqué, qu'il refusait la mise à mort du journal, appelant "les responsables à tous les niveaux à réagir pour trouver une solution permettant au journal de continuer à jouer son rôle de média et de vecteur de l’information".


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • A ma connaissance, un actionnaire même minoritaire peut demander la liquidation judiciaire de la société si elle a mangé les 3/4 de son capital social. Avec des déficits accumulés depuis 2002, la question est comment elle a pu fonctionner jusqu'à maintenant à moins qu'elle n'a été maintenue en survie que par le pouvoir à l'instar des autres journaux étatiques. A moins que les héritiers actionnaires apportent de l'argent frais, cela ne reste que de la gesticulation.

    Rapporter Hayy ibn Yaqdhan vendredi 11 août 2017 08:54
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».