Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Algérie Presse Service
  • samedi 12 août 2017 08:21

Algérie: Mise en place d'une nouvelle stratégie pour le développement des régions frontalières avant fin 2017

Centre ville de Tamanrasser

"Le gouvernement prépare une nouvelle stratégie de développement des régions frontalières et des wilayas déléguées, qui sera mise en place avant la fin de l'année 2017".

 

Le ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a annoncé vendredi à Tamanrasset que le gouvernement comptait mettre en place une "nouvelle stratégie" de développement des régions frontalières avant la fin de l'année 2017, en vue d'insuffler une nouvelle dynamique à ces régions conformément aux instructions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

"Le gouvernement prépare une nouvelle stratégie de développement des régions frontalières et des wilayas déléguées, qui sera mise en place avant la fin de l'année 2017, et ce en application des instructions du président de la République pour le développement de ces régions à travers un programme spécial", a indiqué M. Bedoui qui présidait une réunion consacrée à l'évaluation des projets de développement dans la wilaya déléguée d'In Guezzam en présence du wali de Tamanrasset et des secrétaires généraux de plusieurs départements ministériels.

Le ministre a précisé que ce programme "concernera tous les domaines de développement local", ajoutant que "tous les moyens matériels et humains seront mobilisés à cet effet".

Le premier responsable du secteur a par ailleurs indiqué que les retards enregistrés dans les projets programmés dans la région sont dus à des "défaillances" de certaines entreprises en charge de la réalisation de ces projets.

Répondant aux préoccupations des élus locaux de la wilaya déléguée concernant la prise en charge des "besoins de la communauté algérienne résidant dans les pays voisins, notamment après la fermeture du Consulat d'Algérie à Gao (Nord du Mali), le ministre a indiqué qu'une "réunion sera organisée entre les notables de la région et le ministre des Affaires étrangères à l'effet d'examiner la facilitation des procédures administratives en faveur de cette communauté.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.