Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Maghreb Emergent avec agences
  • samedi 12 août 2017 11:04

Crise libyenne : Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar attendus ce samedi à Moscou

Les deux hommes forts de la Libye lors d'une rencontre à Paris

A l’ordre du jour : les questions relatives à la réconciliation des parties en conflit.  Cette réunion permettra aussi de discuter des "questions relatives à la sécurité nationale, à la lutte contre les groupes terroristes, qui tentent de pénétrer en Libye.

 

Le Président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, et le Commandant de l'Armée nationale libyenne, le Maréchal Khalifa Haftar, sont attendus ce samedi Moscou, a indiqué vendredi, l'agence de presse russe "Interfax russe, citant le président Groupe de contact russe, Lev Dagnov.

"Demain (samedi) à Moscou, le maréchal Khalifa Haftar arrive de Tobrouk et lors de cette rencontre à Moscou, la question de son éventuelle rencontre avec le Premier ministre du gouvernement reconnu (par la communauté internationale, ndlr) Fayez al-Sarraj, sera au menu", a-t-il déclaré à Interfax.

A l’ordre du jour, les questions relatives à la réconciliation des parties en conflit.  Cette réunion permettra aussi de discuter des "questions relatives à la sécurité nationale, à la lutte contre les groupes terroristes, qui tentent de pénétrer en Libye, ainsi que la question des immigrés qui arrivent en Europe et Asie à travers la Libye", a précisé Lev Dagnov. Selon lui, la Russie souhaite "discuter avec toutes les parties du conflit et tenter de les réconcilier".

Al- Sarraj et Haftar s'étaient rencontrés le 25 juillet dernier à Paris. Lors de cette rencontre parrainée par le président français Emmanuel Macron, les deux dirigeants libyens se sont engagés à un cessez-le-feu et au processus de réconciliation nationale en Libye.

Dans une déclaration conjointe, rendue publique à l’issue d’une  rencontre les deux responsables libyens ont affirmé que la solution en Libye "ne peut  être que politique et passe par un processus de réconciliation nationale  associant tous les Libyens".

"Nous nous engageons à un cessez-le-feu et à nous abstenir de tout recours  à la force armée pour ce qui ne ressort pas strictement de la lutte  antiterroriste, conformément à l’accord politique inter-libyen et aux  traités internationaux, et afin de protéger le territoire et la  souveraineté de la Libye, et condamnons fermement tout ce qui menace la  stabilité du territoire", ont-ils affirmé à l’issue de leur rencontre, en  présence du nouveau Représentant spécial du Secrétaire général des Nations  unies, Ghassan Salamé.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».