Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Nadir Allam
  • lundi 28 août 2017 17:38

Algérie - Ouyahia IV, une "réforme" sans contenu et un statuquo persistant (Analyse)

 

 Le mot  "réforme " semble devenu un sésame que tout responsable en mal de popularité ou de vision utilise pour s’attirer les sympathies du "peuple ". Toutefois, ceux qui essaient de lui donner un contenu sont une infime minorité.  Ahmed Ouyahia n’en fait visiblement pas partie.

 

La crise est celle du régime rentier

Dans son discours du 20 aout dernier, le Président de la République a relevé que  "les réserves de change s’érodent " et que "la balance des paiements se dégrade " sans parler de la genèse de cette situation qui remonte en vérité à une crise structurelle "du régime rentier ".

Ainsi, sans trop de surprises, il recommande, pour y parer,  de "mettre en œuvres les réformes économiques nécessaires " sans aucune précision sur les secteurs à toucher, les objectifs et l’agenda. 

Des "reformes nécessaires " que le Gouvernement Ouyahia est appelé à engager, il n’en a donné qu’une vague idée: réhabilitation de la valeur du travail et  amélioration de l’environnement de l’activité économique.

Les imprécisions qui entachent ce discours, pour politiques qu’elles soient, cachent néanmoins une évidence que Ahmed Ouyahia n’est pas du tout censé ignorer : il ne faut pas aller au fond des choses et se contenter de mener des réformes conjoncturelle pour rééquilibrer la balance budgétaire de l’Etat.  Or, relèvent plusieurs observateurs, la crise en Algérie est structurelle et elle a un nom : c’est la crise du régime rentier.

 "Les possibilités de transition institutionnelle à même de permettre de dépasser le fondement rentier du régime de croissance dépendent davantage du contenu des stratégies à l'œuvre que du degré de libéralisation " estime Samir Bellal, professeur d’économie à l’Université de Tizi-Ouzou.

 Plus schématiquement,  il s’agit de régler un certain nombre de questions cruciales : les arbitrages budgétaires, le statut de l’échange marchand, le rôle de l’Etat dans l’économie,  la mobilisation de la force de travail et le mode d’insertion de l’économie nationale dans la division internationale du travail…

 Le nécessaire nouveau contrat social

 Ahmed Ouyahia reconnait que le pays est en crise mais, en dehors des constats conjoncturels et des "calmants " qu’il prescrit au pays de temps en temps, il n’a jamais développé une analyse globale de la situation, encore moins fait étalage de ce qu’il pense être une solution de fond. 

 L’enjeu pour lui est de restaurer les équilibres budgétaires de l’État le temps d’un passage à la tête de l’Exécutif.  Aujourd’hui, il ne s’agit plus de rééquilibrer la balances de paiement en étranglant le commerce extérieur et en adoptant une politique d’austérité, mais d’éviter un naufrage de plus en plus perceptible à l’économie algérienne en l’extirpant de l’impasse du "rentiérisme ".

 "La crise de la rente a une dimension politique-institutionnelle, parce qu’il s’agit, à travers les nécessaires arbitrages dans la répartition, de redessiner la configuration des principaux rapports sociaux, en d’autres termes, la transformation profonde et pour une période durable, des modes de régulation sociale» écrivait Djillali Liabes en 1986 dans les Cahiers du Cread. Il s’agit en somme de redéfinir un nouveau contrat social.

31ans plus tard, l’Algérie est dans la même configuration. Deux séries de réformes ont  été engagées depuis, notamment avec Mouloud Hamrouche et plus tard  avec Mokdad Sifi qui a entrepris la mise en place d’un programme d’ajustement macro-économique et de réforme structurelle avec l’appui du FMI et de la Banque Mondiale. Ces réformes ont toutes été stoppées et le système rentier, reposant sur un contrat tacite de nature clientéliste, demeure toujours intact.  

 "Dans une économie rentière comme la nôtre, l’enjeu essentiel de la quête d’un nouveau modèle économique est de favoriser la création, à l’intérieur de la collectivité nationale, d’un surplus autre que minier, et cela ne peut résulter que d’un compromis politique crédible, dont la mise en œuvre concrète dépend grandement de l’action de l’Etat.  La persistance du statu quo depuis la fin des années 90 est révélatrice de l’incapacité de l’Etat algérien à définir les contours d’un nouveau contrat social en adéquation avec les nécessités du développement économique "analyse Samir Bellal.   

 Ahmed Ouyahia, Premier ministre pour la quatrième fois, peut-il engager ce chantier ? Poser la question est déjà une réponse.

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Je partage totalement l’analyse de Nabil ALLAM au sujet d’Ahmed OUYAHIA que je qualifie personnellement de Premier Ministre trois fois réchauffé avec à son palmarès une longue expérience d’échecs répétés.

    Ahmed OUYAHIA est un mort politique qu’il faut vite enterrer avant que sa déliquescence n’infeste l’atmosphère publique

    J’ajouterai que le duo Etat-politique FLN-RND, chapeauté, d’un coté, par le faux Moudjahid, faux condamné à mort et faux docteur, Sa Suffisance Djamel OULD ABBAS et de l’autre, par le Sieur Ahmed OUYAHIA, grand défenseur de l’oligarchie Made in BASSMA DJAZAIRIA, et souteneur déclaré des véreux ex Ministres que sont Chakib KHALIL et Abdeslam BOUCHOUAREB est un amère et outrageux constat infligé au Peuple, au mythe fondateur de la nation à la promesse faite aux martyres de notre glorieuse guerre de libération, à la démocratie et l’Etat de droit.

    Les jeux sont faits, rien ne va plus dirait le croupier du grand casino national

    Pour conclure, je vais rapporter aux lecteurs une petite anecdote riche d’information et que voici :
    Pour ceux qui suivent la politique française, si officiellement, la démission (le 1er Novembre 1999) de Dominique Strauss-Kahn de son super poste de Ministre de l’Economie, des finances et de l’industrie résultait de sa mise en examen dans l’affaire dite de la MNEF, la réalité est toute autre, car en en fait sa démission résultait d’une guerre souterraine que je lui ai livré depuis juillet 1989 en raison, entre-autres, de son implication dans l’affaire de la liquidation judiciaire abusive et criminelle de mon entreprise d’ingénierie informatique familiale, en 1992.

    Dominique Strauss-Kahn rêvait d’être un jour Président de la République française, son rêve était à porté de main, car il bénéficiait d’une incontestable côte de popularité réconfortée par les sondages

    En 2000, je me souviens lui avoir adressé un courrier un tontiné provocateur dans lequel je lui écrivais ceci :
    « Monsieur l’ex Ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, voici ce que me vaut l’honneur de vous écrire de nouveau :
    Me fiant à l’idée de mes amis qui trouvent que j’ai beaucoup d’idée, j’ai eu l’idée d’un débat d’idée autour du thème ‘’Economie de la misère, misère, de l’économie, de la finance et de l’industrie’’
    Le sujet faisant de vous persona ès qualité toute désignée, voulez vous accepter d’être mon vis-à-vis dans un débat télévisé en direct et sans filets »

    DSK, n’a point répondu, sans doute parce qu’il jugeait que face à lui je ne faisais pas le poids

    Pourquoi je rapporte cette anecdote ?
    Réponse : parce que je demande à Ahmed OUYAHIA d’avoir le courage politique d’accepter de débattre avec moi autour du thème «l’équation gagnante pour réformer l’Algérie »

    AID MOUBAREK A TOUS

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA et les dossiers médicaux électroniques.

    Rapporter GUENZET SOFIANE jeudi 31 août 2017 13:37
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Libye : le HCR dénonce les abus dont sont victimes les réfugiés et les migrants à Sabratha

  Pour le HCR, la situation à Sabratha montre une fois de plus la nécessité d'une action internationale et souligne le prix élevé que doivent payer les réfugiés.

Les énergies renouvelables, une nécessité pour l’économie tunisienne (ministre)

De son côté, la Directrice générale adjointe de la BAD pour la région de l’Afrique du Nord, a souligné que la transition énergétique constitue une opportunité pour l’Afrique.

Le développement de l’agriculture, une solution pour prévenir les conflits (FAO)

 « Le G7 a permis de refocaliser notre attention sur le besoin de rendre les systèmes alimentaires plus durables grâce aux approches territoriales », a déclaré le directeur général de la FAO.