Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

  •   Boualem Alami
  • dimanche 10 septembre 2017 14:53

Maroc: Le Prince Moulay Hicham expulsé de Tunisie pour des raisons ''politiques''

Le prince Moulay Hicham Al Aloui, dit le prince Rouge pour sa farouche opposition au makhzen, a été expulsé de Tunisie samedi. Raisons invoquées: politiques.

 

Le  prince Moulay Hicham a été expulsé samedi de Tunisie où il devait donner une conférence. Selon la presse tunisienne, il se trouvait à la piscine d’un hôtel où il était arrivé samedi lorsque des policiers sont venus lui demander de les accompagner dans sa chambre. Là, ils lui ont  demandé de prendre ses affaires, et a été ensuite emmené au commissariat où son expulsion de Tunisie lui avait été notifiée. Toujours selon la presse tunisienne, il avait été expulsé sur un vol d'Air France vers Paris.  Cependant, le prince marocain avait demandé sans l'obtenir un ordre d’expulsion écrit. La police a accepté cependant de lui expliquer que ''rien ne lui était reproché, si ce n’est que la décision est politique.'' Moulay Hicham Al Aloui devait animer une conférence sur ''la gouvernance et les défis sécuritaires dans trois pays arabes: le Maroc, l’Égypte et le Yémen.'' Cela aurait irrité Rabat, qui aurait demandé son expulsion de Tunisie ? Pourtant, ce chercheur à l'université américaine de Stanford avait une grande estime pour la révolution de Jasmin, qui avait emporté en Tunisie le régime de Benali et fait tâche d'huile dans certains pays arabes, dont le Maroc. Critiquant le régime marocain, il avait estimé que Mohamed VI a abandonné la ''logique démocratique'' et la modernisation pour aller vers un renouvellement de façade avec les islamistes du PJD. Pour Moulay Hicham, ''le palais épuise les élites.'' Dans son livre ''le journal d'un Prince banni'' paru en avril 2014, il avait assuré que la vraie exception politique dans le monde arabe n'est pas le Maroc, mais la Tunisie. ''La vraie exception du monde arabe c'est la Tunisie, et ça le reste. Mais la fascination pour l'autoritarisme dans la région s'est cassée'"', a t-il précisé.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Honte aux dirigeants tunisiens qui ont détourné la révolution du jasmin.Le prince Mouay Hicham dit tout haut ce que tous les marocains pensent tout bas sans oser le dire.Crime de lèse majesté.Le gvt tunisien ne s'honore pas en accédant aux pressions de la monarchie absolue déguisée en démocratie.

    Rapporter Anemlay dimanche 10 septembre 2017 21:17
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.