Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • mardi 12 septembre 2017 12:51

RSF dénonce un "centième jour de détention de trop pour le fixeur algérien Saïd Chitour"

 

 

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) dénonce dans un communiqué rendu public ce mardi, « la détention préventive excessive dont est victime Saïd Chitour. »L’ONG rappelle que cela fait 100 jours que le fixeur, connu pour travailler pour de nombreux médias étrangers, est emprisonné sans jugement. Voici le communiqué:

 

 

Saïd Chitour qui travaille en tant que fixeur pour de nombreux médias internationaux, dont la BBC et le Washington Post, a été arrêté le 5 juin 2017 à l’aéroport international d’Alger par les services de renseignements et placé en détention à la prison d'El Harrach à Alger.

 Il est accusé d’avoir remis des documents confidentiels à des diplomates étrangers, et est poursuivi en vertu de l'article 65 du Code pénal, qui prévoit la « réclusion perpétuelle pour quiconque, dans l’intention de les livrer à une puissance étrangère, rassemble des renseignements, objets, documents ou procédés dont la réunion et l’exploitation sont de nature à nuire à la défense nationale ou à l’économie nationale ».

 

La demande de libération provisoire déposée par son avocat fin juillet a été rejetée. La date de son procès n’a toujours pas été fixée.“Cent jours de détention provisoire, ce sont cent jours de trop, cent jours d’incompréhension et d’injustice car rien jusqu’à présent ne justifie le maintien en prison de Saïd Chitour. Quand le provisoire se prolonge sans motifs, sans date de procès, la détention devient arbitraire, et le principe de la présomption d'innocence est bafoué” déclare l’organisation de défense de la liberté d’information qui réclame sa libération sans délai.

 

La phase d’instruction n’est toujours pas terminée et Saïd Chitour attend toujours de connaître la date de son procès.Dans son rapport “Algérie : la main invisible du pouvoir sur les médias”, l’organisation décrivait l’utilisation abusive de la détention provisoire par les autorités algériennes comme une épée de Damoclès pour les journalistes, journalistes-citoyens et contributeurs de médias.L’Algérie occupe la 134ème place au classement mondial de la liberté de la presse 2017.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • S'il est reconnu coupable, il va écoper de 5 ans ferme, il va passer 5 mois en prison avant d'etre gracié, il va ensuite travailler quelque temps à Doha ou à Abu Dhabi et enfin rappelé pour être installé comme PDG de l'ENTV; comme ce fut le cas pour Ould Kaddour ancien informateur de puissances étrangères et actuel PDG de Sonatrach.

    Alors un peu de patience Chitour, la fin ne sera que plus heureuse :)

    Rapporter Tahat mardi 12 septembre 2017 20:08
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.