Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Novembre 2017

  •   Reuters
  • jeudi 14 septembre 2017 10:18

Tunisie- La loi d'amnistie adoptée, l'opposition dénonce une "réconciliation avec la corruption"

Une manifestation contre la loi dite de réconciliation économique (dr)

 Le Parlement tunisien a approuvé mercredi un projet de loi contesté dans la rue et par l'opposition qui octroie une amnistie aux responsables gouvernementaux accusés de corruption sous l'ancien régime de Zine Ben Ali.

 

 

Proposé en 2015 par le président Beji Caïd Essebsi, le texte a suscité de vives critiques, ce qui a retardé sa présentation devant la Chambre des députés.Lors du débat parlementaire, des députés d'opposition ont chanté l'hymne national dans l'hémicycle en signe de protestation, provoquant une suspension de séance avant de quitter les lieux pour ne pas prendre part au vote.

 A l'extérieur, des dizaines de manifestants s'étaient réunis pour protester eux aussi aux cris de "Cette loi ne passera pas".Le projet initial a été amendé et l'amnistie prévue par la loi dite de "réconciliation économique" ne concerne plus par exemple les hommes d'affaires corrompus s'étant enrichis durant les vingt-quatre années passées au pouvoir par Zine Ben Ali jusqu'à sa chute en janvier 2011.

 "Réconciliation avec les corrompus"

 Mais ses détracteurs estiment qu'il s'agit d'un pas en arrière majeur par rapport aux acquis de la "Révolution de jasmin". "Je vous félicite pour le retour de l'Etat dictatorial et la réconciliation avec les corrompus", a commenté le député d'opposition Ahmed Seddik, élu du Front populaire. "Les Tunisiens ne vous pardonneront pas", a-t-il ajouté.

 Ammar Amroussia, un autre député de l'opposition, a dénoncé une loi qui, a-t-il dit, est un "stade avancé de la contre-révolution".Les responsables gouvernementaux ont fait valoir qu'il était temps de tourner la page et prônent la réconciliation, comme ce fut le cas ailleurs sur le continent africain, dans l'Afrique du Sud postapartheid ou au Rwanda après le génocide de 1994.

 Les élus d'Ennahda et de Nidaa Tounès, favorables au projet, ont rejeté les "méthodes inacceptables" de l'opposition et son "rejet de la démocratie", selon les termes du député Sofiane Toubel, élu Nidaa Tounès. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Elections locales - Le vote a été clôturé, 690 cas d'irrégularités ont été signalés

Selon le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelwahab Derbal, cité par Algérie Presse Service, ces saisines n'avaient aucun impact sur le déroulement des élections locales.

Elections locales - A Boumerdès, les candidats "qui craignent Dieu" sont les plus chanceux

L’affluence dans les bureaux de vote est très importante dans la wilayas de Boumerdès et les électeurs, même s’ils comptent beaucoup sur Dieu, semblent s’inscrire dans une perspective qui consiste à redonner sa dimension citoyenne à l’acte de voter.

Elections locales - Le PT dénonce des dépassements à Guelma et l’agression d’un de ses représentants à Alger

Le Parti des travailleurs a saisi la Haute instance nationale de surveillances des élections et a mobilisé sa base pour contrer ce qu’il appelle les « tentatives de fraude ».