Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • mardi 19 septembre 2017 10:01

Tunisie: Les mises au point politiques du président Béji Caid Essebsi

 

Le président de la république, Beji Caid Essebsi, a estimé que le parti Ennahdha a fait de "grands pas" (vers un parti civil) en séparant la pratique politique du prosélytisme, mais cet effort "reste insuffisant".

 


Dans une interview diffusée lundi soir par la chaine télé nationale Watania 1, il a ajouté que "le mouvement (Ennahdha) avait au moment de la rédaction de la constitution de la deuxième république une orientation différente par rapport à sa politique actuelle favorable à une constitution d'un Etat civil".


Essebsi a précisé, par ailleurs, à propos de sa déclaration selon laquelle il avait "fait une erreur d'appréciation" qu'il pointait en fait du doigt d'autres partis (qu'ils n'a pas nommés) "qui n'étaient pas prêts à accepter l'association du parti Ennahdha au pouvoir".


Le président de la république avait indiqué lors d'un entretien avec le journal Assahafa, du 6 septembre courant, que son parti Nida Tounes "n'avait pas d'autre choix après les élections de 2014 que (de s'associer avec) Ennahdha qui était prête à former un gouvernement de coalition sans conditions et que le choix consistait à la ramener à l'exercice civil du pouvoir mais qu'il avait "fait une erreur d'appréciation".


Essebsi a souligné lundi soir qu'il est pour une "politique centriste", c'est pourquoi il estime être "en divergence avec la gauche".
Il a rappelé sa position favorable à l'association d'Ennhadha au pouvoir après les élection de 2014, remportées par Nida Tounes, devant la formation islamiste.


"Ma sensibilité démocratique m'a poussée à ne pas ignorer les résultats du scrutin", a-t-il affirmé, estimant que "l'expérience de l'association du mouvement Ennahdha au pouvoir a réussi".


Concernant le changement du régime politique, le président de la république a indiqué qu'il ne compte pas présenter une initiative dans ce sens. "Mais j'estime que le régime parlementaire recèle quelques faiblesses et les députés de l'ARP ont le droit d'amender le régime politique en suivant les voies légales", a-t-il toutefois fait remarquer.


Interrogé sur sa position critique à l'égard des instances indépendantes, Essebsi a précisé qu'il "ne ciblait pas les institutions constitutionnelles mais les instances indépendantes issues de la constituante (sans les nommer) qui ont des tendances de mainmise et ne veulent pas rendre des comptes".


Au sujet de la loi de réconciliation en matière administrative, adoptée récemment par l'ARP, n'a rien à voir avec l'initiative de la présidence de la république. "En fait c'est un projet adopté par la commission de législation générale", a-t-il ajouté. "Les députés ont voulu saborder le projet de loi et set sont attaqués à une démarche démocratique alors qu'il fallait respecter l'opinion de la majorité", a déploré le chef de l'Etat.


Répondant aux critiques sur l'interférence de la présidence de la république dans le remaniement ministériel, Caid Essebsi a assuré que le chef du gouvernement en est le seul initiateur, sans intervention du président de la république. "Cela ne m'empêche pas de donner des conseils. La présidence de la république et la présidence du gouvernement travaillent dans l'entente et le respect des prérogatives de chacune d’elle", a-t-il affirmé.

TAP


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’Algérie a exporté via le port de Bejaia près de 460 000 tonnes de sucre en 10 mois

  Entre le 1er janvier et le 31 octobre 2016, les exportations de sucre via le port de Bejaia se sont établies à 338 480 tonnes.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.

Algérie: Les travaux de réaménagement des hôtels publics seront terminés avant fin 2019 (ministre)

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Hassan Mermouri, a affirmé jeudi à Biskra que tous les établissements hôteliers publics où sont actuellement menés des travaux de réaménagement seront réceptionnés avant fin 2019.