Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • vendredi 13 octobre 2017 14:24

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène (audio-vidéo)

Le Café presse politique (CPP) de Radio M était au cœur de l’actualité de la semaine en recevant le directeur de TSA censuré et le journaliste éditeur du pamphlet de Rachid Boudjedra décrié.

 

Le CPP de Radio M  de cette semaine s’est arrêté sur l’affaire TSA. Le premier pureplayer algérien est bloqué par Algérie Télécom et Mobilis depuis le jeudi 05 octobre à 23 heures. Le talk hebdomadaire des journalistes autour de Khaled Drareni a d’abord écouté le rapport des faits de Hamid Guemache directeur de TSA. La piste d’un problème technique non résolu par Algérie Télécom ne va pas loin. Il faut bien comprendre par induction que TSA est victime d’un filtre, posé pour empêcher les utilisateurs de l’internet fixe (et ceux de l’internet mobile via Mobilis) d’accéder à ses contenus. Une mesure que Algérie Télécom refuse d’assumer. De même que le gouvernement algérien, puisque le ministre de la Communication botte en touche lorsqu’il est interrogé sur la question. Mais que faut-il faire alors ?  Les débats du Café presse politique offrent aussi des voix à l’action civique. Et ce n’est pas plus mal.

L’art algérien de la polémique a occupé la seconde partie du CPP avec un menu copieux combinant l’affaire  Nekkaz-Saidani, l’affaire Boukrouh- les trois anciens, et l’affaire Boudjedra contre « révisionnistes ».  Sur le plateau du CPP, la présence du journaliste Amar Ingrachen a permis d’aller au plus près des éléments de la polémique. Ingrachen est l’éditeur du pamphlet de Rachid Boudjedra « Les contrebandiers de l’histoire » où, entre autres outrances, il traite Kamel Daoud d’ancien du GIA.  Si on ajoute à ce menu détonnant les échanges sur Boukrouh et sur Nekkaz, il faut s’inquiéter de l’issue miraculeuse du CPP aux odeurs de scandales. Bonne écoute et bon visionnage.


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Les échanges du CCP commencent à devenir ennuyeux.. Pourtant,il y a des idées intelligentes qui fusent de temps à autre mais elles se diluent vite dans des propos qui ressemblent à des conversations de café maure.
    Le modérateur du CPP, devenu une "vedette", laisse passer trop d'occasions d'aller au fond des sujets et de pousser les participants à rester sur un ou deux thèmes et non pas survoler les sujets. Le CPP finira par ressembler aux conclaves des politiques qu'ils critiquent sans cesse pour leur inconsistance.
    Heureusement que E.K.I..sauve un peu l'émission avec ses analyses clairement exprimées sans langue de bois.

    Rapporter LAHLOU vendredi 13 octobre 2017 22:02
  • L'Algérie sans mythe

    par Lahouari Addi, Le Monde, 11 juillet 2002

    Rachid Boudjedra vient de publier (Le Monde du 6 juillet) un point de vue qui laisse perplexe le lecteur algérien que je suis : il repose sur un raisonnement qui identifie son auteur au peuple tout entier. Dans son texte, il est supposé implicitement que l'ensemble des Algériens exigeait l'arrêt du processus électoral en janvier 1992, exigence que l'armée aurait satisfaite après maintes hésitations. En somme, seuls quelques égarés et inconscients voulaient que soit respecté le verdict des urnes.
    Il faut alors se demander qui a donné la victoire électorale au FIS ! Le récit de Boudjedra est construit sur le mythe de l'appel de la "société civile" à l'armée pour sauver la démocratie. Mais deux remarques désagrègent ce mythe. La "société civile" est-elle composée de tous les citoyens - en dehors du personnel de l'Etat - ou bien est-elle un club fermé réunissant une élite, en l'occurrence quelques francophones algérois effarouchés par le vote populaire ? D'autre part, si l'armée voulait réellement la démocratie, pourquoi n'a-t-elle pas fait tenir de nouvelles élections, six mois après, au scrutin proportionnel, ce qui aurait empêché le FIS d'être majoritaire comme le montre la structure des chiffres du premier tour ?

    L'origine de la crise dans laquelle se débat l'Algérie depuis plus de dix ans ? Les décideurs militaires et leurs épigones veulent parler au nom de tous les Algériens. Ecrivain, Boudjedra reproduit ce travers autoritaire lorsqu'il évoque l'honneur de l'Algérie qu'il est venu défendre à Paris en témoignant en faveur du général Khaled Nezzar. Tous les Algériens qui ne s'alignent pas sur ses positions trahissent-ils cet honneur et portent-ils atteinte à l'armée comme institution ? C'est ce monopole d'un courant politique sur l'Algérie et ses institutions qui empêche ce pays de connaître la paix civile et d'établir la concorde nationale.

    Pour Rachid Boudjedra, tous ceux qui ont critiqué l'arrêt du processus électoral en janvier 1992 sont des traîtres dont l'objectif serait de porter atteinte à la patrie et à l'un de ses symboles, l'armée.

    Le drame de Boudjedra est de croire que son opinion est celle de l'écrasante majorité : prétendant sauver les "valeurs patriotiques" dont il serait dépositaire, il se permet de parler au nom de cette majorité totalement imaginaire pour jeter l'opprobre sur tous ceux qui dénoncent les violations des droits de l'homme en Algérie. En fonction de ce parti pris idéologique, il décrypte le champ politique et décide de ses alliances.

    Le raisonnement, l'argumentation et même les preuves des violations massives de droits de l'homme, il n'en a cure. Non seulement il refuse de reconnaître que l'annulation des élections législatives en janvier 1992 a été un acte anticonstitutionnel, mais il continue à répéter que les assassinats des intellectuels ont été commis par les "intégristes", alors que des doutes très sérieux planent sur l'identité des commanditaires, au moins depuis le meurtre de Matoub Lounès en juin 1998.

    Sur les assassinats des intellectuels et des journalistes, ainsi que ceux des villageois durant l'été 1997 dans la Mitidja, du fait de la réticence des autorités à mener des enquêtes crédibles, Amnesty International a demandé l'envoi d'une commission d'enquête internationale. Les autorités ont refusé catégoriquement, renforçant ainsi la suspicion et rendant légitime la question "Qui tue qui ?"

    Boudjedra a le droit de croire que, sans l'armée, il n'y a pas de démocratie ; le droit d'avoir n'importe quelle position politique, à partir du moment où il l'assume publiquement. Mais il n'a pas le droit d'affirmer que sa position est celle de la majorité de ses concitoyens.

    Lahouari Addi est professeur de sociologie à l'IEP de Lyon.

    • ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 11.07.02


    Version imprimable

    AccueilAWViolations des droits humainsArticlesAnalyse & OpinionGalerieLiensRecherche
    http://www.algeria-watch.org

    Rapporter Algeria vendredi 13 octobre 2017 15:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».