Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 24 Février 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • lundi 16 octobre 2017 18:16

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

 

L’ancien P-Dg d’Air Algérie, Mohamed Salah Boultif a publiée une lettre, dans le quotidien le Soir d’Algérie dans laquelle il explique l’affaire qui oppose la compagnie  aérienne nationale et le groupe canadien spécialisé dans les travaux publics, SMI International chargée de construire le nouveau siège de la compagnie.

Air Algérie a été sommée, au début du mois en cours, de verser 15 milliards de dollars canadiens au profit du groupe canadien suite à une plainte déposée par SMI auprès de chambre du commerce du tribunal international d'arbitrage.

« La somme de quinze  millions de dollars canadiens (qu’Air Algérie doit payer à la compagnie canadienne) ne représente pas une condamnation pour Air Algérie qui ne fait que s’acquitter d’une dette réservée », a déclaré M. Boultif.

En établissant un calcul sur l’origine de la somme de 15 millions dollars canadiens, Boultif a expliqué dans sa lettre que « le montant des cautions mises en jeu et encaissées par Air Algérie sur décision de la Cour supérieure du Canada suite à la résiliation du contrat dépassait les vingt-deux (22) millions de dollars. Il y avait 5% de retenus sur chaque situation de travaux qui sont de l’ordre de deux (2) milliards de dinars auxquels je rajouterai au moins le coût des ouvrages non-payés à la date de résiliation par chacune des parties en juin 2013 ». Il a ensuite cité « le communiqué de la compagnie qui disait qu’il n’y avait ni gagnant ni perdant » dans cet arbitrage.

Actuellement à la retraite, l’ex-PDG d’Air Algérie a démenti toute accusation à son encontre concernant son éventuelle implication dans le conflit qui oppose la compagnie aérienne algérienne et le groupe canadien SM International Construction Inc (SMi). Boultif accuse les anciens dirigeants de la compagnie et déclare : « Au-delà des invectives et faits graves qu’on tente de m’imputer à travers la presse écrite et électronique, j’attribue toute cette agitation, aux personnes actuellement en état de choc du fait qu’elles n’aient pas obtenu ce qu’elles voulaient ». Et d’ajouter ensuite : « devant cette interpellation, je me dois de réagir ».

Evoquant une des rencontres tenues en 2013 avec les responsables du groupe en question, Mohamed Salah Boultif a révélé qu’il les a « reçus à deux reprises en compagnie de Mme l’Ambassadrice du Canada en Algérie, S.E.M Isabelle Roy, qui m’a même menacé devant témoins officiels pour céder à toutes les réclamations de SMI, faute de quoi, la destination Canada serait compromise pour Air Algérie ».

La compagnie canadienne au cœur d’un scandale

Dans sa lettre, l’ex-PDG d’Air Algérie a souligné que la compagnie canadienne n’est pas une feuille blanche dans son pays. Il a indiqué qu’au Canada, « la commission Charbonneau, en charge des enquêtes anti-corruption dans l’industrie de la construction, avait interpellé des cadres de la firme, dont président du groupe Bernard Poulin ». Et d’ajouter :« des perquisitions ont eu lieu dans leurs bureaux à Montréal. Les enquêtes de l’UPAC se sont soldées le 19 septembre dernier par huit arrestations ».

Bien plus que cela, « Bernard Poulin, président de la firme de génie-conseil SM International Inc, a été arrêté, menotté et accusé de fraude et corruption envers la ville de Montréal. Pendant la gestion du projet, la police anti-corruption enquêtait déjà sur ce dossier » , conclut-il.


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Merci monsieur Boultif pour ces précisions, ne vous en fait pas , les responsables ne seront pas inquiétés , c'est l'Algérie d'aujourd'hui

    Rapporter selma lundi 16 octobre 2017 19:50
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.