Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • dimanche 29 octobre 2017 13:55

« Le temps perdu par l’Algérie dans l’audiovisuel est un atout »- Rachid Arhab (audio-vidéo)

Rachid Arhab, journaliste franco-algérien et ancien membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) français/ Ph: Y. Abba

Rachid  Arhab a  fait part de sa volonté de mettre en place une chaîne de télévision algéro-française.

 

Le retard pris par l’Algérie dans le domaine de l’audiovisuel peut être considéré comme un atout parce qu’il permet de tirer parti des expériences internationales dans ce domaine. C’est ce que pense Rachid Arhab, journaliste franco-algérien et ancien membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) français.

Lors de son passage, jeudi, sur Radio M, Rachid Arhab a assuré que le retard accusé en matière de régulation de l’audiovisuel, notamment, permet, au moins, d’éviter à l’Algérie de se retrouver dans une situation aussi compliquée que celle vécue, actuellement en France.

« La régulation de l’audiovisuel en France n’est pas quelque chose qui est né d’une façon subite. C’est quelque chose qui s’est créé sur vingt ans et, qui aujourd’hui, encore n’est pas parfait », a-t-il assuré.

« Le fait que le cadre général ne soit pas encore figé en Algérie », dans ce domaine, représente un avantage qu’il serait judicieux de fructifier en optant pour des solutions qui s’adaptent le mieux à la réalité algérienne, a-t-il expliqué. Selon lui, les professionnels des médias, en Algérie, pourraient s’appuyer sur les avancées dans le domaine du numérique tout en étudiant les expériences internationales, celles qui ont réussi comme celles qui ont échoué.

 

Prise de contrôle des médias par les industriels

L’invité de Radio M, s’est également exprimé au sujet d’un phénomène « inquiétant » fortement présent en France mais qui n’est pas totalement inexistant en Algérie. Il s’agit de la prise de contrôle des médias par des groupes industriels. Même si dans certains cas, la liberté des journalistes est respectée, il y aune forte inquiétude quant à la limitation de cette liberté dans beaucoup d’autres cas, estime M. Arhab. Ce phénomène n’a pas empêché, a-t-il cependant souligné, que des expériences  individuelles apparaissent  prenant  à contre-pied ce phénomène. Il s’agit, a-t-il, expliqué de médias qui ne cherchent pas à entrer en compétition avec les grands groupes mais à  trouver « des interstices » dans lesquels ils peuvent évoluer.

Dans le chapitre de la coopération possible dans le domaine médiatique entre les professionnels algériens et français, M. Arhab a  fait part de sa volonté de mettre en place une chaîne de télévision algéro-française. Un projet en cours mais dont les délais de réalisation n’ont pas été annoncés.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Si le retard dans un domaine est un atout alors l' Algérie, grâce à sa gouvernance éclairé, dispose d' énormément d' atouts.

    Rapporter Benour lundi 30 octobre 2017 16:00
  • Depuis que le primate supérieur n'est plus singe, je n'ai jamais entendu quelqu'un faire l'éloge d'un retard pris par son demi-pays dans un domaine et surtout dans le domaine stratégique(chez les '' أولي الألباب''.

    Oui ! Pardi !! tout terrain vierge est un atout à trois As et trois jockeys pour les prédateurs !!!

    Rapporter Mansour Essaïh dimanche 29 octobre 2017 15:05
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.