Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 18 Novembre 2017

  •   El Kadi Ihsane
  • lundi 6 novembre 2017 12:29

L’ordre de bloquer TSA a été transmis au téléphone par Houda-Imane Faraoun à Algérie Télécom

Le premier journal d’information en ligne algérien est inaccessible depuis un mois sur l’internet fixe et à travers l’opérateur public Mobilis pour l’internet mobile.

 

C’est la ministre des Postes et technologies de l’information et de la communication (PTIC), Houda-Imane Faraoun qui a transmis par téléphone le soir du 05 octobre dernier une instruction au DG d’Algérie Télécom de couper l’accès à TSA. Cette information a été confirmée à Maghreb Emergent par plusieurs sources concordantes dans l’administration du gouvernement, auprès de providers d’accès à Internet et dans la « grande famille » d’Algérie Télécom et de Mobilis. Le directeur de TSA n’a pas démenti cette information,  recoupant en grande partie l’investigation que nous avons tenté de conduire à ce sujet depuis un mois.

« Les langues n’ont commencé à se délier qu’il y a quelques jours depuis qu’il s’est précisé que la censure de TSA ne semble pas être une décision consensuelle entre la présidence de la république, l’Etat major de l’ANP et le palais du gouvernement », nous a affirmé un cadre à la retraite du secteur dirigé par Mme Faraoun. Il reste cependant deux questions en suspens, celle de savoir si la ministre des PTIC ne faisait que transmettre elle même une instruction « venue de plus haut » et celle de la motivation de cette censure. Pour une des sources sollicitées par Maghreb Emergent, « la piste des représailles personnelles » de la ministre n’est pas à écarter car TSA a été le premier à publier le projet de loi sur les PTIC, « une fuite que Mme Faraoun n’aurait pas apprécié », même s’il est plus admis que la censure de TSA est plus proche temporellement, d’une autre fuite, celle du projet de loi de finances 2018.  

Hors la loi 

Le silence gêné du gouvernement sur l’affaire TSA, montre bien la difficulté à être solidaire avec une décision liberticide peu embarrassée des formes. La censure des sites proches du MAK (mouvement politique kabyle devenu indépendantiste) a été signifiée à l’ARPT aux providers internet suite à des décisions de justice, certes prises dans le quasi-secret, mais finalement notifiée. Le blocage de TSA  sur les opérateurs publics se déroule depuis un mois sans le moindre souci de respect d’une quelconque procédure de rétorsion prévue par la loi.

Le collectif des éditeurs des médias électroniques en cours de constitution d’une association professionnelle, a dénoncé cette double atteinte aux libertés d’internet et de la presse et a appelé le gouvernement algérien à cesser le blocage de TSA sans délai. Les éditeurs de la presse électroniques ont affiché des Unes noires en protestation de cette censure les lundi 23 et mardi 31 octobre derniers. Ils ont également lancé un appel au dialogue avec le ministère de la communication avant toute publication unilatérale de cahier des charges liée aux métiers de l’édition de presse digitale.

 

 


Évaluer cet élément
(23 Votes)

Laissez un commentaire



7 Commentaires

  • bof TSA n'a rien d'extraordinaire nos journeaux francophone la depasse de loin on ne vois pas pourquoi on lui bloque son site sinon pour lui faire de la pub c'est tout

    Rapporter youssef mercredi 8 novembre 2017 18:03
  • Dawlet mikeyets ils se mettrons jamais en ordre pour gérer le bled comme les autres pays civilisé s

    Rapporter Nadia mercredi 8 novembre 2017 04:03
  • C exactement comme le dg port bejaia qui interdit accostage et DÉBARQUÈMENT d'équipements cevital: des ordres de très haut venus. C des macs.

    Rapporter Mobencous mercredi 8 novembre 2017 00:15
  • Mademoiselle HOUDA FARAOUN a gentiment et poliment cédé à l'instruction d'une personne qui sème la pagaille dans l'enceinte du palais présidentiel, notamment le damné Said Boutef. qui est à l'origine de son énième bourde parmi lesquelles figure celle du différend qui l'a opposé en compagnie de son chouchou Haddad à M. Tebboun auquel il a ordonné avec un grand zèle de llibérer les lieux avant qu'il lui arrive malheur. Alors à qui le tour.

    Rapporter Kadi Said mardi 7 novembre 2017 22:05
  • HOUDA FERAOUNE est une jeune femme qui pense exactement comme les vieux chnoques du pouvoir qui l'entourent

    Melle HOUDA FERAOUN incarne l'esprit du clan BOUTEFLIKA: "Je suis la chef, je fais ce que je veux''

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Monétique Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE mardi 7 novembre 2017 09:27
  • C est connu quand on a du foin dans le ventre alors on a peur du feu mais le malheur de l Algerie dans tous ca c est que des centaines de milliers de CHOUHADAS sont morts pour qu une minorite fassent la pluie et le beau temps dans un des pays les plus nantis de la planete et le resultat est visible meme pour les non voyants, une minorite de mediocres qui se croient bien se debrouiller : resultat un pays riche un peuple pauvre grace a des dirigeants qui se debrouillent pas mal en matieres de rapines, tous ont des comptes off shore sans exception alors que des centaines de milliers d Algeriens ne trouvent pas de quoi vivre au quotidien, et malheur a qui denonce il devient un criminel ou bien un cyber criminel, merde a eux tous ces responsables qui se croient immortels devant l immortel a qui un jour ils devront des COMPTES de toutes les facons ils sont tous sexagenaires et plus alors combien leur restent T-ils a vivre l etre humain est un etre plein d abherance...

    Rapporter Mr Mesli Momo lundi 6 novembre 2017 20:46
  • Il serait fors opportun de ressortir l'excellente chronique de Chawki Amari (que je n'arrive plus à retrouver) et qui s'intitulait: " Le juge à 2 dinars" et qui lui a valu un passage par la case prison...

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan lundi 6 novembre 2017 17:50
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie- La Banque centrale va mettre en place un laboratoire de recherche Blockchain

Une commission de réflexion a été mise en place au niveau de l’institut de l’émission qui va étudier à moyen termes le potentiel, les techniques et la place que pourrait avoir le blockchain dans le système tunisien.

Algérie : Podcasteur Anes Tina critique violemment le pouvoir dans une nouvelle vidéo

En commentant la réponse du Premier ministre Ahmed Ouyahia à une question d’une députée du RCD sur le sort des 1000 milliards de dollars, le podcasteur dira : « Prenez tout, le laissez aucun dinar, mais ne touchez pas à l’espoir ».

Algérie: La Russie propose son expertise dans la restauration du vieux bâti

En Algérie un vaste programme de réhabilitation touche les villes d'Alger, d’Oran, de Constantine et d’Annaba ainsi que des villes du Sud.