Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Younes Saadi
  • jeudi 9 novembre 2017 09:00

L’Algérie réclame 2 sièges permanents pour l’Afrique au Conseil de sécurité de l’ONU

La composition actuelle du Conseil de sécurité, avec ses 5 membres permanents ayant un droit de veto (schéma publié par La Voix du Nord).

Pour son représentant à l’Assemblée générale de l’ONU, Mohammed Bessedik, les titulaires de ces deux sièges doivent avoir toutes les prérogatives et privilèges au même titre que les cinq membres permanents actuels du Conseil de sécurité à savoir : les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine.

 

 

L’Algérie estime nécessaire de réformer le Conseil de sécurité de sorte à permettre au continent africain d’y avoir deux sièges permanents, a déclaré hier mercredi son représentant à l’Assemblée générale des Nations-unis Mohammed Bessedik, cité par l’Agence de presse de l’ONU. La sélection de ces deux pays africains se fera en interne, c’est-à-dire entre les pays africains, a-t-il ajouté.

« Dans le contexte international actuel, il est inacceptable que l’Afrique soit le seul continent à ne pas être représenté dans la catégorie des membres permanents et à être sous-représenté dans celle des membres non permanents », a déploré Mohammed Bessedik. Les deux membres permanents réclamés par l’Algérie, a-t-il expliqué, doivent avoir toutes les prérogatives et privilèges au même titre que les cinq membres permanents actuels du Conseil de sécurité à savoir : les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine.

Mohammed Bessedik revendique également un quota de cinq membres africains non permanents au Conseil de sécurité. La satisfaction de cette revendication, estime-t-il, permettra de corriger une injustice historique. « Cette réforme a pour but de remédier au déséquilibre actuel en termes de représentation régionale et de mettre fin à la l’injustice historique prolongée à l’endroit du continent africain », a-t-il plaidé. « Pour l’Algérie, la question de la sélection de ces représentants ne devrait pas être instrumentalisée car il s’agit d’une décision souveraine des États Membres africains », a-t-il déclaré rappelant que l’Union africaine s’est dotée de ses propres mécanismes, mandatés pour sélectionner les candidats appelés à servir dans les organisations multilatérales comme les Nations Unies.

Toujours sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations-unis, Mohammed Bessedik estime que cette dernière doit être globale et traiter de toutes les questions de fond qui ont notamment trait à la question de la composition, de la représentation régionale, des méthodes de travail et du processus de prise de décisions, notamment le veto, et être largement acceptée. 


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • Excellente idée pour peu que les deux pays seront choisis entre les quatres puissances économiques africaines à savoir l'Afrique du Sud, le Nigéria, l'Algerie et l'Égypte.

    Rapporter Bennani vendredi 10 novembre 2017 23:07
  • Pourquoi pas un pays africain et l'Union africaine?

    Rapporter Franck jeudi 9 novembre 2017 23:17
  • Au moin l'egypte ou le maroc seront capables et serieux a defendre les interets de l'afrique du nord et de l'afrique en genéralvu leurs histoires,poid regional,charme international......,chose différente pour la junte des vieux pathétiques du regime algerien malades de cette phobie de grandeur typique des ex colonisés pour trop logntemps et avec toujours cette fixaction et complexe marocains qu'ils seront incapables de traiter autre argument que leur solite republiquette fantoche rasd, leur seul dossier par excellence, juste voir maintenant les diplomates du regime algeriens partout dans les instances internationaux ils ne parlent que du sahara marocain depuis plus de 50 ans avec leurs enormes duccées qui seulement eux boient partout pour ne pas
    admettre leur cuissante defaite sur ce dossier

    Rapporter Saido jeudi 9 novembre 2017 22:17
  • L'Algérie a toujours été aux avants postes des revendications internationales et il est normal qu'elle en soit l'un des titulaire de ces postes permanents et ce, d'autant plus qu'elle fait toujours partie des non alignés.

    @ daido ex saïdo, ta narco-terro-monarchie est déjà représentée par son complice-receleur et amant la France, et à ce titre, il devrait s'estimer heureux de se trouver un porte voix à ses nombreuses cachoteries et crimes couverts en se mettant en rémunération dans la position de levrette.

    Rapporter Vangelis jeudi 9 novembre 2017 12:28
  • Excellent, un siege pour le maroc ou l'egypte pour representer l'afrique du nord et un siége pour l'afrique du sud.

    Rapporter Daid0 jeudi 9 novembre 2017 10:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.