Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Huffington Post- Algérie
  • vendredi 10 novembre 2017 17:34

La directrice d’El-Fedjr, Hadda Hazem, en grève de la faim pour protester contre "la hogra" que subit son journal

Hadda Hazem, directrice du quotidien arabophone El-Fedjr, a annoncé son intention d'entrer en grève de la faim lundi pour protester contre "la hogra" que subit son journal, privé de publicité institutionnelle, principale source de revenus des médias en Algérie.

 

Hadda Hazem a expliqué, dans un post Facebook, le recours à la grève de la faim pour dénoncer la décision des autorités de la "punir" pour ses prises de positions, exprimées dans ses éditoriaux et ses interventions dans des chaînes de télévision, algériennes privées ou étrangères.

La directrice de publication du quotidien El-Fedjr affirme toutefois être "sanctionnée" pour son intervention sur un plateau de France 24, durant lequel elle a affirmé que journal subissait des "injustices", réaffirmant son rejet du 4e mandat du président Bouteflika et son cercle présidentiel, "imprégné de corruption"

Mme. Hazem, qui avait d'ailleurs réitéré sa menace d'entrer en grève de la faim durant son passage sur France 24, alertait une énième fois, début octobre, que son journal subissait des pressions après son intervention sur ce plateau.

"Nous avons diminué les tirages, le nombre de pages et nous avons été obligés de nous endetter pour payer le salaire des journalistes", a-t-elle affirmé, avant d'annoncer que son journal ne paraîtra plus en version papier mais qu'en version web.

Plusieurs journalistes et internautes ont exprimé leur solidarité et leur soutien à Hadda Hazem sur les réseaux sociaux.

Article initialement publié dans le Huffington Post Algérie


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Quand il s'agit de vilipender Bouchareb, Ouyahia ou même Bouteflika, le commentaire est publié mais dès qu'on dit du mal d'une journaliste, le commentaire est censuré...

    C'est de la solidarité mal placée et évidement ce sont les mêmes qui viennent pleurer après sur la censure par la gouvernement de la presse et faire de grands discours sur cette même liberté de la presse.

    Avant de faire la leçon aux autres, Il faut toujours commencer par balayer devant sa porte.

    réponse: un peu de respect...elle est en grève de la faim

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan vendredi 10 novembre 2017 22:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.