Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Younes Saadi
  • dimanche 19 novembre 2017 09:06

Pour Hafid Derradji, Bouteflika n’a pas reçu Farouk Ksentini pour parler du 5e mandat

 

Les déclarations de l’ex-président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCDDH), dissoute, Me Farouk Ksentini indiquant que le président de la République Abdelaziz Bouteflika souhaite briguer un 5è mandat ont fait réagir le célèbre commentateur sportif Hafid Derradji.

 

Dans un commentaire posté sur sa page facebook, le journaliste affirme ne pas croire les déclarations de Ksentini citées par le journal électronique TSA arabe. En d’autres termes, il accuse l’ex-premier responsable des questions des droits de l’homme en Algérie de mensonge. « M. Farouk Ksentini affirme avoir rencontré le président de la République pendant une heure, et a senti la volonté de ce dernier de se présenter pour un autre mandat.

Personnellement, je ne crois pas que le président a reçu Me. Kesentini et lui a parlé pendant une heure », a-t-il réagi. Pour le commentateur, cette déclaration est un ballon de sonde utilisé pour évaluer les réactions des uns et des autres. « Est-il concevable qu’un faux témoignage vienne d’un avocat et militant des droits de l’homme ? », interroge le commentateur sportif. Il ajoute : « Est-il raisonnable qu’un avocat soutient la violation de la Constitution ? ».

Poursuivant ses commentaires, le journaliste dira que si le président sortirait publiquement pour saluer le peuple, lui-même demandera une présidence à vie. « Si le président sort publiquement pour nous saluer, nous allons demander l’amendement de la Constitution pour consacrer la présidence à vie », a-t-il déclaré. « Si tu rencontres le président et tu lui décriras fidèlement la situation générale du pays, il n’acceptera de rester une minute dans son poste », a-t-il poursuivi.  

 


Évaluer cet élément
(16 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • OK,VOUS AVEZ TOUS RAISON.

    Rapporter HARRAGDZ mardi 21 novembre 2017 10:27
  • Ce sieur de Hafid Derradji ferait mieux de s'occuper de son football en essayant d'améliorer ses commentaires de gamins surtout que la politique n'est pas faite pour les enfants.

    Rapporter Kamel lundi 20 novembre 2017 21:58
  • voila l homme aux grandes oreilles qui s exprime maintenant il nous aprend que farouk ksentini est un menteur, venant d un energumene qui a clochardise des pans entiers de la jeunesse algerienne cela ne m etonne point..

    Rapporter rashid dimanche 19 novembre 2017 18:27
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.