Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Maghreb Emergent
  • jeudi 23 novembre 2017 11:34

Rachid Boudjedra sur Radio M : "Je ne suis pas un commissaire politique"

Photo publiée sur www.al-akhbar.com

Nous présentons ici à nos lecteurs l’interview qu’a accordée l’écrivain algérien Rachid Boudjedra à Radio M., la web radio de Maghreb Emergent.

 

 

Ecouter l'interview

 


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • En écoutant cette interview, j' ai eu une immense envie de relire la belle phrase de YASMINA KHADRA : " Puisse mon mépris te toucher comme une grâce et t'éveiller au ridicule dans lequel tu te complais comme le ver dans le fruit"

    Rapporter hox dimanche 26 novembre 2017 19:48
  • Flamboyant Flamboyant Mec ... Boudjedra
    vous êtes une chiure mr Kadi ... inculte, corrompu, ignare, laxiste et inculte bourré de tics de marketiste triste ...
    ah oui vous etes mignon

    vous écoutéz quoi! qui!

    Rapporter med sad dimanche 26 novembre 2017 02:00
  • monsieur courage bon vent camarade

    Rapporter djilali dimanche 26 novembre 2017 01:01
  • Paradoxalement cette interview, m’a fait apprécier Boudjedra. J’en avais une piètre image, du certainement à une communication maladroite de sa part, faite principalement de coups de gueules. Dans cette joute oratoire, plus qu’une simple interview, j’ai sentit comme une volonté de détruire l’auteur de la répudiation. Le journaliste a été pour le moins odieux, provoquant son vis-à-vis, connaissant son « caractère de feu », il a utilisé tous les artifices pour le déstabiliser, changeant de sujet toutes les 5 secondes et martelant le mot «révisionniste » (si c’est le cas, il n’est pas seul). Mais revenons au fin mot de l'histoire, que dit Boudjedra, dans son livre ? Que certains écrivains et artistes algériens, créent pour l’autre rive, et il donne des noms, donc il assume. Où est le mal ? Il n’y a rien de plus vrai.

    Rapporter djamel Mohamed vendredi 24 novembre 2017 14:59
  • c est un taré ce type!
    khraf ce pauvre gars.
    quel égo!
    que dieu apaise son coeur.

    Rapporter Moh vendredi 24 novembre 2017 00:23
  • Bien fait pour EKI, on n'invite pas quelqu'un qui manifestement palie le talent par l'invective....

    Rapporter Heureusement que le ridicule.. jeudi 23 novembre 2017 16:43
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.