Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Lynda Abbou
  • jeudi 23 novembre 2017 19:34

Elections locales- A Aïn Benian, les "rabatteurs" des partis ont opéré à l’intérieur même des centres de vote"

La rétribution des rabatteurs, chargés d’exécuter des « tâches » de propagande électorale de dernière minute, varient d’une liste à l’autre. Ceux du FLN auront 5.000 DA et si le parti gagne, la somme augmentera à 20.000 DA. La liste indépendante donne 6.000 DA et si elle gagne, la somme sera doublée .Quant au RND, il a proposé 3.000 DA qui seront augmentés à 12.000 DA si sa liste a au moins un siège dans l’assemblée communale.

 

En plus des scrutateurs, des représentants des partis et des électeurs, il y a un nouvel acteur très influent lors de ces élections locales. Il s’agit des "rabatteurs", des jeunes hommes sollicités par les partis politiques afin de convaincre le maximum de personnes de voter pour leurs listes.
A Aïn Benian, à l’Ouest d’Alger, les rabatteurs commencent leur travail à 300 mètres des centres de vote, et poursuivent leurs « cibles » jusqu’à l’intérieur, chose qui a provoqué de l’anarchie et l’intervention des force de l’ordre (police et gendarmerie).

Après la compagne électorale, les partis politiques ont mobilisé des équipes de jeunes qui font la promotion de leurs candidats le jour même des élections alors que la propagande électorale est censée être interdite. Ces jeunes, une vingtaine devant chaque centre de vote, utilisent plusieurs moyens. Glisser des billets de 1.000 DA dans les poches des gens semble être le principal moyen utilisé par le parti de l’ancien maire FLN. Les autres moyens sont le harcèlement et la distribution de bulletins de vote aux personnes âgées illettrées, en leur expliquant que ce sont ceux des partis pour lesquels ils sont venus voter, même quand c’est faux. « Je me suis sentie agressée par ces personnes qui me demandaient de voter pour l’un et pour l’autre. J’ai eu peur à moment donné », nous dit Amina, une jeune électrice.

Si le FFS et le RCD ont compté sur leurs militants pour assurer cette « tâche » de propagande électorale de dernière minute gratuitement, le FLN, le RND et la liste indépendante de la commune ont recruté des jeunes en contrepartie d’une rétribution financière. L’équipe de Maghreb Emergent s’est approchée de ces rabatteurs. Ceux du FLN auront 5.000 DA et si le parti gagne la somme augmentera à 20.000 DA. La liste indépendante donne 6.000 DA et si elle gagne, la somme sera doublée .Quant au RND, il a proposé 3.000 DA qui seront augmentés à 12.000 DA si sa liste a au moins un siège dans l’assemblée communale.

Ces rabatteurs ont envahi les centres de vote dès la matinée, ce qui a nécessité l’intervention des policiers et des gendarmes pour les en expulser. Il y a eu ainsi une petite tension dans le centre de vote Ibn Badis et dans celui de Grand Rocher.

Contrairement aux législatives passées, lors desquelles les électeurs étaient le plus souvent des vieilles personnes, les élections municipales d’aujourd’hui ont connu une participation relativement significative de jeunes filles et de jeunes hommes. Des personnes de tout âge, a constaté Maghreb Emergent, sont allées voter aujourd’hui. Elles nous ont déclaré avoir voté pour des gens avec lesquels ils ont des liens de parenté, pour leurs voisins ou juste pour casser l’ancien maire qui a fait 3 mandats.

Sur un total 3.110 inscrits à l’établissement Laarbi Tebessi, 920 avaient voté à 16h. Sur 5.800 inscrits au centre de Grand Rocher, 1517 avaient voté à 15h30. A midi, les centres de vote Ibn Badis, Salah Eddine El Ayoubi, Ibn Khaldoun et Abane Ramadan avaient enregistré respectivement, 313 votants sur 2.865 inscrits, 232 votants sur 1.407 et 124 votants sur 1.311 inscrits.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Les gouverneurs, le peuple, tous corrompus, c'est ça l'Algérie d'aujourd'hui.
    Amarnia a volé, a fait la prison, a un casier et il est candidat. Comprenez-vous quelque chose?
    Heureusement qu'il est OUT. Au bled (Batna) si tu es un homme!!!

    Rapporter WALOU mardi 28 novembre 2017 15:08
  • Il a fallut venir aujourd'hui voir le tapage qui c'est passé au niveau du bureau RND à plateau , entre ces jeunes et les candidats a cause de l'argent. A noter que le RND a utilisé tout les voyous du quartier plateau. Le jour d'élection était vraiment un vrai scandale devant le centre. C vraiment malheureux

    Rapporter coucou samedi 25 novembre 2017 22:54
  • Carnaval fi dechra n'était pas un film satirico-humoristique mais un documentaire vérité.
    Et encore, il était encore loin de la réalité.
    Nos enfants sont condamnés à vivre dans un pays sous-développé

    Rapporter sam24 vendredi 24 novembre 2017 10:31
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.