Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Amar Ingrachen
  • lundi 4 décembre 2017 18:10

Algérie : Naissance officielle du mouvement citoyen Ibtykar

Le choix de recourir à des plateformes digitales pour répandre le message du Mouvement Ibtykar est motivé par l’importance que le numérique a pris dans la vie des citoyens en Algérie.

 

Le mouvement Ibtykar, organisation politique à cheval sur la réflexion stratégique et l’action de terrain, vient d’être officiellement lancé après avoir mis environs trois ans pour se structurer aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. « Ibtykar est un mouvement citoyen, collaboratif, participatif et transgénérationnel. Il n’est pas un Think-Tank puisqu’il ne se contente pas de produire des réflexions mais les défend et œuvre à la faire appliquer. Il n’est pas non plus un parti politique  parce qu’il ne veut pas être otage d’un agenda électoral.  Ibtykar  est un mouvement citoyen et politique, engagé pour l’émergence d’une Algérie démocratique, sociale, moderne et résolument tournée vers l’avenir », a d’emblée indiqué Samy Oussedik, coordinateur du mouvement en soulignant que la réflexion et l’action doivent aller ensemble parce qu’agir sans réfléchir est une agitation  qui ne peut ni mobiliser, ni s’inscrire dans la durée.  

Ce mouvement se fixe, selon M. Oussedik, comme priorités cinq grands axes qui, tous, s’articulent autour d’une inébranlable volonté de redonner à l’exercice de la citoyenneté son plein sens. « Les cinq chantiers prioritaires pour nous sont  de faire un audit et de présenter un bilan de tous les comptes de la nation, aller vers la réformes de l’Education, de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur, faire une révolution dans l’économie, réformer l’Etat et réformer la Justice », a déclaré Sammy Oussedik.

Un parlementaire virtuel pour prendre en charge les doléances citoyennes

Mais c’est surtout dans son approche des problématiques politiques et sa démarche managerielle que le mouvement Ibtykar innove. Le choix de recourir à des plateformes digitales pour répandre le message du Mouvement Ibtykar est motivé par l’importance que le numérique a pris dans la vie des citoyens en Algérie. Il y a 65% d’Algériens qui sont connectés. Et 80 % des internautes algériens se connectent en moyenne 4 heures par jour.  Il faut absolument exploiter ces donnés  et c’est ce que nous essayons de faire », explique-t-on. En effet, les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont considérablement mises à profit par cette organisation qui vise à remobiliser les forces vives de la Nation, notamment la jeunesse, autour de l’impératif de la participation à la gestion de la Cité.

« Nous avons lancé une plateforme  citoyenne.  Sur cette plateforme, il y a trois applications : Mouatanatech, Barlamini et Al-Chabaka. Mouatentech accueille et agrège les alertes citoyennes dans tous les domaines. Barlamini, est une sorte de parlementaire virtuel auquel les citoyens sont appelés à exprimer leurs préoccupations.  Al Chabaka, c’est une application  qui sert à recueillir l’ensemble des initiatives et des projets qui se font au niveau national et mettre en place une dynamique de solidarité agissante entre les citoyens », ont expliqué les membres d’Ibtykar, Samir Yahiaoui et Sammy Oussedik,  en soulignant que ce mouvement ne prétend pas apporter une solution à la crise que vit le pays mais ambitionne de participer à apporter cette solution  autant que faire ce peut.

« Les ressources du système sont épuisés »

Qu’est-ce qui fait penser aux animateurs du mouvement Ibtykar que leur initiative vaut d’être lancée dans un contexte politique en déliquescence. « L’offre politique actuelle ne correspond que partiellement à la demande et aux préoccupations des Algériens. Les partis politiques sont entravés dans leurs actions et, il existe peu de mouvements citoyens. Ils sont réprimés. La liberté de la presse est de jour en jour menacée. Et les forces démocratiques sont fragmentées parce qu’elles sont enfermées dans l’agenda du système », estime Samir Yahiaoui. Samy Oussedik considère, lui, que le système actuelle a épuisé toutes ses ressources et il est impératif de préparer les citoyens au changement. « Les ressources symboliques du système, à savoir la légitimité révolutionnaire est épuisée. Sa ressource morale s’est complètement détériorée à cause des scandales de corruption qui secouent des sphères entières de l’Etat. Pour les ressources matérielles, les hydrocarbures, elles ne suffisent plus pour lui permettre de s’entretenir et d’entretenir ses clientèles », analyse-t-il.

 


Évaluer cet élément
(13 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Excellente initiative. Souhaitons que ce mouvement collaboratif, participatif et transgénérationnel (donc structure psychique émotionnelle résultant d’un traumatisme), ne se résume pas aux plateformes digitales et ne transforme pas un mouvement citoyen virtuel. L’Algérie a besoin d’action et du réel, si non, ‘’ maderna oualou’’. Bravos comme même pour votre engagement, j’suis disponible pour une participation positive.
    Abdelmadjid allalou

    Rapporter ALLALOUI mardi 5 décembre 2017 22:00
  • L'idée est séduisante et gageons qu'elle soit réellement indépendante du pouvoir, du F.C.E et des partis politiques

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système monétique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE mardi 5 décembre 2017 18:06
  • Il s'agit d'une initiative très intéressante que les Algériens doivent encourager et soutenir pour sauver leur pays pacifiquement.

    Rapporter AZZAZ Ali mardi 5 décembre 2017 14:56
  • Je suis content de constater qu'il y a dans notre pays des citoyens courageux déterminés et bien orientés.Mr OUSSEDIK je partage vos idées .Je suis avec vous.Je suis prêt à apporter ma contribution sous quelque forme que ce soit selon mes moyens .Bon courage.

    Rapporter BENLABIOD mardi 5 décembre 2017 12:33
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.