Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Ahmed Bounour
  • mardi 5 décembre 2017 08:29

De nouveaux projets de partenariat algéro-français en vue

 

"Il ne s’agit plus de demander aux opérateurs français de venir en Algérie, mais plutôt de leur dire voilà ce que nous pouvons faire en Algérie".

 

Le haut responsable de la coopération industrielle algéro-française, Jean-Louis Levet a fait part du lancement prochain de nouveaux projets de partenariat entre les deux pays.

Le responsable français qui animait une conférence à l’université de médecine de Tlemcen a indiqué, rapporte l’APS, que l’Institut français de la propriété intellectuelle (INPI) travaillera en étroite collaboration avec Institut national algérien de propriété intellectuelle (INAPI), ajoutant que l’Association française de normalisation (AFNOR) aidera 300 laboratoires de biologie médicale algériens.

"Il ne s’agit plus de demander aux opérateurs français de venir en Algérie, mais plutôt de leur dire voilà ce que nous pouvons faire en Algérie", a-t-il assuré. Il a estimé que cette vision des choses permettrait d’identifier les secteurs intéressants aussi bien pour les opérateurs français que pour le gouvernement algérien, dans le cadre de sa politique de diversification économique.

Le conférencier a également évoqué le projet de création d’un pôle numérique dans le domaine spécifique à la santé en partenariat entre les universités de Tlemcen et de Rennes 1. Il a ajouté, en outre, que l’entreprise française "Pomagalski" de Lyon devrait produire en Algérie des téléphériques.

 

 

 

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Brevets d’inventions et propriété intellectuelle : L’ INPI français et l’INAPI algérien main dans la main pour un partenariat d’exception commun ?!!!
    INPI et INAPI, voilà deux institutions d’Etats auxquels j’ai eu à faire dans le passé, ce qui me rappelle de très mauvais souvenirs

    Couscous est que cette nouvelle connerie de partenariat France-Algérie ?

    En 2004, nous avons eu à faire à un partenariat technologique de dupes France-Algérie qui a accouché de la société SAGEM ALGERIE, pour commercialiser dans mon pays les technologies de la biométrie que la société française SAGEM-MORPHO-SAFRAN I&S m’a volé, en 1990, alors que je dirigeais à Paris une Société de Service et d’Ingénierie Informatique familiale, laquelle fut liquidée, (abusivement et sans respect d’aucune procédure légale) par la mafia du Tribunal de Commerce de Paris, le 17 février 1992, avec des méthodes relevant du gangstérisme d’Etat.

    En 2006, juste après mon retour d’exile, nous eu à faire à un nouveau partenariat technologique entre les corrupteurs français et les corrompus algériens qui accouché d’un honteux et péteux partenariat d’exception de voleurs et receleurs associés, entre la société française KEYNECTIS (créée le 14Juilllet 2004) et l’entreprise algérienne HB TECHNOLOGIES (créée en mars 2006) pour commercialiser (en violation du droit international régissant la propriété intellectuelle) dans mon pays les nombreuses solutions technologiques dont je suis devant l’eternel légalement l’inventeur.

    Je vais m’arrêter là, parce que je sens que la moutarde commence à me monter au nez, car si je continu je risque d’être blessant, cassant, sans toutefois en être diffamant ce qui est un grand luxe qui m’autorise de traiter les de merdeux les voleurs et receleurs associés de SAGEM-HB TECHNOLOGIES

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Monétique Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA (VITALE2), les dossiers médicaux électroniques biométriques et j’en passe

    Rapporter GUENZET SOFIANE mardi 5 décembre 2017 17:25
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.