Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Noreddine Izouaouen
  • mercredi 6 décembre 2017 12:48

Les syndicats autonomes se plaignent des autorités algériennes auprès du BIT

Les syndicalistes évoquent les conventions relatives la liberté syndicale et au droit d’organisation et de négociation collective ratifiées par l’Algérie le 19 octobre 1962.

 

Suite à l’interdiction de leur mouvement de protestation le 25 novembre dernier à Alger, le Collectif des syndicats autonomes a adressé une plainte pour violation des droits syndicaux, au Comité de la liberté syndicale auprès du bureau International du travail (BIT).

 "Nous avons le regret de vous transmettre la présente plainte pour violation des droits syndicaux et ce en vertu des conventions n°87 et 98 respectivement relatives la liberté syndicale et le droit d’organisation et de négociation collective ratifiées par l’Algérie le 19 octobre 1962, (et nous) vous sollicitons de la prendre en considération", peut-on lire sur le document adressé au BIT.

"En effet, en date du 25 novembre 2017 à la place des fusillés sise à Ruisseau (Alger), où nous avons tenté d’organiser un sit-in pour protester contre la non prise en charge de nos revendications légitimes", expliquent les syndicalistes. 

"Nous regrettons et dénonçons énergiquement les agissements et les dépassements du gouvernement algérien à l’égard des syndicats autonomes" en recourant à "la violence et au matraquage systématique comme réponse à nos revendications légitimes", poursuivent les signataires du document. "Par voie de conséquence, ajoutent-ils, nous exigeons que les conventions sus mentionnées et la Constitution algérienne soient respectées, conclue les syndicalistes". 

À noter que 11 syndicats ont signé cette plainte. Il s'agit notamment de l'Unpef, Snpsp, Satef, Cnes, Snte, Cnapeste, Snapeste, Sntfp, Cela, Snap et Cani. 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.