Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 15 Décembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 6 décembre 2017 20:06

Alger: La visite d’Emmanuel Macron vue du commissariat de Cavaignac

Voici comment Khaled Aboubaker, journaliste à Maghreb Emergent a vécu la visite du président français Emanuel Macron à Alger.

À 10h, je suis sorti de la rédaction, sise à la Place Audin, pour faire un reportage sur l’ambiance dans laquelle devait se dérouler la visite  du président français à Alger-centre. Je me suis rendu à la place Amir Abdelkader pour repérer une position à partir de laquelle je pouvais prendre des photos. Sur place, j’ai constaté que ce n’était pas possible, vu le nombre impressionnant de policiers présents sur place et qui confisquaient systématiquement les téléphones et les appareils photos des passants.  

A 10h30, sur le chemin du retour vers la rédaction, en arrivant devant l’entrée de la Fac centrale, un groupe de personnes manifestait contre la visite de Macron. Je me suis approché : « Macron dégage », criaient les manifestants que les policiers tentaient de maitriser.

J’ai continué mon chemin avec un ami « Abdeldjalil » que j’ai rencontré  sur place. Au bout de quelques pas, un policier s’approche de nous et nous demande si nous avons pris des photos des manifestants. Je lui ai répondu que non. Mais il a exigé de vérifier mon téléphone et à fini par nous demander  d’enter dans un immeuble, à côté. Il a pris le temps d’examiner les portables sans trouver de photos. Ensuite, il m’a demandé ma carte nationale. Je la lui ai remise  en ajoutant que j’étais journaliste et en présentant ma carte de presse. 3Je suis en mission », ai-je précisé. Mais cela ne semblait pas changer grand-chose pour lui.

D’autres policiers en civil arrivent. Ils ont, à leur tour, demandé à revérifier nos papiers et nos téléphones. Le ton est monté, et nous avons tenté de sortir de l’immeuble, en leur expliquant que, tout comme eux, nous étions en mission de travail. « Nous avons des ordres et nous devons les exécuter », nous ont-ils répondu en nous empêchant de quitter les lieux. Je leur ai demandé de me rendre le téléphone pour appeler mon directeur pour l’informer de la situation : Encore fois, refus catégorique.

Après environ 15 minutes d’attente, ils nous ont forcés à monter dans un fourgon de détenues (du ministère de la justice). Ils nous ont conduit au commissariat du 6ème(ex-Cavaignac), en compagnie des manifestants qui en voulaient à Macron, neuf personnes en tout.

Au commissariat, après enregistrement des informations nous concernant, les policiers nous ont dit qu’ils ne pouvaient nous libérer sans l’autorisation de leur « chef » qui n’était pas sur place.  Minutes après minutes, heure après heures, aucun signe du fameux « Chef ».

J’ai essayé plusieurs fois d’expliquer aux officiers, sur place, que j’en ai rien à voir avec la manifestation à laquelle ils ont rapidement mis fin et que ma détention au commissariat était arbitraire. Personne ne semblait m’écouter et la seule chose à faire était d’attendre le « chef ».

Les heures se suivent et je n’avais aucune possibilité d’informer la rédaction, ni ma famille sur l’endroit où je me trouvais. Ce n’est qu’à 15h30 que le chef tant attendu est arrivé. Lorsque l’opportunité m’était enfin donnée d’expliquer « mon cas » au chef, je me suis aperçu que lui non plus n’était pas réceptif à mes explications.  

Plus tard, c’est dans un autre fourgon que nous avons été embarqués, mais cette fois-ci pour passer nous rendre au CHU Mustpha Pacha, pour une visite chez le médecin légiste. C’est la procédure. Une procédure qui nous fera encore perdre 40 minutes. La visite terminée, nous sommes à nouveau emmené au commissariat du 6ème, situé sur l'angle de la rue Capitaine Hassani, dans le ''dos'' du centre cultuel français..

C’est à ce moment que je me rends compte que mon directeur de rédaction, El Kadi Ihsane était sur place et qu’il avait pu convaincre les policiers de me libérer, en leur expliquant que j’étais en mission.

Emanuel Macron avait terminé sa visite d’Alger-centre depuis longtemps et Aboubaker Khaled avait passé la journée en détention arbitraire.

 


Évaluer cet élément
(19 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • ...Un semblant parcoure du combattant !!

    Rapporter Sony jeudi 7 décembre 2017 18:11
  • Pour vos lecteurs qui pourraient l'ignorer, le général Cavaignac est célèbre pour avoir inauguré la pratique des enfumades en Algérie. Pour ceux qui ne savent pas ce que cela signifie, voici un petit compte rendu retrouvé dans la lettre d'un un soldat français. Cela se passe en Juin 1845, dans le massif du Dahra :

    « Quelle plume saurait rendre ce tableau ? Voir, au milieu de la nuit, à la faveur de la lune, un corps de troupes françaises occupé à entretenir un feu infernal ! Entendre les sourds gémissements des hommes, des femmes, des enfants et des animaux ; le craquement des rochers calcinés s’écroulant, et les continuelles détonations des armes ! Dans cette nuit, il y eut une terrible lutte d’hommes et d’animaux ! Le matin, quand on chercha à dégager l’entrée des cavernes, un hideux spectacle frappa des yeux les assaillants.

    J’ai visité les trois grottes, voici ce que j’y ai vu.

    A l’entrée, gisaient des bœufs, des ânes, des moutons ; leur instinct les avait conduits à l’ouverture des grottes, pour respirer l’air qui manquait à l’intérieur. Parmi ces animaux et entassés sous eux, se trouvaient des femmes et des enfants. J’ai vu un homme mort, le genou à terre, la main crispée sur la corne d’un bœuf. Devant lui était une femme tenant son enfant dans ses bras. Cet homme, il était facile de le reconnaitre, avait été asphyxié, ainsi que la femme, l’enfant et le bœuf, au moment où il cherchait à préserver sa famille de la rage de cet animal.

    Les grottes sont immenses; on a compté hier sept cent soixante cadavres; une soixantaine d'individus seulement sont sortis, aux trois quart morts; quarante ont pu survivre ; dix sont à l'ambulance dangereusement malades; les dix derniers qui peuvent se traîner encore ont été mis en liberté pour retourner dans leurs tribus; -- ils n'ont plus qu'à pleurer sur des ruines !»


    Ce sinistre individu continue donc à être honoré dans l'Algérie de 2017. Pitié !!!

    Rapporter Hedir jeudi 7 décembre 2017 16:09
  • Etat policier et le président Français le sait!

    Rapporter ZOHRA ATH VOUYAHIA jeudi 7 décembre 2017 15:58
  • Ha HA Ha , il ne nous reste plus que le rire car les glandes lacrymales ont depuis longtemps tari
    Pauvres de nous! quelles prières et quels Saints implorer pour nous sortir des braises de cette Géhenne ?

    Rapporter selma jeudi 7 décembre 2017 14:12
  • ET VIVE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIIIIIIIIQUE ET POPULAIREEEEEE
    VIVA CUBA, VIVE LA REPUBLIQUE POULAIRE DE CHINE

    Rapporter BIL jeudi 7 décembre 2017 10:57
  • Je témoigne , hhhhh

    Rapporter Mustapha amine jeudi 7 décembre 2017 01:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda » (audio-vidéo)

Le talk de journalistes de RadioM est revenu sur l’affaire Al Qods et se quelle révèle dans l’opinion de chaque pays arabe ou pas.

L’Algérie a exporté via le port de Bejaia près de 460 000 tonnes de sucre en 10 mois

  Entre le 1er janvier et le 31 octobre 2016, les exportations de sucre via le port de Bejaia se sont établies à 338 480 tonnes.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.