Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Avril 2018

  •   Younes Saadi
  • jeudi 14 décembre 2017 13:46

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

 

Le sociologue et ex-enseignant universitaire algérien Nacer Djabi a été interdit par la direction de l’université d’Alger 3 de donner une conférence sur les élections à la faculté de sciences politiques.

Initialement invité à intervenir, le sociologue a été contacté mercredi, la veille de la conférence, par les organisateurs de l’événement pour l’informer de l’annulation de la conférence. Motif : la situation actuelle de l’université ne permet pas d’organiser un tel événement, indique le concerné sur son compte facebook.

Contre toute attente jeudi matin, il apprend par le biais des enseignants de la faculté en question que la conférence n’a pas été annulée. « J’ai appris jeudi matin, que la conférence se déroulait comme prévue. C’est juste mon intervention qui a été évacuée du programme après l’intervention personnel du recteur de l’université d’Alger 3 », explique le chercheur sur facebook. Quant aux raisons de cet agissement, le sociologue avance ses positions politiques hostiles au pouvoir. « Le recteur a évoqué mes positions politiques hostiles au pouvoir pour justifier aux organisateurs de la conférence sa décision de me supprimer de la liste des intervenants ».

Dans une déclaration à Maghreb Emergent, le sociologue se dit étonné par l’attitude du recteur qui porte atteinte, par sa décision, à l’image de l’université algérienne. « J’allais intervenir sur la sociologie électorale en Algérie. C’est un thème purement académique qui n’a aucune arrière-pensée politique », a-t-il expliqué. Il ajoute : « J’ai toujours donné des conférences de ce genre en Algérie et ailleurs. C’est la première fois qu’on m’interdit d’intervenir dans un rendez-vous académique ».

Expliquant cette situation, le sociologue estime que l’interdiction est venue de la personne du recteur qui fait dans l’excès de zèle. « Je ne pense pas que la décision d’interdire mon intervention est venue des hautes autorités du pays », dit-il avant de revenir sur la situation qui prévaut à l’université Alger 3 depuis le début de l’année 2017. « Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois. Il est utile de rappeler que ce sont ces mêmes responsables de l’université qui ont mobilisé des étudiants pour agresser des enseignants et qui sont aussi intervenu pour orienter et censurer une thèse de doctorat », rappelle le chercheur.

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Batimatc 2018 ouvre ses portes sous le signe de la transition numérique

  L’édition de cette année accorde un intérêt particulier à la transition numérique dans la construction en Algérie.

Algérie-Commerce : Plus de 8000 agents de contrôle seront déployés sur le terrain durant le Ramadan

    Les marchés spécifiques aux mois de Ramadan « visant à promouvoir la production nationale » seront ouverts au moins cinq jours avant le début du mois sacré.

Algérie : Le déficit commercial en recul de 83,6%, selon les douanes

  Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 96% durant les trois premiers mois de 2018 contre 75% à la même période de l'année précédente.