Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Younes Saadi
  • dimanche 24 décembre 2017 17:08

Algérie : Appel d’un groupe d’intellectuels pour faire de Yennayer une fête nationale

Un groupe d’intellectuels vient de lancer sur les réseaux sociaux un appel aux pouvoirs publics pour faire de Yennayer une fête nationale chômée et payée. Ils estiment qu’une telle décision renforcera la cohésion de notre nation et la mettra en phase avec sa profondeur historique.

 

« S’appuyant sur le préambule de la Constitution qui définit l’amazighité comme l’un des fondements essentiels de l’identité nationale, et sur l'article 4 de la Constitution de 2016 qui stipule que Tamazight est langue nationale et officielle, et dans le souci de permettre des avancées effectives dans la prise en charge de cette réalité plusieurs fois millénaire, nous signataires de ce texte lançons un appel aux hautes autorités du pays afin de décréter Yennayer comme une journée de fête nationale, chômée et payée », lit-on dans le document qui précise que cette fête célébrée par toutes les Algériennes et tous les Algériens, de l’Ouest à l’Est, du Nord au Sud est l’un des ciments de notre unité culturelle et nationale. « La décision de faire de Yennayer une journée de fête officielle, chômée et payée renforcera la cohésion de notre nation et la mettra en phase avec sa profondeur historique », estiment les rédacteurs de l’appel.

Cette décision, d’après la même source, peut et doit être prise dans les meilleurs délais afin de permettre à l’Algérie de fêter Yennayer de cette année dans la gaité et le bonheur. « Aujourd’hui plus que jamais, l'Etat est dans l’obligation et le devoir de remplir ses engagements envers Tamazight, dans le strict respect de la Constitution », affirment-ils. Pour eux, ni la crise économique, ni aucune priorité politique ne doit retarder la réconciliation de l'Algérie avec elle-même, à travers sa langue, sa culture et sa civilisation amazighe.

L’appel a été signé entre autres par le poète Achour Fenni, l’écrivain Brahim Tazaghart, l’ex-directeur de la bibliothèque nationale Amine Zaoui, le romancier Lazhari Labter, le chercheur Salim Souhali, l’essayiste Aicha Bouabaci, l’universitaire Mokrane Chikhi, le journaliste Yassine Temlali et autres.

Depuis quelques semaines, les débats sur la promotion de la langue et la culture amazighes occupent le devant la scène politique nationale. Le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement de projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de l’enseignement de la langue amazighe déposée par une député du Parti des travailleurs a fait sortir des dizaines de milliers de personnes dans les rues d’une dizaine de wilayas. 


Évaluer cet élément
(12 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • Tout ce qui contribue à consolider le moi national, réhabiliter et conforter notre immense réservoir de valeurs ne peut qu'être salutaire et bienvenu. Et joindre ainsi le festif à un projet culturel et de société fécond dans sa diversité hors toute manipulation politique bien sûr, me paraît une prise de conscience et un saut qualitatif importants dans l'avancée des idées dont les intellec tuels ont le sacro-saint devoir d'en être les premiers et les meilleurs éclaireurs.

    Rapporter Amar ZENTAR mercredi 27 décembre 2017 14:44
  • Entièrement d'accord avec cette pétition et je la signe

    Rapporter CHIKH SALAH mercredi 27 décembre 2017 13:51
  • Les pouvoirs publics n'ont qu'à obtempérer à cette requête qui est tout à fait logique et réaliste. Tous les algériens devraient signer cette pétition.

    Rapporter GHEDIA Aziz mardi 26 décembre 2017 19:06
  • Ni la pseudo-officialisation de Tamazight, ni l'éventuel reconnaissance de Yennayer en fête nationale, ne régleront la question kabyle.La Kabylie doit être gérée par les kabyles dans un cadre fédéral ou autonomiste.Les kabyles sont un peuple à part entière et la Kabylie n'est pas une région ou des wilaya mais un pays "Tamourt n Leqvayel".Toute solution au problème kabyle, passe par la reconnaissance du peuple kabyle et de son droit à gérer librement son territoire sans les ingérences d'Alger.

    Rapporter AKSIL lundi 25 décembre 2017 17:31
  • Confondre LA connaissance avec SA connaissance ne me parait pas très pertinent.
    respectueusement.

    Rapporter Omar Tib lundi 25 décembre 2017 13:49
  • intellectuels ?!!!
    mis à part monsieur Zaoui, on ne connait personne ...

    Rapporter hocine satour lundi 25 décembre 2017 11:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Les réserves en devises baissent à 82 jours d'importation, "un niveau plus qu’alarmant"

L'expert en économie Moez Joudi juge le niveau  de stock des réserves plus qu’alarmant. 

Tourisme : 2,5 millions d’Algériens ont visité la Tunisie en 2017 (OTT)

Pas moins de 2,5 millions de touristes algériens ont visité la Tunisie au cours de l’année 2017, une affluence représentant 35% de l’ensemble des touristes ayant visité ce pays voisin, a indiqué à l’APS le directeur de l’Office tunisien du tourisme (OTT).

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".