Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • dimanche 31 décembre 2017 12:21

Algérie : Augmentation des prix des transports à partir du 10 janvier 2018

C’est la seconde fois en deux ans que les prix des transports connaissent des augmentations, sous l’effet de l’augmentation des prix du carburant.

 

Les prix des transports verront une augmentation « symbolique » à partir du 10 janvier 2018, selon le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane dont les propos ont été rapportés par l’APS. « Cette augmentation n’aura aucun impact sur le pouvoir d’achat du citoyen », a-t-il précisé samedi lors des rencontres du groupe de travail composé de la Direction centrale du ministère des Travaux publics et des Transports, et des représentants du syndicat des chauffeurs de taxis et des opérateurs du transport collectif des voyageurs urbain et suburbain en vue d'examiner l'impact de la hausse du prix des carburants sur la tarification des transports collectifs.

Ces nouvelles tarifications sont, « sans doute », le résultat des nouvelles augmentations des prix du carburant, prévues dans la loi de finance 2018.  Pour le ministre, cette mesure tient compte des intérêts des transporteurs,  mais aussi du pouvoir d'achat des usagers du transport public collectif. A cet effet, le ministre a exprimé son engagement « à poursuivre l'action commune en vue d'améliorer leurs conditions de travail et de les accompagner dans leurs efforts d'amélioration de leurs prestations ».

C’est la seconde fois en 2 ans que les prix des transports connaissent des augmentations sous l’effet de l’augmentation des prix du carburant, après celle opérée en février 2016, où les tarifs du transport collectif urbain et suburbain relevant du secteur privé avaient augmentés de l'ordre de 10%.

Le ministre des Travaux publics et des transports a appelé à la tenue d’une une réunion qui « regroupera des représentants du secteur des transports avec les directions de wilayas des transports au cours des deux prochains jours pour les tenir informés de ce qui a été décidé lors de la réunion de samedi ».


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Nwala, nammed, nezra,........nehder, nugad, nessusem. .......matub lunis.

    Rapporter Apis-Vert mercredi 10 janvier 2018 10:23
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...