Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Noreddine Izouaouen
  • mardi 2 janvier 2018 08:48

Algérie: Le SNATEG organise un rassemblement contre la Charte du PPP

 D’après le Snateg, la volonté de dissoudre ce syndicat ferait partie d’une manœuvre visant, en définitive, à faciliter la mise en application de la charte du PPP.

Le bureau national du Syndicat autonome des travailleurs de l'électricité et du gaz (SNATEG) a  fait part de sa décision de tenir un rassemblement de contestation, le 20 janvier courant près de la Grande poste, à Alger.

Les responsables du syndicat autonome veulent, à travers la tenue de ce rassemblement, dénoncer la Charte de partenariat public privé (PPP), signée, en décembre, avec le Forum des chefs d’entreprise (FCE).

Il est également question, pour les syndicalistes,  de "se démarquer définitivement du syndicat UGTA imposé par le gouvernement comme seul représentant des travailleurs algériens". Les membres du SNATEG s’attaquent également aux syndicalistes  qui ont "trahi ouvertement par, leur abandon des entreprises publiques au secteur privé, sans exprimer le moindre respect à l’ensemble des travailleurs".

Ainsi, le bureau national du SNATEG "regrette fortement l’annonce du gouvernement, lors de la tripartite d’un accord inattendu sur le partenariat public-privé et l’ouverture du capital  des petites et moyennes entreprises publiques au secteur privé". Le SNATEG se désole également de l'exclusion des syndicats autonomes lors de la dernière tripartite sur le PPP. " Une rencontre qui s’est  déroulée sans la participation des syndicats autonomes qui devaient être impliqués dans la prise de décision", indique-t-on. 

Le communiqué du Snateg rappelle que les multiples tentatives du ministère du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale à vouloir dissoudre et immobiliser l’exercice syndical du le Snateg, "avaient pour but de favoriser la mise en place du partenariat public-privé (visant principalement) de grandes entreprises nationales telles que  SONELGAZ , SONATRACH et NAFTAL".

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...