Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Karim Sabeur
  • mercredi 3 janvier 2018 08:40

Algérie: La CACI lance des formations au profit des futurs exportateurs

La CACI met à la disposition des entreprises un site web permettant de faire la promotion de leurs produits.

 

La Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) a décidé de lancer une nouvelle promotion de la formation aux métiers de l’exportation organisée sous l’égide du ministère du Commerce et destinée aux chefs d’entreprise et aux cadres intéressées par cette activité. Cette formation, dont les candidatures ont été clôturées en début de semaine, se déroulera en collaboration avec les chambres de commerce locales. Le tout appuyé par l’Ecole supérieure algérienne des affaires.  

Elle sera assurée par des formateurs nationaux certifiés et bénéficiera du soutien financier de l’Etat à hauteur de 80%. La chambre met aussi à disposition des opérateurs une vitrine virtuelle des produits algériens à l'exportation, Exportal, qui est un site web permettant d'afficher, en images notamment, les gammes de produits, leurs caractéristiques techniques, fiches techniques et certaines modalités commerciales pratiques.

Le site vise à devenir une référence pour faire découvrir l'offre algérienne hors hydrocarbures, tous secteurs confondus, sur les marchés extérieurs, en vue d'améliorer la visibilité des produits algériens à l'étranger et la visibilité des exportateurs, et par conséquent, contribuer au développement des exportations algériennes hors hydrocarbures. Ce site constitue un outil promotionnel supplémentaire et crédible vis-à-vis des acheteurs étrangers potentiels et bénéficiera de la part des institutions nationales d'une large médiatisation et promotion dans les différentes manifestations à l'étranger.

Alors que la politique à l'export est promue en tant que stratégie nationale, les conseillers du commerce extérieur manquent toujours pour encourager à aller à l'international, axe de développement incontournable en matière de croissance, pour peu que le secteur et la taille de l'entreprise le permettent.

Exporter n’est pas facile à mettre en œuvre. Outre les dispositifs divers qui existent, nombreuses sont les entreprises qui y vont par sans avoir un plan préparé et des angles prédéfinis. Cela peu-il changer avec les formations de la CACI?

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...