Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Algérie Presse Service
  • jeudi 4 janvier 2018 08:27

La charte sur le Partenariat sociétaire n'est pas une privatisation des entreprises publiques (Ali Haddad)

 

"Nous ne permettrons à personne de nous donner des leçons de nationalisme économique, car nous sommes les plus au fait de la situation de nos entreprises, de notre économie et des défis qui attendent le pays", a indiqué Ali Haddad.

 

Le président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad a affirmé, mercredi à Alger, que la charte sur le Partenariat sociétaire, signée récemment entre le gouvernement, l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et le Patronat vise a asseoir "un partenariat fructueux" pour appuyer et renforcer l'économie nationale et "ne signifie nullement la privatisation des entreprises publiques".

Intervenant lors d'une réunion concertation entre des représentants du parti FLN et de l'UGTA, sous la conduite de MM. Ould Abbes et Abdelmadjid Sidi Saïd, visant à expliquer la portée et le contenu de la charte, M. Haddad a indiqué que cette charte vise à asseoir "un partenariat fructueux" entre les secteurs public et privé, soutenant qu'il ne s'agit nullement de "privatisation des entreprises publiques".

"L'enjeux principal est la relance de l'économie nationale", a-t-il ajouté, soulignant le "rejet catégorique" du FCE des accusations "irresponsables" véhiculées par certains milieux à travers des "procès d'intention" et des appels à "des lignes rouges" à ne pas franchir car s'agissant de l'avenir du secteur public.

"Nous ne permettrons à personne de nous donner des leçons de nationalisme économique, car nous sommes les plus au fait de la situation de nos entreprises, de notre économie et des défis qui attendent le pays", a-t-il affirmé, ajoutant que "le Patronat est le mieux placé pour connaître les difficultés auxquelles l'entreprise nationale économique est exposée".

Ces lignes rouges, pour le Patronat, a-t-il dit "c'est empêcher le développement de l'économie nationale et anticiper sa chute", estimant que "les lignes rouges sont le risque de compromettre la souveraineté nationale et rester les bras croisés face à la dépendance extérieure, aux obstacles auxquels est confrontés au quotidien l'entreprise algérienne et au monopole d'entreprises étrangères sur des secteurs stratégiques".

M. Haddad a expliqué en outre que la stratégie du Patronat est basée sur la "non différenciation entre secteurs public et privé", soulignant qu'"il n'y a qu'une seule entreprise économique algérienne".


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Quel culot ! Cet analphabète multilingue ose déclarer que"ils" sont les seuls à être au fait des réalités économiques du pays...rien que ça ! Lui, sidhoum said, tliba, tahkout et j'en passe....ont passé tout leur temps et pendant des années à détourner l'argent du peuple algérien pour le déposer dans certaines banques à l'étranger et notamment françaises, vient nous donner des leçons de patriotisme tout en refusant d'écouter les experts algériens qui ne cessent de tirer la sonnette d'alarme sur la situation dramatique de l'économie algérienne depuis plus de vingt ans et vous venez, toute honte bue, de demander au peuple algérien de cautionner la politique désastreuse que vous voulez imposer au peuple algérien !!! Taisez-vous à jamais et ayez la décence de ne plus jamais vous adresser au peuple algérien. Car vous êtes trop ignorant et vous puez la charogne, en fait vous êtes un véritable criminel et le peuple algérien le sait. Vous êtes le parrain d'une organisation maffieuse qui n'a rien à voir avec le vocable de patronat ou de forum des "chef" d'entreprise. Le peuple algérien attend avec patience votre jugement pour tous vos crimes. Les marchés que vous avez obtenus indûment et grâce à votre corruption, et surtout la médiocrité avec laquelle vous avez massacré les" routes" et les quelques à"ponts"que vos copains et vos coquins vous ont confié, sont là pour en témoigner.

    Rapporter Hychem Zaidi vendredi 5 janvier 2018 18:41
  • Mais simples donations.

    Rapporter hrire vendredi 5 janvier 2018 08:39
  • Mais allez investir M Hadad,rien ne vous empeche,au contraire vous etes parmi les chouchous,les souteneurs. Allez planter des pistachiers,des amandiers,oliviers,dans les vastes hauts plateaux.! Pourquoi vous vous accrochez aux epe?? Ya tellement de choses à entreprendre,l'Algérie importe tout,allez investir dans la substitution aux imports..

    Rapporter Mobencous vendredi 5 janvier 2018 04:17
  • Si seulement ce parasite nationaliste de bazar, suceur des finances publiques avec ses réalisations "malfaçonnées" de partout avait la décence de manger en silence, il inspirerait peut-etre moins de dégoût.

    Rapporter sam24 jeudi 4 janvier 2018 22:44
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...