Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • jeudi 4 janvier 2018 09:46

Tunisie- Les mesures gouvernementales vont détériorer davantage le pouvoir d'achat des citoyens" (UGTT)

 

Le bureau exécutif de l'Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a estimé que les mesures prises par le gouvernement ont entraîné une forte hausse des prix de plusieurs produits de consommation quotidienne et prédit comme corollaire un renchérissement du taux d'inflation, une détérioration du pouvoir d'achat des Tunisiens et une amplification des disparités sociales.

 

Dans un communiqué rendu public, le bureau exécutif de l’UGTT a fustigé les hausses des prix des produits de large consommation, affirmant qu'elles sont "l'aboutissement inéluctable des réserves formulées par l'UGTT sur l'augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée dans le budget de 2018 en tant que solution de facilité choisie par le gouvernement pour combler le déficit budgétaire aux dépens des consommateurs et essentiellement des salariés".

Il a qualifié l'augmentation des prix avant la révision du système de compensation d'"approfondissement de l'injustice sociale et de frein à la consommation en tant qu'un des principaux moteurs de relance de la croissance en Tunisie à la lumière du ralentissement des investissements".

Hausses "artificielle et frauduleuses"

La centrale syndicale a estimé d'autre part que la hausse des prix de nombreux produits est "artificielle et frauduleuses" telle la hausse du prix du sucre, appelant le gouvernement à honorer ses engagements et s'abstenant de relever les prix des produits de première nécessité conformément à l'accord avec l'UGTT.

Elle a renouvelé sa demande de révision du système de compensation, en assurant que ses vrais destinataires en soient les premiers bénéficiaires et en restructurant le marché avec la lutte contre le monopole, la spéculation et la contrebande, tout en réorganisant les circuits de distribution et prévoyant un rôle de régulation de l'Etat.

Le bureau exécutif a fait assumer au gouvernement la responsabilité des "mesures non sociales" prises au détriment des salariés, des démunis et sans ressources, l'invitant à procéder à des compensations en faveur de ces couches sociales.

Il a mis en garde également contre les politiques ultralibérales, réaffirmant la nécessité de garantir la souveraineté de la décision nationale, pour l'intérêt général du pays et afin de répondre aux attentes du peuple et assurer ses besoins sociaux.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...