Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Maghreb Emergent
  • dimanche 14 janvier 2018 10:41

Tunisie-Contestations sociales: Le gouvernement joue la carte de l’apaisement

Il est question d’augmenter les allocations sociales, de mettre en place une couverture maladie universelle et d’un minimum retraite et aussi de lancer un plan logement.  

 

Dans une tentative de calmer la rue, le gouvernement annonce une série de mesures en faveur des Tunisiens les plus pauvres, après plusieurs jours de contestations sociales contre les hausses des prix décidées dans la loi de finances 2018.

Il est ainsi question d’augmenter les allocations sociales, de mettre en place une couverture maladie universelle et d’un minimum retraite et aussi de lancer un plan logement.  Une source gouvernementale a précisé à l’AFP que ces mesures seraient appliquées dès cette année.

Samedi, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a rencontré les responsables des partis au pouvoir, de la centrale syndicale UGTT et du patronat pour discuter des moyens de sortir de la crise. Il a reconnu que “le climat social et le climat politique ne sont pas bons en Tunisie” tout en assurant que “la situation reste positive”, selon l’AFP.

La sortie du président de la République tranche avec l’attitude du gouvernement observée plus d’une semaine durant à la contestation sociale qui a ébranlé la Tunisie à la veille du 7eme anniversaire de la révolution. Les autorités tunisiennes semblent jouer la carte de l’apaisement face à la grogne sociale qui a pris beaucoup d’ampleur, après avoir fait la sourde oreille aux revendications sociales des Tunisiens.

Vendredi, le gouvernement n’a manifesté aucune volonté d’apaisement. Le ministre du Commerce s’est montré ferme lors d’une conférence de presse où il a déclaré que le gouvernement n’a pas l’intention de se rétracter ou de revenir sur les augmentations des prix décidées dans le cadre de la loi des finances d’autant que ces augmentations n’ont pas concerné les produits subventionnés.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le groupe Sonatrach sollicité par l’Irak pour développer un champ pétrolier

  Il  a été question, également, lors de cette entrevue de la possibilité d’une participation de Sonelgaz et de Naftal à l’extension du réseau de transport de gaz en Irak.

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché.