Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Lynda Abbou
  • lundi 15 janvier 2018 14:25

Algérie : Rebrab soutient Mourad Bouzidi, condamné pour avoir « diffamé » le DG du port de Béjaia

Issad Rebrab a a indiqué qu’il était de la responsabilité de chaque Algérien de dénoncer les abus de pouvoir.

 

L’homme d’affaire algérien et président du conseil d’administration du groupe familial Cevital, Issad Rebrab, a rendu public hier soir,  un communiqué dans lequel il exprime son soutien à Mourad  Bouzidi, porte-parole de la coordination nationale des comités de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques.

Mourad  Bouzidi a été  condamné à 3 mois de prison avec sursis et à 20 000 dinars d’amende dans un procès « en diffamation intenté contre lui par le Directeur général du port de Bejaia », li-t-on dans le communiqué.

D’après Issad  Rebrab, il a été reproché à Bouzidi d’avoir dénoncé le directeur général du port de Bejaia, « qui bloque illégalement et ce depuis plusieurs mois l’accostage des navires et le déchargement des équipements du projet de trituration de graines oléagineuses du groupe Cevital ».

Rebrab à précisé, en outre, que « les 18000 collaborateurs et la direction du groupe Cevital adressent des remerciements chaleureux à Mourad  Bouzidi  pour son engagement et son exemplarité en dénonçant une injustice flagrante qui au-delà des intérêts du groupe Cevital porte préjudice à des milliers de familles algériennes ».

Enfin Issad Rebrab a souligné « qu’il est de la responsabilité de chaque Algérien de dénoncer ces abus de pouvoir et de soutenir Mourad Bouzidi ». « Ceci  relève de notre conscience collective de s’indigner contre l’injustice subie par notre concitoyen car elle pourrait toucher chacun d’entre nous. Bouzidi a fait appel et nous avons pleine confiance dans la justice de notre pays pour le rétablir dans son droit »,  conclut-il.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Malheureusement les algériens assistent quotidiennement à des abus de pouvoir révoltants,mais le passage à la solidarité n'est pas pour demain. C chacun pour soi,ekhty rassi. Les gens ont peur,certains pensent que ça ne les concerne pas,d'autres réagissent par régionalisme voire tribalisme,les autres ont vendu leur honneur pour des privilègés.. Si on devait faire une guerre d'indépendance aujourd'hui on ne trouverait personne de la trempe de nos martyrs. Ya plus d'hommes!!

    Rapporter Mobencous mardi 16 janvier 2018 01:01
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.