Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   lynda Abbou
  • lundi 29 janvier 2018 15:36

Adlène Meddi : Derrière le roman "1994", il y a un vécu et des souvenirs de la décennie noire (vidéo)

Le journaliste et écrivain Adlène Meddi a indiqué lors de son passage à Radio M que  les personnages de son dernier  roman  1994 paru aux éditions Barzakh,  « sont ancrés dans la réalité de la guerre civile » où il a  cité sa brève rencontre avec  l’ancien général, Smain Lamari.

 

«  En 2008 je devais faire un reportage sur Had Ch’kala, lieux d'un massacre. Un reportage qui m’a mis en confrontation directe avec  ma mémoire. Un épisode de ma vie que je croyais avoir oublié. C’était difficile de renouer avec ça».  Adlène Meddi raconte comment il a repris contact avec « l’ambiance » de cette période de terreur qu’a connue le pays dans les années 90’. En plus de ses souvenirs et/ou  de son propre vécu, l’interviewé a recontacté d’anciennes connaissances, il s’est inspiré des expériences de sa famille et de ses amis.   Selon lui, son travail de journaliste lui a permis  de connaitre  pas mal de  détails sur le sujet. D’autant plus qu’il a beaucoup travaillé sur le sujet des disparus de la décennie noire.  «  J’ai une relation pas très normale avec ces années là. Et j’ai décidé de revenir avec un travail d’enquête et  un travail documentaire », dit-il.

1994 est un roman plein d’émotions, une intrigue qui tient la route. Adlène Meddi argumente «  On est  allé trop sur le récit général de cette période de notre histoire. Et j’ai trouvé intéressant de parler d’une personne afin de sortir de l’anonymat de cette phase ». Interrogé sur  la description précise et l’esprit de guerre civile que le lecteur repère facilement en lisant 1994,  il a souligné qu’il avait « une obsession et aussi une  fascination pour les services secrets ». « J’ai eu une brève rencontre avec l’ancien général Smain Lamari dans un enterrement » a-t-il confessé. D’après lui, les personnages de sont roman  sont vraisemblablement proches de ceux qui existent vraiment. « Je suis parti de personnages  qui existaient réellement » a-t-il affirmé. 

Son roman est un mélange de  fiction et de réel. Il parle de 1994,  l’année de l’armement des citoyens en Algérie. Il   raconte les deux guerres qui ont marqué le pays et qui imprègnent encore si intensément notre présent. Meddi  parle de l'année où tout bascule pour quatre jeunes lycéens d'El-Harrach (banlieue Est d’Alger). Le pays est à feu et à sang lorsque ces adolescents décident de former, avec leurs propres moyens, un groupe clandestin de lutte antiterroriste.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...