Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 8 février 2018 11:27

Les victimes algériennes de violences pendant la Guerre de libération ont désormais droit à une pension française

Photo : Wikipedia.

Le Conseil constitutionnel français a censuré les mots "de nationalité française" » qui réservaient ces pensions uniquement aux victimes françaises.

 

Le Conseil constitutionnel français, rapportent des médias français, a décidé aujourd'hui d’étendre le droit à des pensions de victimes d'actes de violence à toutes les personnes qui résidaient en Algérie pendant la guerre de libération algérienne (1954-1962) et ce, abstraction faite de leur nationalité.

Les membres de cette haute instance judiciaire française, indique le quotidien français Le Figaro, « ont censuré les mots "de nationalité française" » qui réservaient ces pensions uniquement aux victimes françaises. Pour eux, le législateur, en rédigeant la la loi du 31 juillet 1963 sur l’indemnisation des personnes de nationalité française victimes de dommages physiques subis en Algérie « ne pouvait, sans méconnaître le principe d’égalité devant la loi, établir (…) une différence de traitement entre les victimes françaises et celles, de nationalité étrangère, qui résidaient sur le territoire français au moment du dommage qu’elles ont subi ».

Cette décision du Conseil constitutionnel français intervient dans un contexte marqué par la volonté exprimée par le président français Emmanuel Macron de régler la question de la « mémoire de la Guerre d’Algérie » par une reconnaissance plus expresse des crimes commis par l’armée coloniale française entre 1954 et 1962 sur le territoire algérien.

Pour rappel, le 23 janvier dernier, le député et mathématicien français Cedric Villani a déclaré que le président français avait évoqué avec lui sa conviction que Maurice Audin, un membre du Parti communiste algérien mort en 1957 a été assassiné par les soldats français.

Cette déclaration a été interprétée comme un pas supplémentaire vers une telle reconnaissance.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Le problème c'est que c'etaient des départements Français et qu'en 1958, les musulmans étaient Français de plein droit.

    Rapporter Leray jeudi 8 février 2018 21:16
  • Et les massacres commis par les ..... du FLN ? On en parle ?
    En 1962, en massacrant plus de 80.000 Harkis, enfants, femmes, vieillards et même les chèvres, les moutons et les vaches.
    En 1962 toujours, en enlevant et assassinant plus de 3000 enfants, femmes, vieillards et adultes, à Oran.
    En 1957, à Melouza, en éliminant, lors d’une abominable boucherie, 374 algériens, musulmans, enfants, femmes, vieillards, adultes, parce qu’ils refusaient de soutenir le FLN.
    En 1955 à El Halia, en tuant 140 enfants, femmes, vieillards et adultes. Un vrai carnage, des bébés écrasés contre les murs sous les yeux des parents.
    Ecoeurant.

    Rapporter logan jeudi 8 février 2018 13:54
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.