Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Lynda Abbou
  • mardi 13 février 2018 18:04

Algérie : Un rapport "dépassé" soumis à l’étude à l'APN

Le député du Front des forces socialistes (FFS), Mohamed Klaleche, a assuré que le rapport était marqué par  un certain nombre de contradictions.

 

Débattre au sujet d’un rapport relatif à l’évolution économique et monétaire en Algérie de 2016 « est une perte de temps ». C’est ce que se sont accordés à dire de nombreux députés, aujourd’hui, à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Parler de la conjoncture économique de l’année 2016, deux ans plus tard, est un exercice inutile, selon la plupart des députés invités à se pencher, en plénière, sur ce document.

Mohamed Mokrane, représentant du Front El-Mostakbal, a qualifié  ce rapport est un « document mort ». La députée Besma Aazouer, du même parti, a estimé, quant à elle, qu’il aurait fallu « étudier ce rapport avant la loi de finances ».   Le député de NAHDA-ADALA-BINA, Lakhdar Benkhellaf, a souligné que le débat sur le rapport ne sert a rien puisqu’il  se fait à un moment où toutes les conditions économiques ont changé.

Par ailleurs, le représentant du Parti des travailleurs (PT), a regretté le fait d’étudier ce rapport en l’absence de représentants du gouvernement. En outre,  le député du Front des forces socialistes (FFS), Mohamed Klaleche, a assuré que le rapport était marqué par  un certain nombre de contradictions. « Votre rapport manque de crédibilité et d’arguments et d’objectivité, ce qui prouve l’échec de notre politique économique », a-t-il dit.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • C de l'esbroufe,discuter un rapport de 2016 en 2018!! C pour ça que les ministres concernés sont absents,ils savent très bien que ça ne sert à rien sinon à occuper la galerie et donner l'impression que l'apn sert à quelque chose ! Les partis du pouvoir majoritaires font ce qu'ils veulent à leur guise,une vraie dictature sous couvert parlementaire. L'opposition doit les culpabiliser sans cesse sur la faillite du pays à cause de leur beniouiouisme,de leur allégeance complice,leur refus de l'avis contradictoire..

    Rapporter Mobencous mardi 13 février 2018 18:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.