Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 20 Juin 2018

  •   Lynda Abbou
  • mardi 20 février 2018 16:48

Algérie : "La grève du secteur de l’éducation a atteint un taux de suivi de 80%" (Cnapeste)

Le conseiller au ministère de l'Education nationale a déclaré que le calendrier scolaire annoncé au début de l'année sera respecté en dépit du mouvement de grève enclenché notamment dans les wilayas de Blida et Béjaïa.

 

La grève des cinq syndicats réunis sous la bannière de l’Intersyndicale de l’éducation paralyse le secteur.  Les enseignants, les employés d’administration, les surveillants et tous les travailleurs des établissements des trois paliers (primaire, moyen et secondaire)  ont entamé une grève de deux jours (20 et 21 février).

Contacté par Maghreb Emergent, la porte-parole du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation nationale (Cnapeste), Messaoud Boudib,  a affirmé que  pour les enseignants, la grève a atteint un taux de participation qui varie entre 72% et 80% au niveau national. En plus du Cnapeste, en grève illimitée depuis le 30 janvier, les syndicats participants a cette grève de deux jours sont le Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest), celui des travailleurs de l’Éducation (SNTE), le personnel de l’éducation et de la formation (Unpef), les travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef) et enfin celui des enseignants des lycées d’Algérie (Cela).

Les syndicats exigent l’amélioration du pouvoir d’achat, le respect des libertés individuelles, la révision du statut particulier du personnel de l’éducation, l’adoption d’un régime indemnitaire incitatif, la révision de la grille salariale en fonction de l’inflation, la révision de la loi fondamentale du secteur de l’éducation, l’application immédiate de la décision de revalorisation des diplômes DEUA et licence, la création d’un nombre suffisant de postes pour tous les grades et l’augmentation de la rémunération des heures supplémentaires.

Par ailleurs, le conseiller au ministère de l'Education nationale, Mohamed Chaib Draa Elthani, a déclaré hier que le calendrier scolaire annoncé au début de l'année sera respecté en dépit du mouvement de grève enclenché notamment dans les wilayas de Blida et Bejaïa. Il a assuré que "toutes les dispositions pédagogiques et organisationnelles ont été prises pour garantir la scolarité des élèves et rattraper le retard causé par le débrayage", notamment dans les deux wilayas citées.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "la fiscalité pétrolière a augmenté de 19% en 2018" (Sonatrach)

  Concernant les recettes d’exportation Sonatrach a réalisé 14,8 milliards de dollars jusqu'à fin mai dernier, en hausse de 17%, selon les chiffres officiels.

En prêtant davantage aux femmes, les banques tunisiennes pourraient stimuler la croissance (Rapport SFI)

  La Tunisie est considéré comme l’un de pays les plus progressistes en matière de droits des femmes dans la région MENA.

Algérie: La 51/49% restera une "ligne rouge" dans le secteur des hydrocarbures (Sonatrach)

Le futur cadre juridique relatif au secteur des hydrocarbures permettra une "clarification" du rôle du ministère de l'Energie, ainsi que ceux de l'Agence Alnaft et de l’ARH.