Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Avril 2018

  •   Lynda Abbou
  • dimanche 18 mars 2018 17:22

Algérie : Les coûts des ordonnances hospitalières sont plus élevés que ceux du privé (étude)

L’objectif de l’étude est d’identifier quels sont les principaux déterminants des coûts de la prescription sur la base de l’exploitation des ordonnances reçues dans le cadre du tiers payant (ordonnances remboursables par la sécurité sociale), et archivées.

 

« Les prescriptions hospitalières reçues en officine ont un coût plus élevé de 4,59% que celles issues du secteur ambulatoire privé du fait que la sécurité sociale n’autorise pas  la prescription de certains produits que par les praticiens spécialistes hospitaliers. Et si ce n’était pas cette exigence, la  tendance aurait été  inversée », a révélé une étude intitulée « Les déterminants des coûts de la prescription : le cas d’une pharmacie d’officine en Algérie », menée par le Dr Abdellatif Keddad,  Hocine Gacem et Miloud Kaddar.

Cette étude  est une collecte de données qui  a été réalisée dans une pharmacie privée d'une ville moyenne de l'Est Algérien (Batna). C’est une analyse proposée sous une double dimension, socio-économique et pharmacologique. Son objectif est d’identifier  quels sont les principaux déterminants des coûts de la prescription sur la base de l’exploitation des ordonnances reçues dans le cadre du tiers payant (ordonnances remboursables par la sécurité sociale), et archivées.

La ligne de prescription du secteur public est plus chère que celle du secteur privé. « Nous pouvons lier cet effet à celui des médicaments chers, relevant de la prescription hospitalière. Mais si on ne prend pas en compte les produits chers, la tendance est inversée : les ordonnances du secteur privé ont un coût plus élevé que celles du secteur public» note cette  étude qui précise :  « 7151,57 DA pour le secteur public vs 6 823,20 DA pour le secteur privé soit un écart de 4,59 %. Cependant, si l’on retire les prescriptions des médicaments chers cités précédemment (pour les 2 secteurs d’activité), on obtient de nouvelles valeurs qui inversent la tendance avec 5624,48 DA/ordonnance pour le secteur public vs 6607,48 DA/ordonnance pour le secteur privé soit un écart de 17,5% ».

Les paramètres augmentant le coût

Par ailleurs l’étude a souligné que, le paramètre âge augmente le coût des prescriptions avec un prix moyen de 7171,49 dinars algériens par ordonnance pour les plus de 40 ans contre un prix moyen de 6923,39 pour l’ensemble de la population. Les ordonnances destinées aux traitements des maladies chroniques ont été 8,3 fois plus élevées que celles des traitements aigus, alors que la classe oncologie s’est avérée être la plus chère avec une moyenne de 24 398 DA par ordonnance.

 

Notons que les auteurs de l’étude soulignent que ce « travail n’est toutefois pas représentatif car il ne porte que sur une officine, une année et uniquement les patients assurés sociaux bénéficiant du tiers payant ». « Il y a un immense besoin d’une enquête nationale sur l’accès aux soins, sur les dépenses des ménages et la consommation des soins et des produits de santé » pour permettre de  disposer de données fiables « nécessaires au pilotage éclairé et pas seulement non administratif du secteur pharmaceutique et du système de santé », conclut l’étude.

Algérie : Les coûts des ordonnances hospitalières sont plus élevés que ceux  du privé (étude)

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La Banque Mondiale s'engage à poursuivre son soutien à la Tunisie dans la réalisation de ses réformes

La Banque Mondiale a affirmé appuyer la Tunisie dans la réalisation de ses projets de réforme, afin de booster la croissance et répondre aux besoins socio-économiques du pays.

Algérie: L'inflation moyenne annuelle à 4,6% jusqu'à mars 2018

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,6% jusqu'à mars 2018, a appris l`APS auprès de l`Office national des statistiques (ONS).

Les assises nationales sur l’agriculture : un colosse aux pieds d’argile ! (contribution)

Des assises sur l’agriculture seront organisées le 23 du mois courant sous le thème ’’ l'agriculture au service de la souveraineté nationale ’’.