Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

Algérie: « Le pouvoir instrumentalise la loi pour décréter l’illégalité des grèves » (FFS)

 

« Le pays paraît frappé de paralysie institutionnelle », estime le FFS qui se dit « alarmé par la multiplication des conflits sociaux ».

 

Le Front des Forces Socialistes (FFS), par le biais de son chef parlementaire, Chafaa Bouaiche, a dénoncé ce mardi matin « la situation extrêmement dangereuse » du pays où « aucune institution gouvernementale n’apparaît en mesure de remplir ses missions ». À l’occasion de la présentation du projet de loi relatif au code de procédures pénales à l’Assemblée Populaire Nationale (APN),  le FFS a organisé un point de presse et a mis l’accent sur le « contexte national particulièrement trouble. Et la gouvernance du pays qui semble paralysée, incapable de solutionner les conflits ».

Ce parti de l’opposition trouve que depuis plusieurs mois un climat exécrable règne dans le pays. « Rien ne semble en mesure de fonctionner selon des normes et des règles dignes de l’Etat de Droit, moderne, démocratique et performant pour lequel des générations d’Algériennes et d’Algériens se sont sacrifiés », a déclaré le chef du groupe parlementaire du parti.

« le pays paraît frappé de paralysie institutionnelle, les décisions suivies de contre décisions, le recours à la répression et au dénigrement systématiques des protestations corporatistes, syndicales dans les secteurs vitaux de l’éducation, de la santé et de l’université, ou sociales, notamment les dernières protestations dans le Sud du pays, finissent par décrédibiliser les institutions elles-mêmes qui s’en remettent à l’arbitrage ultime du «Président de la République», «Artisan des solutions magiques»», a-t-il ajouté.

« Les parlementaires du FFS, alarmés par la multiplication des conflits sociaux qui trainent en longueur et que les Pouvoirs Publics semblent dans l’incapacité de résoudre, dénoncent le climat de pourrissement dans lequel s’installent ces conflits », a poursuivi Chafaa Bouaiche.

Enfin, le groupe parlementaire a noté, « Il ne suffit pas d’élaborer des lois quand l’ensemble du système de gouvernance les rend inapplicables dans les faits. Pis, le pouvoir instrumentalise la loi pour décréter l’illégalité des grèves, réprimer l’action syndicale et les mouvements revendicatifs tout en muselant les militants pour les droits».

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Ya Reda, il est est injuste de s'attaquer à un véritable parti d'opposition comme le FFS, notamment dans un pays comme le nôtre et à fortiori dans la conjoncture actuelle. Il n'est pas du tout facile d'élaborer et de mettre en œuvre une stratégie politique d'opposition face à un régime opaque et nébuleux comme celui d'Alger, en raison de l'opacité qui le caractérise et de la multiplication des centres de décisions que personne ne parvient à identifier. Sans parler des centres de décision hors de nos frontières. Tu es d'une naïveté affligeante. Les ripoux illégitimes qui nous sont imposées et maintenues grâce aux puissances occidentales n'ont aucune volonté d'écouter le peuple algérien et encore moins les conseils ou les propositions émanant d'un parti comme le FFS. Ils n'ont jamais gouvernés, ils n'ont aucune notion de la démocratie, comme le soulignait à juste titre le Colonel Lotfi en 1956, aucune notion des droits humains...Alors de grâce ya Reda, ces personnes sont incultes, analphabètes, félons et... prêts à tout y compris éliminer tout le peuple algérien pour conserver leurs fauteuils. Voyons Reda, faire de la politique en Algérie, dans le contexte actuel, relève du miracle.

    Rapporter Hychem Zaidi mercredi 21 mars 2018 05:22
  • le FFS un parti qui n'a jamais gouverné, encore moi suggéré la moindre esquisse de solution. Moi qui avait de la sympathie pour ce parti, j'en suis tout dégouté de ses prises de position honteuses . Son programme se résume à Dda l'hocine, nous sommes toujours des opposants" autrement dit 'RIEN". Citez moi une seule proposition de projet de loi que cet avatar de parti a faite depuis au moins 5 ans! Rien, du néant , le vide sidéral..
    Le honteux soutien qu'il apporte au syndicat ISLAMISTE du CNAPESTE et aux extremistes CAMRA le déshonore, le discrédite définitivement.
    Aux derniéres municipales et wilayale, il a été incapable de présenter des listes dans les quartiers popuaires d'Alger à l'instar de BELOUIZDAD et autres.
    Un parti populiste, que les militant fuient , un parti CANAPE, sans assise ni programme...Il rejoint en cela son alter égo le RCD dans la chute libre et la décadence

    Rapporter Reda mardi 20 mars 2018 18:43
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le groupe Sonatrach sollicité par l’Irak pour développer un champ pétrolier

  Il  a été question, également, lors de cette entrevue de la possibilité d’une participation de Sonelgaz et de Naftal à l’extension du réseau de transport de gaz en Irak.

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché.