Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Mériem Khadraoui (TAP)
  • mardi 17 avril 2018 12:03

«Le mégaprojet DESERTEC n’a pas été abandonné, il sera exécuté autrement» (Adnan Amin, DG d’IRENA)

 

Selon le site de la Fondation DESERTEC, un second système de câblodistribution reliera la Tunisie à l’Italie, avec un point central au nord de Rome.

L’idée du mégaprojet de désert « DESERTEC »,  qui consiste à installer des centrales solaires et éoliennes pour produire de l’électricité dans les déserts de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et l’exporter vers l’Europe, n’est pas morte, a affirmé le directeur général de l’Agence Internationale de l’Energie Renouvelable (IRENA), Adnan Amin.

” Cette très bonne idée de produire de l’électricité à partir de sites où les ressources d’énergie solaire sont abondantes, n’a pas été abandonnée, mais le projet n’était pas techniquement faisable et son coût était estimé très élevé ( 400 milliards d’euros) “, a déclaré à l’agence TAP, le DG de l’IRENA, au terme d’une conférence de presse conjointe tenue, lundi, au siège de la Fédération allemande de l’énergie renouvelable (BEE) à Berlin, avec le directeur de la Fédération allemande de l’Energie renouvelable, Peter Rottgen, le DG de la politique énergétique au ministère de l’Economie, Thorsten Herdan et le DG des affaires économiques et du développement durable à l’Office fédéral des affaires étrangères, Miguel Berger

Lors de cette conférence tenue à la veille du Dialogue de Berlin sur la transition énergétique (17-18 avril 2018), Amin a souligné que ” l’idée du projet est toujours là, mais je crois qu’elle sera exécutée d’une manière très différente “.

Le responsable a aussi évoqué une autre raison pour laquelle le projet a été confronté à une certaine résistance. ” Il est perçu beaucoup plus favorable au marché européen qu’aux pays où l’énergie solaire et éolienne sera produite “, a-t-il dit.

En effet, une composante du projet pourrait encore être réalisée en Tunisie à travers la compagnie TuNur qui prévoit, d’ici 2020, de relier sa centrale solaire en Tunisie avec Malte, pour un coût d’environ 1,6 milliard d’euros (4,8 milliards de dinars). L’île méditerranéenne est déjà reliée au continent européen par près de 100 kilomètres de lignes sous-marines qui atterrissent en Sicile (sud de l’Italie).

Selon le site de la Fondation DESERTEC, un second système de câblodistribution reliera la Tunisie à l’Italie, avec un point central au nord de Rome, un projet en cours de développement depuis plusieurs années. Ce lien fera partie du plan de projet d’intérêt commun de l’UE finançant les développements d’infrastructure qui bénéficient à l’ensemble des pays de ce continent. Un troisième câble qui reliera la Tunisie directement au sud de la France, est actuellement à l’étude, selon la même source.

 

Pour mémoire, l’initiative DESERTEC a été lancée, en 2009, par la Fondation du même nom, en collaboration avec Munich Reinsurance, RWE (entreprise allemande œuvrant dans le secteur de l’énergie), Siemens et d’autres entreprises. Elle consistait à construire des centrales solaires et éoliennes en Afrique du Nord moyennant un investissement de 400 milliards d’euros pour produire environ 15% des besoins en électricité de l’Europe à l’horizon 2050.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le groupe Sonatrach sollicité par l’Irak pour développer un champ pétrolier

  Il  a été question, également, lors de cette entrevue de la possibilité d’une participation de Sonelgaz et de Naftal à l’extension du réseau de transport de gaz en Irak.

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché.