Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 26 Septembre 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Le projet de Loi de finances 2018 sera présenté demain mercredi au gouvernement par le ministre des Finances, a indiqué mardi à la presse le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, en marge de sa présentation du projet de loi portant amendement de l'ordonnance relative à la monnaie et au crédit devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN).
Pour rappel, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait déclaré jeudi dernier à l'APN que le budget de fonctionnement prévu pour l'exercice 2018 ne serait pas augmenté, et ce, contrairement au budget d'équipement qui sera revu à la hausse du fait de l'augmentation du coût des projets de développement des communes et des crédits du Fonds spécial du Sud et des Hauts-plateaux, ainsi que l'assainissement des dettes des entreprises.
Le gouvernement prévoit aussi l'introduction des chèques islamiques dans le Trésor public au titre du projet de Loi de finances 2018.

APS

Le Comité de pilotage du projet d’appui aux droits de l’Homme et à l’état de droit (PADHED) s’est réuni, lundi 25 septembre à Tunis, en présence du ministre des Relations avec les instances constitutionnelles, de la société civile et des droits de l’Homme, Mehdi Ben Gharbia, et l’ambassadeur de France à Tunis, Olivier Poivre d’Arvor.
Lancé en 2016 dans le cadre de la coopération tuniso-française, ce projet d’appui aux droits de l’homme et à l’état de droit mobilise un budget de 400.000 euros. Il prévoit un ensemble d’actions inhérentes au cadre juridique relatif aux instances constitutionnelles et indépendantes, aux droits de l’homme et à la gouvernance, à la formation dans le domaine de la promotion et de la défense des droits de l’Homme et au renforcement du journalisme sur les droits humains.
Selon un communiqué rendu public mardi par le ministère des relations avec les instances constitutionnelles, de la société civile et des droits de l’Homme, la réunion du comité de pilotage a permis de dresser le bilan des actions entreprises depuis le lancement du PADHED et de passer en revue les actions programmées dans les prochains mois.
Le comité de pilotage a confié au Centre d’information, de formation, d’études et de documentation sur les associations (IFEDA), la mise en œuvre des actions d’accompagnement du Ministère visant la finalisation du cadre juridique des instances constitutionnelles indépendantes (mobilisation d’experts et organisation des consultations avec la société civile).
Les travaux porteront également sur les projets de loi portés par le Ministère de la relation avec les instances constitutionnelles, de la société civile et des droits de l’homme, relatifs au secteur audiovisuel, à la liberté de la presse, à la liberté d’expression, à l’organisation des partis politiques et au secteur de l’économie sociale et solidaire.
Des activités de formation destinées aux fonctionnaires d’Etat en matière de droits de l’Jomme sont également prévues.
Le comité de pilotage a confirmé l’attribution à Canal France international (CFI) la mise en œuvre des actions du PADHED dans le domaine des médias.
Le programme de travail inclut des formations des journalistes en matière de droits de l’homme (journalisme d’investigation et production de contenus).
Lors des échanges, le comité de pilotage a mis l’accent sur la nécessité de mettre en œuvre le PADHED dans les meilleurs délais pour qu’il apporte une contribution concrète et efficace aux efforts du ministère pour la mise en place des instances indépendantes et la concrétisation des dispositions constitutionnelles en matière de droit de l’homme.
Cette réunion s’est déroulée en présence du directeur de l’Agence française de développement (AFD), Gilles Chausse, du directeur du Centre d’information, de formation, d’études et de documentation sur les associations (IFEDA), Mohamed Ridha Saadi, et des représentants de la société civile.

TAP

L’inflation devrait ressortir à 0,6% sur l’ensemble de l’année 2017, avant de s’accélérer à 1,3% en 2018, estime mardi Bank Al-Maghrib (BAM).
L’inflation a fortement ralenti, passant de 1,9% au cours des deux premiers mois de 2017 à 0,2% en moyenne sur les six mois suivants, sous l’effet principalement du repli des prix des produits alimentaires à prix volatils, a noté la Banque centrale.

MAP

Le procès de Salah Abdeslam et Sofiane Ayari débutera le 18 décembre prochain à Bruxelles, après décision de la 90ème chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles mardi après-midi.
Le parquet fédéral belge a confirmé l'information selon laquelle Salah Abdeslam souhaitait que son procès ait lieu à Bruxelles. Plusieurs audiences seront donc fixées entre le 18 et le 22 décembre.
Détenu en France depuis son arrestation le 18 mars 2016, Salah Abdeslam est le dernier auteur suspecté des attentats de Paris de novembre 2015 à être encore en vie. Il avait été arrêté avec Sofian Ayari après avoir ouvert le feu sur des policiers français et belges à Forest (région Bruxelles-Capitale) alors qu'il était recherché depuis plusieurs mois.
Les deux hommes sont prévenus de tentative de meurtre dans un contexte terroriste.

Xinhua

Scandant des slogans réclamant le droit à l’emploi et à la dignité, des assistants contractuels ont observé, mardi, un mouvement de protestation, devant le siège du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour revendiquer d’intégrer la fonction publique.
Nizar Tahri, coordinateur des assistants contractuels relevant de l’Université de Gabès, a fait savoir que ce mouvement de protestation fait suite à l’atermoiement du ministère de tutelle dans la régularisation de la situation de cette catégorie d’enseignants.
Il a parlé des difficultés que trouvent les titulaires d’un doctorat pour trouver un emploi, indiquant que ceux qui sont affiliés à la Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale (CNRPS) ne peuvent pas bénéficier du contrat dignité lancé par le ministère de la formation professionnelle.
” Face au gel des recrutements au sein de l’enseignement supérieur jusqu’à 2020 et l’exigence d’une expérience professionnelle dans le secteur privé, aucune perspective d’emploi n’est ouverte pour les enseignants universitaires contractuels ” a-t-il déploré.
Pour sa part et dans une déclaration à l’agence TAP, le porte- parole de la coordination nationale des assistants contractuels, Wissem Sahli a indiqué que les protestataires demandent ” une réponse claire ” de la part du ministère de tutelle et appellent à la régularisation de leur situation à l’instar des enseignants suppléants relevant du ministère de l’éducation.
” Nous nous contentons d’un poste au sein de la fonction publique et n’exigeons pas d’être recrutés comme assistant ou maitre assistant “, a-t-il dit, ajoutant que les protestataires réclament l’égalité des chances qui est garantie par la constitution.
En réaction aux revendications des protestataires, Mouldi Zouaoui, conseiller au cabinet du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique chargé des syndicats, a affirmé à l’agence TAP que les fonctions au sein de l’enseignement supérieur ne sont possibles qu’à travers les commissions de recrutement.
La coordination nationale des assistants contractuels du supérieur avait organisé plusieurs mouvements de protestation afin de revendiquer la régularisation de la situation de 1000 assistants chercheurs.

TAP

Après la défaite de l'Etat islamique (EI), le gouvernement syrien sera ouvert à toute négociation avec les Kurdes concernant leur autonomie à l'intérieur du territoire syrien, a rapporté l'agence de presse SANA, citant mardi le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moualem.
M. Moualem a fait savoir que le gouvernement se montrerait conciliant étant donné l'aggravation des tensions militaires entre les différentes parties dans l'est de la Syrie, a indiqué SANA.
M. Moualem a également précisé que Damas discuterait des revendications kurdes après la défaite de l'EI, selon la même source.
"Ce sujet est ouvert à toute négociation et discussion et lorsque nous aurons fini d'éliminer Daesh (EI), nous pourrons nous asseoir aux côtés de nos compatriotes kurdes et parvenir à un accord sur un projet pour l'avenir", a souligné M. Moualem.
Les Unités de protection du peuple kurde (YPG), une milice kurde syrienne, contrôlent une bande de territoire dans le nord de la Syrie où le principal parti kurde, l'Union démocratique kurde (PYD), et ses alliés ont déclaré leur autonomie depuis le début de la guerre syrienne en 2011.
Les Kurdes syriens expliquent toutefois que leur objectif est de préserver leur autonomie, tout en continuant à faire partie d'un Etat syrien décentralisé. Ceux-ci ont indiqué ne pas vouloir suivre l'exemple des Kurdes irakiens, qui ont organisé lundi un référendum sur leur indépendance.
M. Moualem a réaffirmé que le gouvernement syrien rejetait ce référendum, ajoutant que Damas soutient l'unité irakienne. Les Kurdes syriens "souhaitent une forme d'autonomie à l'intérieur de la frontière de la République arabe syrienne", a conclu le ministre.

Xinhua

Le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi a affirmé, lundi, lors d'une audience accordée à l'ambassadeur de l'Union européenne (UE) à Alger, John O'Rourke, que l'Algérie préservera tous les accords d'association conclus avec ses partenaires, appelant à intensifier les investissements du partenaire européen en Algérie et à renforcer les relations de coopération entre son département ministériel et le partenaire européen, a indiqué un communiqué du ministère.
Lors de cette rencontre, les deux parties ont évoqué les questions économiques intéressant les deux partenaires, algérien et européen, a précisé la même source, ajoutant que le ministre a mis en exergue les différents enjeux et défis à relever en application du programme du Président de la République qui accorde un grand intérêt au volet économique.
M. Benmeradi a assuré à M. O'Rourke que l'Agérie était soucieuse de "préserver tous les accords d'association avec ses partenaires, saluant le volume des échanges commerciaux, en particulier avec l'UE qui est le plus important partenaire sur le marché algérien", a ajouté le communiqué.
Il a appelé, dans ce contexte, le partenaire européen à "intensifier ses investissements en Algérie et à renforcer la coopération et l'échange d'expertises entre son département ministériel et le partenaire européen".
De son côté, M. O'Rourke a donné un aperçu sur les relations bilatérales, proposant la création d'un "groupe de travail composé des experts des deux parties pour le développement des moyens de recherche et de contact et la présentation de stratégies communes à même de renforcer les liens de partenariat à l'avenir", selon la même source.

APS

Le Maroc et le groupe italien Magneti Marelli ont conclu, mardi à Rabat, un accord portant sur l’implantation à Tanger d’une usine spécialisée dans la production de composants automobiles pour un investissement global de 37 millions d’euros.
Ce projet s’inscrit dans le le cadre du Plan d’accélération industrielle qui cherche, entre autres, à créer de nouveaux métiers afin d’étoffer la chaîne de valeur du secteur de l’automobile et permettre aux fournisseurs de s’approvisionner auprès de l’usine de Tanger.

MAP

Lors d’une cérémonie organisée mardi au palais de Carthage, les deux nouveaux membres de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) ont prête serment devant le président de la République, Béji Caïd Essebsi.
Selon un communiqué de la présidence de la République, les deux nouveaux membres sont :
- Nejla Brahem,
- Anis Jarboui.
Nejla Brahem a été élue, mercredi dernier, membre du conseil de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE dans la spécialité de « juge administratif ».
Brahem a obtenu 154 voix sur un total de 174 contre 5 pour le magistrat Slim Briki et 4 pour le candidat Maher Jedidi.
Anis Jarboui a été élu, membre du Conseil de l’ISIE dans la catégorie de « professeur universitaire ».
Une séance plénière aura lieu cet après-midi pour élire le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections.
Deux candidats sont en lice pour ce poste : Anis Jarboui et Nabil Baffoun.

TAP

L'armée russe a construit un pont sur l'Euphrate à l'est de la ville syrienne de Daïr az Zour afin de transporter des troupes et des véhicules sur l'autre rive en appui à l'armée syrienne, rapportent mardi les chaînes de télévision russes.
Les militaires ont construit l'ouvrage en moins de 48 heures sous le feu des djihadistes de l'Etat islamique, ont déclaré les télévisions russes.
Le pont pourra être utilisé également pour livrer de l'aide humanitaire et évacuer des malades et des blessés.
Jusqu'à 8.000 véhicules pesant un maximum de 50 tonnes pourront franchir le pont en l'espace de 24 heures, y compris des chars, ajoutent les chaînes de télévision.
La Russie et les Etats-Unis soutiennent des offensives distinctes en cours contre l'EI dans l'est de la Syrie, progressant l'une et l'autre dans la province de Daïr az Zour, qui jouxte l'Irak.

Reuters

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Nouvelle circulaire de la Banque Centrale pour mieux gérer les risques de blanchiment d’argent

 La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié, le 19 septembre 2017, une nouvelle circulaire adressée aux banques et aux établissements financiers, pour mieux gérer les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, disponible sur son site web.

L’Algérie face à la crise : un Quantitative Easing pour quel Qualitative Easing? (contribution)

  Il n’y a pas de solutions miracles à une crise qui est la conséquence d’un aveuglement de plusieurs décennies, estime Othmane Benzaghou. Le recours au financement non-conventionnel n’est pas la panacée, le pays doit engager des réformes nécessaires parfois «douloureuses » mais qui peuvent sur cinq à dix ans inscrire l’Algérie dans sa modernité économique et celle de son environnement régional...

"La Tunisie vit au-dessus de ses moyens" selon le Pr Fatma Marrakchi Charfi (Entretien)

La Tunisie vit au-dessus de ses moyens, et la loi de finances 2018 constituera un véritable exercice d’équilibriste pour le nouveau gouvernement, confronté à une telle situation économique. C’est ce que pense Fatma Marrakchi Charfi, Pr universitaire en Sciences économiques, dans un entretien accordé à l’agence TAP.