Rapporter un commentaire

@Belkbir lundi 3 avril 2017 15:09
M. Belkbir, les Algériens savent très bien que mon écrit concernant l’Algérie (Kabylie, Mzab, MAK et Kamel Eddine Fekhar) est la pure vérité. Pour le reste, j’approuve totalement la fermeture de la frontière avec le Maroc.
Tout ensemble régional, comprenant le Maroc, tel que l’Union du Maghreb Arabe, est voué à l’échec. Je suis absolument sûr que l’Union Africaine va regretter l’adhésion d’un membre perturbateur, égoïste et déstabilisateur tel que le Maroc. Le Maroc porte en lui les germes de la trahison.
Le Sultan Moulay Abderrahmane avait trahi l’Emir Abdelkader par le traité de Tanger du 10 septembre 1844. Par la suite, l’Emir a préféré se rendre à la France le 23 décembre 1847 suite à l’arrêt des hostilités, que de se réfugier au Maroc.
En 1961, 350 soldats marocains vêtus en civil ont rejoint le Ksar du Caid Abdellah Ould Senhouri à Tindouf pour s’y réfugier. A l’indépendance, ces vrais marocains et sûrement faux Tindoufis ont manifesté avec le drapeau marocain pour clamer leur rattachement au Maroc. Ce stratagème des marocains fut heureusement découvert à temps par les services secrets de l’ALN (Armée de Libération Nationale). Ils ont tous été éliminé.
Les trahisons des marocains envers l’Algérie sont multiples, il y a de quoi écrire un livre.
M. Belkbir, le 100 % Kabyle que je suis t’affirme qu’historiquement, le Sahara Occidental n’a jamais été un territoire marocain. La frontière sud du Maroc, reconnu par l'ONU, est matérialisée par l'Oued Noun. Les correspondances échangées entre les Sultans Alaouites et les monarques européens au 17ème, 18ème et 19ème siècle confirment cette frontière. Les différends accords entre les européens et le Royaume Alaouite soulignent expressément que le sultan du Maroc n'est pas responsable de la sécurité des personnes, particulièrement les ressortissants européens, se trouvant au sud de l'oued Noun. De ce fait, le Sultan Chérifien n'est pas souverain sur le territoire de l'actuel Sahara Occidental ou le pays de Saguia-el-Hamra et Oued-Eddahab. Ainsi, un naufragé européen échoué sur la côte du Sahara Occidental ne peut pas solliciter l'aide du Royaume Chérifien et son pays ne peut rien reprocher au Sultan Alaouite. Des traités établis entre les monarchies européennes (France, Espagne, Portugal, ...) et la monarchie Alaouite précisent que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc. Tout le monde peut consulter ces accords: Traité de Marrakech de 1767, Traité de Meknès de 1799, Traité de Tanger de 1856, Traité de Madrid de 1861, etc. ...
Ces différends traités ont motivé l'avis de la Cour internationale de Justice (CIJ) de La Haye du 16 octobre 1975 qui ne donne aucun droit de souveraineté au Maroc sur le Sahara occidental. L'oued Noun est donc la frontière sud du Maroc, il l'a hérité en 1956. L'oued Noun est également l'unique frontière du Sahara Occidental avec le Maroc.
De plus comment peut on admettre que le Maroc a pu accepter de partager en 1975 son soi-disant territoire, « le Sahara occidental », avec la Mauritanie ?
Autre question, pourquoi le Maroc refuse le referendum d'autodétermination au peuple du Sahara Occidental ? La réponse est connue : Les Sahraouis choisiront, à coup sûr, l'indépendance.
Ainsi, les Sahraouis ne sont pas Marocains. Le Sahara Occidental n'a jamais appartenu au Maroc et aucun pays au monde ne reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental.
M. Belkbir, je termine ce message par cette citation : La parole mensongère ou l'écrit fallacieux ne change en rien à la vérité.