Rapporter un commentaire

H´DÍDÈNE ET SA SMAÂLA

Note: Non conseillé aux gamins additifs à l´internet toxique ni aux
femmes enceintes de moins de 42 jours et totalement déconseillés aux individus touchés par la maroco-allergie de type IV qui au préalable n´ont pas utilisé un aérosol à base de Kif de Kétama et trois prises de N´fi7a d´Andalousie.

Toute ressemblance avec des personnes masquées ou réélles ou virtuelles même en hologrammes n´est que le fjus de fruit pressé sec.

In : H´ DiDÈNE ET SA SMAÂLA, Page 456 , Éditions Du Bricolage, ISMB 2017/
__________________________

Résumé des chapitres I-XXXVII

Après avoir perdu son harème constitué de quinze épouses, perdu toute sa smaâla avec dromadaires, ânes, chevaux, vaches et chèvres sans compter les poules, dindons et coqs et quelques boucs, H´didène décida de traverser l´oued d´Isly.
Épuisé, le coeur brisé et l´âme déchirée il relit le verset de
Sidna Ayoub histoire de retrouver sa patience. Il récitait fort dans le nuit alors que les chacals protestaient et qu´un hibou
athé hululait. Le vacarme attira des gardes frontières dont le
chef notoire Boudargua./

Chapitre IXXXVIII

La lumière de la torche électrique aveugla H´didane alors que
Boudargua gueulait dans la nuit:

-Ah ! Un contrebandier maroqui ! Fouillez-le, mettez lui les menottes et jetez le dans la fourgonnette !

Ceci dit, ceci fait. Les cinq hommes de la patrouille ne trouvèrent sur H´didane qu´une photo de famille de son harem et sa smâala.

-Rien, chef ! Il dit s´appeler H´didane, dit le premier garde.

Le hibou protestait en hululant l´Internationale suivi des chacals qui eux entonnaient la Marseillaise alors que les grenouilles de l´Oued Isly elles chantaient une polka polonaise
la même que Marie Curie avait murmuré le jour où elle eut le prix Nobel.

La fourgonnette banalisée roula en trombe vers l´Hôpital Ben Abdjila quelque part dans le pays Mzab.

Boudargua dit:

-On colle un PV bien garni à ce salot de H´didane. La récolte cette nuit est bonne, on a pris 10.000 oeufs, trois tonnes de bananes, 1500 kilos d´ail, 1000 caisses de tomates sans oublier les boites de confiture, pas mal les gars. Vous me revendez le tout au marché noir et on laisse seulement 13 kilos de Kif pour l´administration, le reste vous le coulez à Badis....

Après trois heures de route interrompues par les ventes furtives de la marchandise de contrebande, le groupe de Boudargua remit H´didane endormi aux gardes de la prison-hôpital Ben Abdjila.

-C´est le chef d´une bande criminelle très dangereuse dit Boudargua avec fierté. Non seulement on a trouvé du matériel pornographique sur lui mais en plus 13 kilos de kif....

Le chef de la prison-hôpital répondit:

_Je vais faire un rapport, tu es assuré de monter en grade surtout si tu finis ma résidence à Malaga...

-Pas de problèmes. Badis va verser les 550.000 euros restants par son contact à Ceuta. Tu veux bien me débarasser de ce H´didane...

Puis Boudargua et ses hommes quittèrent la prison-hôpital pour compter le magot .

H´didane se réveilla dans une cellule de 2,3m X 3 m parmi 161 autres prisonniers, pardon pensionnaires .

L´un des 161 était couché à même le sol .

H´diane s´habitua lentement à l´obscurité de la cellule et dit d´abord en daridja.

-Salam Alaykoum. C´est quoi ici?

-Alaykoum As-Salam, compagnons. Tu es du MAM aussi?
répondirent les 160 en choeur alors que le 161:éme était en train de rendre l´âme.

H´didane répondit:

-Non, je ne suis pas de Mamora, je suis de Tiflet.

-Sann´t tachelhit? répondit le choeur des 160.

-Ah! Enfin des gens qui parlent comme chez nous, répondit H´didane. Mais qu´est ce que c´est que cet hôtel ?

-On y est depuis plus de 90 jours, frère.

H´dinade réfléchit un instant et enleva ses quinze caftans un à un. Puis comme par magie extirpa une petite pioche de ses pantalons, un pain d´orge et une bouteille d´huile d´argan.

Il dit:

-Fêtes manger ce pauvre monsieur, et suivez mes conseils.
En venant ici, je faisais semblant de dormir mais j´ai vu que votre hôtel est construit sur de vieux remparts Mérinides. Donc
il existe un souterrain. Essayez de faire le silence absolu ...

H´diane ausculta les parois en collant ses oreilles et en donnant des petits coups de ses ongles contre les fissures.

Puis il dit :

-J´ai trouvé. Juste sous le monsieur qui est en train de mourir de faim, passe un couloir. Aidez-moi à le déplacer, vite avant
le lever du jour.

Dehors les gardiens dormaient alors que les chiens somnolaient sous les nuages bas. Le désert semblait attendre le jour.

Entre temps, H´diadane actionnait sa petite pioche, avait déplacé une dalle et dit:

-C´est fait, frères ! On a de la chance. Le béton, le ciment et les armatures sont chinoises de dernière qualité ..allez. aidez-moi à soulever ces quatre dalles et suivez -moi.

Pendant ce temps, le monsieur épuisé avait réussi à avaler un bol d´huile d´argane et machait lentement une mie de pain.
Quand il mangea une datte offerte par H´didane, il se releva
lentement. Le monsieur dit:

-Frère, merci! Je suis le docteur Kamaleddine Fekhar . On t´avait décrit dans les journaux officiels comme le petit H´didane , mais comme dit le provrene amazigh, le jocker des hommes, le fou des rois est leur maître ! Moralement parlant.

H´diande dit:

-Si tu es vraiment le tracteur Fekhar alors dis à ces gens de me suivre rapidement et après tu vas essayer de guérir mon orteil droit.

Puis les 161 Mozabithes et le tarcteur pardon le docteur Fekhar disparurent dans le couloir antique sous l´Hôtel -Hôpital-Geôle Ben Abdjila pour prendre la poudre d´escampette et par miracle se retrouvérent de l´autre côté de la frontière.

Le hibou fut épaté d´entendre la voix de H´didane alors que les grenouilles de l´Oued-d´Isly entonnèrent un Ahwash des Aït-Hdidou et que les chacals criaient des inepties nocturnes bientôt diurnes.

A suivre.....

Fin de note:
Demiain vendredi Inchâa Allah. Donc, pour changer de menu,
pas de couscous traditionnel mais cette promesse est aussi incertaine que les veoux du Nouvel An. Bref, Micro-Belsguir doit d´abord aider le deuxiéme voisin pour la cueillette des fraises, puis aller rendre visite à la vieille M´barka pour se changer les idées, donc on ne se reverra que pendant la semaine prochaine.