Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 24 Juin 2017

  •   Farid Farah
  • samedi 30 juillet 2016 15:05

La France met en demeure Microsoft

En France, Microsoft est dans le collimateur de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés). Elle accuse la société américaine de collecter et s'emparer de données personnelles des utilisateurs de Windows 10 et lui donne trois mois pour se mettre en conformité avec la loi. Passé ce délai le gendarme français des libertés numériques infligera à la firme de Redmond une amende qui pourrait dépasser les deux milliards de dollars. Selon un communiqué mis en ligne sur son site web, la CNIL a effectué des tests étendus sur les données récoltées par Microsoft via son nouveau système d’exploitation. La performance des tests parle d'elle-même. Les données collectées concernent la totalité des applications téléchargées et installées sur le terminal. « Microsoft corporation traite par exemple des données d’usage des applications Windows et de Windows Store, qui permettent notamment d’avoir connaissance de toutes les applications téléchargées et installées sur le système par un utilisateur, et du temps passé sur chacune d’elles. Ce faisant, elle se livre à une collecte excessive, ces données n’étant pas nécessaires au fonctionnement du service », indique la CNIL dans un communiqué.

« La société transfère les données personnelles de ses membres aux Etats-Unis sur la base du (mécanisme) Safe Harbor, ce qui n’est plus possible depuis la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 6 octobre 2015 », rappelle la Commission. Le gardien des identités numériques des Français reproche également à la firme de Redmond de pister ses clients sans autorisation et de déposer des cookies publicitaires sur tous les types de terminaux sans informer les usagers. La CNIL a exhorté Microsoft à renforcer la sécurité du code PIN. Pour la Commission, permettre aux utilisateurs de choisir un code PIN à quatre chiffres pour s’authentifier en ligne et accéder à leur compte Microsoft favorise les tentatives infructueuses d’authentification. Autre aspect menaçant la sécurité des données: le nombre de tentatives de saisie de ce code PIN n'est pas limité. Les réponses d’erreur retournées par le terminal permettent alors de faciliter l’identification du code PIN. Ainsi, la CNIL reproche à Microsoft un manquement dans sa stratégie de bâtir un business model sur la collecte des données personnelles. Pire, elle l’accuse carrément de vol de données et l’exhorte à être en premier lieu le gardien de l’identité numérique de ses clients.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Bac 2017 : Tebboune annonce l’organisation d’une session spéciale pour les candidats retardataires

Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune a annoncé ce vendredi soir à Alger l'organisation d'une session spéciale du Bac pour les candidats ayant été exclus  pour cause de retard.

Les cours du pétrole tentent de se ressaisir après une dure semaine

Les cours du pétrole ont terminé une semaine « difficile » en légère hausse. Le marché tente de se reprendre et trouver un plancher.

Tunisie: La HAICA décide de retirer la licence d'exploitation à deux radios privées

Selon la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle, Radio Chaâmbi et Syfax FM n’ont pas respecté la loi en vigueur  ainsi que les dispositions des cahiers des charges.