Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

  •   El Kadi Ihsane
  • vendredi 14 avril 2017 10:09

L’héritage managérial de Chakib Khelil se fracasse sur le nom de Farid Bedjaoui

La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan a traité d’une tentative de réhabilitation en cours, celle de la politique énergétique de Chakib Khelil.  Pour explique pourquoi cela ne tient pas la route.

 

 

Peut on avoir été un ministre délinquant accumulant des centaines de millions de dollars de dessous de table et pour autant avoir raison dans ses choix de politique sectorielle ?  C’est à cette idée que nous préparent insidieusement les dernières évolutions au sujet de l’héritage managériale de Chakib Khelil. En gros, pourquoi s’acharne t’on sur un homme qui même s’il a échangé des pots de vins contre des marchés, n’en a pas moins été un « bon » ministre avec des convictions, travailleur, et moderne ? Deux grigris incantatoires. D’abord, la nomination de Abderrahmane Ould Kaddour à la tête de Sonatrach par le président Bouteflika. L’ex PDG de BRC (une joint-venture entre Sonatrach et l’américain KBR) n’a pas pu se défendre contre les accusations portées contre lui dans l’affaire qui débouchera sur la dissolution pure et simple de cette entreprise devenue filiale de Sonatrach après rachat des 49% de KBR. Il lui était reproché un préjudice au passif de ses clients dont Sonatrach, son actionnaire, et surtout le ministère de la défense (MDN) qui lui fera bien payer en l’embastillant pour une affaire supposée d’exfiltration de données du DRS (sécurité militaire) concernant justement l’enquête BRC. Les soupçons  qui pèsent sur la gestion de Abderrahmane Ould Kaddour à la tête de BRC sont à l’opposé de ceux qui accablent l’ancien ministre de l’énergie. L’enquête voulait savoir comment BRC est arrivé à facturer aussi cher ses fournitures dans le cadre des contrats EPC (Engineering, Procurement, Construction).  Sous entendu, les clients ont il été soudoyé pour accepter de tels marchés ? Le réseau solidaire d’intérêt est une boucle qui passe par le véritable patron de Sonatrach (formellement jusqu’en 2004) Chakib Khelil. Mais aussi par certains décideurs au MDN avant que l’alerte ne soit donnée sur l’abime des contrats BRC.  Ce que la chronique interne du secteur de l’énergie a retenu du management de Ould Kaddour est qu’il avait réussit à accumuler un savoir faire appréciable à BRC, une entreprise florissante, devenue attractive pour les meilleures ingénieurs. Son mode opératoire délictueux (avec pot de vins et éventuellement rétro-commission) ou vertueux (sans pot de vins mais au mérite de la compétitivité)  intéressait moins les observateurs.  Jusqu’au jour ou les chiffres ont commencé à circuler sur les montants des transactions, puis le détail des factures dans un rapport de l’IGF de 2010. La conclusion est toujours en suspens. Nous ne savons pas si Abderrahmane Ould Kaddour - qui a en effet réussit à construire une belle entreprise avec BRC -, doit son succès à la connivence intéressée de son réseau client ou à la performance de son réseau de fournisseurs et celle de ses ingénieurs qui rendait irrésistibles ses offres de services. Le procès de l’affaire BRC qui ne s’est jamais tenu, aurait du solder ce suspens. Le sens politique induit par la nomination de Ould Kaddour à la tête de Sonatrach est qu’il était un bon manager injustement poursuivi dans le contexte de lutte de clans du milieu des années 2000. Il peut donc revenir aux affaires et faire gagner son pays en dirigeant son plus grand groupe. Parallélisme des raisonnements (syllogisme), Chakib Khelil pourrait donc bénéficier du même retour en grâce. A défaut d’un retour physique trop compliqué pour des raisons que l’on va évoquer plus bas, le retour à ses options de politique sectorielle est devenu envisageable. Le retour de Ould Kaddour l’a insinué, le plaidoyer du professeur Abdellatif Benachenhou le conforte.

 

Abdelatif Benachenhou exhume la loi Khelil

 

L’ancien ministre des finances, le professeur Abdellatif Benachenhou a défendu l’autre semaine à la matinale du cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE), la politique énergétique de Chakib Khelil. C’est l’autre signal du processus de réhabilitation managériale de l’ancien ministre de l’énergie. Pour son ami ancien ministre des finances l’amendement en juillet 2006 de la loi sur les hydrocarbures de Chakib Khelil de 2005 était « une grave erreur ». Elle a envoyé un message désastreux aux investisseurs étrangers, et pas seulement dans le secteur des hydrocarbures. Pour Benachenhou, l’ouverture aux compagnies étrangères d’un régime de la concession sur l’amont pétro-gazier algérien était une nécessité au début des années 2000 « car Sonatrach n’avait pas la possibilité de prospecter la totalité du domaine minier ». Il a attribué le revirement de Bouteflika (qu’il ne cite pas) à l’influence du président Chavez et de certains caciques de l’appareil qui n’ont vu seulement que la tendance ascendante des cours du brut et pas l’histoire à long terme de l’industrie pétro-gazière. Ce plaidoyer pour la loi Khelil est d’autant plus surprenant qu’il ne lui est pas connu un équivalent dans les prises de paroles antérieures du professeur Benachenhou. Le contexte a changé. Il autorise des audaces tardives.  Le retour de la protection présidentielle au ministre fugitif à nouveau en Algérie depuis une année, le départ du général Toufik, reconfigure la lecture de l’histoire des politiques économiques récentes. La défense de Khelil par Benachenhou ne s’est pas arrêtée là. Elle s’est, les méandres du débat aidant, étendue à ce qui était avérée mais qui est peut être devenue une « histoire » : la dérive sur-productive à Hassi R’mel durant les années Khelil. Elle a eu comme instrument le non respect des phases de réinjection de gaz (cyclage) et comme conséquence une montée précoce des eaux dans un des secteurs du gisement, faisant décliner brutalement sa production au tournant de 2010. Pour le professeur, « on en sait rien » et de toute façons, les enjeux sont ailleurs. Où cela ? Dans la restauration de l’attractivité perdue de l’amont pétrolier algérien. Comprendre, par le retour à la loi Khelil et le système des concessions qui en faisait l’ossature.

 

Un héritage qui expose aux radiations

 

L’entreprise subliminale pour rendre l’héritage politique de Chakib Khelil acceptable butte sur des écueils nombreux.D’abord on ne sait pas encore vraiment si Ould Kaddour était un manager à succès ou s’il tenait la cash machine d’un réseau d’intérêt dirigé par Chakib Khelil. On ne peut que souhaiter pour Sonatrach qu’il était le premier et pas le second. Mais le simple doute à ce sujet rend sa mission désespérée d’entrée. Par contre on sait que les choix de politique énergétique de Chakib Khelil ont été des erreurs contrairement à ce que peut en penser le professeur Benachenhou. Lorsque Khelil a entrepris en 2001 de réformer la loi 1986-1991 dite de partage de production, elle alignait des records de contrats avec les partenaires étrangers année après année sur la lancée des découvertes historiques de 1996-1998 notamment dans le bassin de Hassi Berkine. 23 contrats signés entre 2000 et 2003. L’attractivité était  bien là et la mission de prospecter l’immense domaine minier algérien n’était pas « plafonnée» par les moyens de Sonatrach. C’est la tentative de passage en force de Chakib Khelil qui a entrainé l’entropie de la deuxième moitié des années 2000, suppression du régime des concessions et instauration de la taxe sur les superprofits. Pourquoi le ministre de l’énergie a t’il voulu offrir aux compagnies étrangères plus (la concession) alors qu’elles se tenaient déjà en procession pour signer avec Sonatrach sous la loi de partage de production ?  C’est sans doute la suite de la carrière délinquante du ministre qui permet à rebours de mieux le comprendre. La réponse à la question qui ouvre cette chronique est donc la : le niveau, sans précédent depuis l’indépendance, des flux financiers détournés à son profit par Chakib Khelil  ne peut pas n’avoir aucun lien avec ses choix de politique énergétique. Elle était sous influence d’un critère constant dans son action, l’enrichissement personnel. Son héritage managériale est radioactif. Tenté d’en sauver quelque chose expose aux radiations.  Le retour à l’attractivité de l’amont pétro-gazier algérien passe peut être plus par la restauration de la loi sur le partage de production dans sa simplicité que par l’instauration avortée du régime des concessions. Et Chakib Khelil ? Il finira bien par devoir s’expliquer devant un juge italien ou ailleurs. Le PDG du groupe pétrolier italien ENI, Claudio Descalzi, a parlé le 03 avril dernier au juge qui traite des pots de vins Saipem de Farid Bedjaoui, l’homme qui a reçu les virements pour les marchés signés en Algérie. Pour lui, Farid Bedjaoui était le «messager» et «informateur» de l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil. Les 297 millions de dollars de pots de vins versés par Saipem pour remporter des marchés en Algérie aurait dû bénéficier à Sonatrach.  Un héritage managériale à défendre chez Chakib Khelil ?


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • En introduction à la conférence donnée par le Pr. Abdelatif Benachenhou à la "Matinale de CARE" , le modérateur annonce la parution imminente de son dernier ouvrage intitulé " le temps des brodeurs". Serait-ce une autobiographie où l'éminent économiste (et ex-S.G de l'association internationale des économistes du Tiers-Monde) va nous révéler l'art de broderie en sciences sociales? Durant cette conférence - disponible sur Youtube- le Pr. Benachenhou avoue lui même son talent de "brodeur politique" c'est à dire celui qui sait donner une forme acceptable voire esthétique à une décision déjà prise même si elle est contestable dans la forme et le fond. Faut il une preuve à ce que j'avance? Il précise lui même qu'il a servi tous les régimes! De Boumediene à Bouteflika en passant par Chadli... Mais ajoutons une précision : à l'exception de la "décennie rouge" où les "partants étaient plus nombreux que les restants". A cette époque, les temps étaient durs et beaucoup ne misaient pas un sourdi sur l'avenir de l'État algérien dans sa forme républicaine! Le professeur se contentait de participer à des conférences et colloques se faisant le plus discret possible tenu- soi-disant- d'observer l'obligation de réserve en tant que fonctionnaire international.
    Aussi rien d'étonnant aujourd'hui à ce qu'il soit appelé à la rescousse par ceux qui prépare l'après Bouteflika, son vrai parrain politique, celui qui l'a adoubé dans le premier cercle lorsque les décideurs d'alors lui ont remis les clefs de la Maison Algérie. Cette dernière, faut il le rappeler, avait réchappé de peu à la destruction totale mais tenait encore debout grâce aux sacrifices des courants patriotiques opposés à l'option "État Islamiste" et confortés par l'appui d'une majorité sociale qui a fini par comprendre que la "guerre civile"- pour reprendre l'expression de EKI- ne lui apporterait rien de bon.
    En ignorant le contexte des années 1990 et en faisant croire que SH était arrivé "à sa limite"- sans aucune démonstration!- il veut rétrospectivement valider l'option introduite par le Loi "Khelil"(2005) telle qu'énoncée dans la forme initiale puis annulée l'année suivante en reprenant l'argument peu convaincant d'une intervention de Feu Chavez qui, même si elle est réelle,ne peut peser plus que la pétition , engagée par le PT et soutenue par divers courants patriotiques syndicaux et politiques !!! Mais cela n'a était qu'une petite victoire vu que le "prédateur en chef" a conservé sa place et poursuivait "sa"politique qui lui rapportait gros tout en servant ses commanditaires. Les faits tels qu'ils ressortent des informations publiées dans les comptes rendus sur le procès de SAIPEM et fuitées dans les " Panama Papers" ne peuvent être balayés par des pirouettes rhétoriques fussent elles celles d'un éminent professeur et "intellectuel organique" en chef du parti "de l'article 120".
    Les faits sont têtus... et le peuple algérien encore plus!
    Revenir au modèle de gestion des hydrocarbures de" Khelil and Co" pour poursuivre l'oeuvre de prédation rendra, plus qu'il ne l'est déjà, le pays plus dépendant des puissances impérialistes (oui , j'ose les nommer ainsi). C' est une décision dont seront comptables ceux qui la suggèrent et ceux qui la prendront. Grâce à la vidéo de la conférence, Benachenhou (et ses mandataires) ne pourront pas nier les évidences comme il le fait concernant les décisions passées dont il a été l'architecte en chef en tant que responsable-clé de l'appareil du parti unique en tant que président de sa "commission économique".
    L'ère du numérique a au moins cette vertu: elle aide à prémunir la société et ses élites de l'amnésie qui facilite le retour de ceux qui professent des idées et de constructions rhétoriques anciennes et obsolètes- grâce peut être à cet "art de la broderie" dont on attend de découvir le secret- en faisant fi des trajectoires et des faits historiques

    Rapporter LAHLOU vendredi 14 avril 2017 19:08
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Le Comité de soutien au journal Al Fadjr est né: "Pour un nouveau modèle de l’édition de presse"

Le comité de soutien au journal Al Fadjr est né, lors d’une assemblée générale, ce samedi 18 novembre 2017 à la maison de la presse Tahar Djaout.

PLF 2018 : La Commission des finances de l'APN retire l'impôt sur la fortune

  La Commission des finances de l'APN a jugé "inutile" d'introduire un impôt sur la fortune, dont la mise en application est impossible faute d'une législation fiscale moderne et de mécanisme d'évaluation de la fortune.  

Tunisie- L'âge de départ à la retraite sera porté à 62 ans à partir de 2020

A partir de 2020, l’âge de la retraite sera porté  à deux ans de façon obligatoire et progressive et il est possible de proroger l’âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans pour ceux qui le désirent.