Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   El Kadi Ihsane
  • samedi 29 juillet 2017 08:08

La relation entre l’Etat et le business au delà du bras de fer Tebboune -Haddad

 

La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan s’est proposée de revisiter l’actualité conflictuelle sous le questionnement de la théorie des sciences politiques. Que dit-elle sur le sujet ?

 

 

Est ce qu’il faut se réjouir de la mise en quarantaine politique dont pourrait devenir l’objet, Ali Haddad, le président du FCE à l’ère du gouvernement Tebboune ?  Il existe dans les réponses, les travaux d’un siècle de sciences politiques appliquées au développement économique. Quel type de relation doit entretenir l’Etat avec le monde du business pour accroitre la croissance, l’emploi et les revenus des populations ?  Dans le cas algérien, cette question est assortie d’une particularité, l’Etat tire l’essentiel de ses revenus fiscaux d’une activité primaire, pétrole et gaz. L’observation intuitive montre que l’Etat (par l’expression du pouvoir politique) est  pro-business lorsque les revenus de la fiscalité  pétrolière sont faibles. C’était le cas à l’arrivée au pouvoir de Abdelaziz Bouteflika, il y’a plus de 18 ans. La même observation relève que l’Etat ne se soucie plus d’élargir l’activité du privé et de l’assiette fiscale qu’elle apporte avec elle, mais vise plus à la contrôler, lorsque les revenus de sa rente minière le dispense de le faire. C’est le virage de 2006-2009  couronné par la LFC de 2009, dont les effets continuent de largement peser sur le dynamisme insuffisant de l’entreprenariat algérien. La théorie des sciences politiques n’est pas totalement convergente sur les facteurs de succès dans le développement. Elle est par contre assez univoque sur  ceux de l’échec.  L’Etat qui se confond avec sa bourgeoisie d’affaire et en devient l’appendice politique ne développe pas une économie. L’Etat qui bloque l’émergence d’un entreprenariat privé dynamique retombe sur son pré-carré minier. Et échoue la diversification de son économie. Le pouvoir de Abdelaziz Bouteflika ne se correspond ni à la première configuration, ni à la seconde. Il n’est pas au service intégral du monde des affaires. Il n’est pas hostile à tout business privé. Où se situe-t-il ? Dans une catégorie « fine » ou le pouvoir politique se sent suffisamment consolidé pour modifier structurellement le rapport de force au sein de son capitalisme national. Changer le leadership économique du business en faveur de ses amis et de sa base de soutien la plus proche. C’est ce projet conscient et volontariste, dont Ali Haddad était l’instrument actif, qui entre à son tour en crise en 2017.  En s’occupant durant une bonne dizaine d’années à vouloir configurer à sa main l’entreprenariat algérien, le pouvoir de Bouteflika a retardé la diversification de l’économie algérienne. Il pensait avoir le temps. Il ne l’a plus.

L’Etat méconnait son chemin de croissance

Dans le discours que tient Abdelmadjid Tebboune, il n’existe pas encore les éléments de langage d’une autre ambition dans la relation entre l’Etat et le monde des affaires.  La volonté de « nettoyer » est très opportune politiquement. Utile pour préserver le vivre ensemble. Elle ne fait pas seule une politique de croissance sur ce front. Or l’enjeu est encore là.  Il s’agit de proposer un nouveau deal aux hommes et aux femmes qui ont choisi l’aventure de l’entreprise en Algérie. Et qui, eux, ont l’ambition de créer de l’emploi domestique, de la matière fiscale pour l’Etat, et, pour beaucoup, des revenus à l’exportation. Sans quoi, il pourrait y avoir anthropologiquement dans le capitalisme algérien politiquement protégé, une ère flen qui succéderait à une ère Haddad qui a succédé à une ère Rebrab. Echec. La relation optimale Etat-Business a besoin d’autres choses. En fait, elle a besoin de driver le monde des affaires de sorte à ce qu’il soit le plus performant possible dans les objectifs que l’Etat se donne. Or les objectifs, définitivement maintenant que le contre choc-pétrolier prend les allures d’une fin d’époque de l’énergie carbonée, sont ceux de la création de l’emploi et de la réduction des déficits de la balance de paiement. Pour développer un secteur privé diversifié et exportateur,  l’Etat doit renoncer à enchaîner les guerres successives contre les entreprises, éviter de laisser grandir des monopoles privés (surtout amis) qui se retournent vite contre la compétitivité intérieure. Il doit veiller à moduler les barrières d’entrée de manière proactive pour renouveler la concurrence. Accompagner les grands acteurs nationaux dans la conquête du monde. Un Etat à bonne distance d’action avec son environnement d’affaires ne donne pas pendant dix ans à ETRHB plus de plan de charge qu’il ne peut réaliser, mais tente en revanche de l’aider à obtenir des marchés de réalisation à l’étranger comme le fait l’Etat turc avec ses entreprises du BTPH. De même que l’Etat qui à une idée claire de son chemin de croissance dans l’économie mondiale d’aujourd’hui, s’allie avec Cevital pour son acquisition à Piombino en Italie et fait rentrer El Hadjar dans la chaîne de valeur internationale qui devrait aller des mines de fer du Brésil jusqu’au marché européen de l’acier. Pour pouvoir agir ainsi il faut que l’Etat lève le nez du monitoring des gestes de sujétions. Les entreprises « amies » sont celles qui soulagent la balance de l’emploi et des devises. Pas celle dont le président est en tournée saisonnière pour soutenir un mandat de plus, un mandat de trop.  La feuille de route des années Bouteflika n’était pas le développement par le dynamisme de la diversification de l’économie. L’expression de cette impasse est que l’entreprise la plus en vue durant ces années est un groupe qui doit presque tout à la commande publique. Et qui n’a pas réussi à en sortir.  Abdelmadjid Tebboune devra définir un nouveau pacte avec l’investissement privé avant de s’aventurer plus loin dans le nettoyage, bien sûr nécessaire, jamais suffisant.

Fiat-Chrysler envers et malgré tout

Il y’a une bonne nouvelle cette semaine, FIAT Chrysler envisage de produire son dernier modèle Tipo en Algérie.  L’ambassadeur d’Italie à Alger Pasquale Ferrara en a parlé en des termes très optimistes à RadioM, jeudi dernier. La délégation italienne a exposé son projet au ministre de l’industrie. Il est ambitieux.  Il prévoit d’amener un de ses principaux sous-traitants équipementier. Mais c’est une première ébauche. Nous sommes en Algérie et le cadre réglementaire change beaucoup. Dans la redéfinition d’une nouvelle relation avec le monde des affaires, la part du capital étranger est en perpétuelle négociation.  En plus, le nouveau gouvernement vient de jeter l’anathème sur l’expérience naissante de l’assemblage automobile en Algérie. Pas suffisamment intégrateur. Gros consommateur de devises. Il était censé en économiser. Un nouveau cahier des charges est en cours de préparation. Là aussi une élévation de la vision est attendue. Peut-on devenir particulièrement attractif dans l’assemblage automobile si le contexte général de l’investissement étranger ne change pas. Il existe des centaines d’entreprises étrangères qui sont paralysées dans leur administration stratégique car le moindre recours au registre de commerce pour modifier une ligne de leur statut, les expose au droit de préemption et à l’application du 49-51. C’est dire d’où il faudra repartir.

Lire aussi:

Après son bras de fer avec Tebboune, Haddad s’attire les foudres des patrons

Algérie - Ali Haddad veut le départ de Tebboune

Algérie: Ali Haddad organise la riposte contre Tebboune


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Y Ihsane tu n'as rien compris à la science politique. Il faut que je t'explique mais à une condition que tu t'engages à publier mon papier dans El Watan (15 pages format word police 12), parce que El Watan est infesté de berbéristes (dans le sens négatif, indigent et inculte du terme). Quand je les aies rencontrés à Ghardaia en mars 2014, les journalistes d'El Watan (ils sont restés électrocutés) j'ai constaté leur indigence totale sur l'Histoire de l'Algérie ne connaissant rien du tout sur la haute résistante Kabyle (les hauts hurle le vent) face au Général Rondot en 1947, j'étais abasourdi et ne sachant quoi répondre, ils ne connaissaient rien que des parcelles d'anecdotes de la Moudjahida Lalla Fatma N'Soumer, fille de Taieb Ben Cheikh Ali Ben Aissa de la lignée de Si Ahmed Ou Méziane (originaire de Tissemsilt ou le parler vernaculaire zénète existait à l'époque) , notre Jean d'Arc morte à 33 ans à la bataille (les armes à la main, pas comme les embusqués et les imposteurs d'Oujda) des Hauts Sebaou., est une personnalité algérienne de la haute résistance des Kabyles du Djurdjura à la conquête de la France dans les années 1850.
    Ce que tu ne connais pas Ihsane , le problème névralgique en Algérie est la destruction de classe par les compradores et l'impérialisme franco-américain présents en Algérie.
    Ya Ihsane la conscience de classe des dominés n'interdit pas le ressentiment et les formes de haine mais elle peut dévoyer son expression politique vers des choix non conforme à leur intérêts de classe (c'est ce que vient d’illustrer ce faux syndicaliste d'escroc de Sidi Said par son appui en faveur d'un prédateur capitaliste Haddad, incroyable on n'a jamais vu çà ! même le syndicat français F.O fayot du capital n'a pas fait mieux malgré que ce sont les alliés du capital).
    l'appui de l’âne Sidi Said et des masses manipulés à Bejaia pour soutenir un prédateur capitaliste au nom de Rabrab qui fait fuir le capital en transformant les achats à terme en achats en spot (j’étais le premier surveillant qui a découvert çà, mais le général Tewfik et la horde des généraux nous ont menacés)) explique et est révélatrice de la posture de classe en faveur des dominants et qui avec outrecuidance croient qui sont les portes paroles des dominés et du peuple !
    Incroyable on n'a jamais vu d'aussi minable depuis Houari Boumedienne ! L'objet de mon long papier est le suivant, nous devrons résister héroïquement face à la guerre que les riches en Algérie mènent contre le peuple algérien avec l'Argent pour principale arme.
    L'argent (je reprends Karl Marx, thèses sur Feuerbach, l'idéologie allemande) symbolise la déification de ce qui était un moyen d'échange entre les hommes et qui est devenu une fin en soi.
    L’Argent a gagné dans sa rivalité avec les religions pour atteindre l'universel (je reprends toujours Marx).
    L'argent marqueur social et critère de réussite personnelle, l'Argent s'est converti en instrument de domination des nantis (c'est moi qui écrit) dont la seule raison de vivre est l'enrichissement (voir les travaux de Balibard).
    Les pouvoirs qui lui sont liés et l'euphorie de vies sont hors de notre commun, nous le petit peuple.
    Adam Smith parlait de la ''main invisible'' du marché qui permet l'accumulation du Dieu argent dans une symbiose dynamique d'une nouvelle phase du système capitaliste, le néolibéralisme, qui transforme les plus riches (ex les Denouni et les Tlemçani, l’affairiste et les deux généraux de Tlemcen) en surhommes qui pisseront sur nous et creuseront l'abîme entre les pauvres de Saida et les fortunés de Tlemcen et d’Alger.

    Rapporter Belhoucine Mohamed samedi 29 juillet 2017 20:22
  • Ce revirement de la position de Mr Tebboune envers cette bande de malfaiteurs et de corrompus laisse perplexe l'ensemble du peuple algérien qui a eu un espoir que tous les dossiers de corruption et de toutes les formes de trafics financiers qui ont porté atteinte à l'économie algérienne soient présentés à la justice algérienne.
    Mais malheureusement, cet faible espoir semble s'estomper devant les décideurs en arrière-plan qui préparent les présidentielles de 2019.
    Le peuple algérien n'est pas dupe. On n'est pas dans une monarchie. Le très faible taux de participation aux dernières élections législatives du 04 Mai 2017 en est un exemple et une leçon.
    C'est la crédibilité de tout un gouvernement dont celle de Mr Tebboune ainsi que de la stabilité de notre pays qui en dépendront ...L'avenir nous le dira.....
    Mr Boubekeur Abdellaoui...

    Rapporter abdellaoui samedi 29 juillet 2017 19:18
  • Qui croire, que croire. Ce ne sont que des tempêtes dans un verre d'eau. Ils se tiennent tous, que du spectacle pour la naïve galerie et la facture salée ne sera payé que par le pauvre idiot dit "peuple".

    Rapporter Belo samedi 29 juillet 2017 15:26
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.