Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   El kadi Ihsane
  • vendredi 15 septembre 2017 19:34

Ouyahia IV sans Hassi Berkine II ou « l’impensé » algérien du temps long

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan est de retour avec un thème passé de classique à pathétique. L’incapacité du pouvoir politique algérien à projeter dans le pays dans une trajectoire de long terme.

 

Le fait marquant de la semaine est, bien sûr, la nouvelle tonalité alarmiste du pouvoir politique. «La situation financière est très préoccupante». Le déficit budgétaire projeté pour 2017 était optimiste. Pour Ali Benouari, ancien ministre, il serait en réalité le double : 2500 milliards de dinars contre 1247 milliards prévus.

Les mesures pour y faire face deviennent de plus en plus «martiales». Après le contingentement des importations, voilà la bride levée à la production de monnaie par la Banque d’Algérie, avec le financement «non conventionnel». Le Trésor public va bénéficier d’un découvert hors gabarit sur son compte auprès de l’institut émetteur. Le président de la république appelle à un consensus autour de nécessaires réformes. Il y a une absurdité dans cette requête aux intonations sombrement crépusculaires. Le recours à Ahmed Ouyahia. Les réformes travaillent la structure d’une économie et son temps long. Le nouveau Premier ministre de Abdelaziz Bouteflika incarne depuis 31 ans la gestion autocratique de l’urgence économique. Une certitude avec lui. A la différence de Abdelmadjid Tebboune, il puisera, sous l’avancée de la braise, dans toute la panoplie des mesures de l’ajustement.

Comme d’habitude, sans état d’âme. Ajustement par la valeur du dinar, par la réduction des dépenses budgétaires, par la restriction administrative des importations, par la relance du chômage, par le désencadrement de l’inflation. «A la fin de la journée», le déficit des comptes publics devra revenir à un standard soutenable. Sans doute pas les 2% de déficit du solde prévus par la trajectoire de cadrage budgétaire de la task force. Mais quelque chose qui y ressemblera. Voilà tracée la ligne de vie du pays en 2018, si des élections présidentielles anticipées, à ne jamais exclure, ne surviennent pas entre-temps. Il s’agit bien sûr d’une variation de la lumière dans l’impasse. Sans horizon.

Ce chapelet des mesures de l’hyper urgence budgétaire ne se conjugue pas dans le temps de la réforme. Ce sont même deux tectoniques de la géologie de l’Histoire qui se cisaillent. Celle du temps long modifie la route terrestre, celle de l’urgence économique provoque des tempêtes tropicales. Ahmed Ouyahia est la plus solide promesse des dégâts rapides sans lendemains féconds. A la fin des années 1990 et du plan d’ajustement structurel imposé par les créanciers de l’Algérie via le FMI, l’économie algérienne s’est stabilisée dans un ressac. Décrue de l’inflation, retour à l’équilibre budgétaire, faible croissance. Ce qui l’a sauvé de la stagnation ce n’est pas tant l’émergence d’une offre puissante de biens et de services résultat des mesures d’urgence de 1995-1998. C’est Hassi Berkine.

C’est à dire un nouvel âge pétrolier avec de nouvelles quantités exportables dopées au milieu des années 2000 par une nouvelle échelle de prix. La mesure de la réforme sur les trois décennies de Ahmed Ouyahia (1996-2017) peut, pour aller vite, se condenser en un seul indicateur, l’évolution de l’exportation hors hydrocarbures. A la sortie de Ouyahia IV point de Hassi Berkine II. Juste le remords national de ne pas avoir levé le regard vers une ligne d’horizon qui efface l’outrage du court terme. Il faut bien, en cette rentrée tropicalisée, se résoudre donc à observer l’autre tectonique. Celle qui travaille le temps long. Et qui reste impensée dans le système algérien. Inaccessible pour le gang de l’urgence.

La poussière de Lehmann Brothers

Que dit donc le temps long de l’économie et que ne sait pas observer le système de pouvoir en Algérie ? C’est pile-poil l’autre thème de la semaine. Il y a dix ans exactement, les places financières de la planète affrontaient une rentrée chaotique. L’onde de choc des impayés des crédits subprimes venait de partir d’une suspension par BNP Paribas des retraits des capitaux de son fonds le plus exposé à l’activité de l’immobilier aux Etats-Unis. Le capitalisme financier a, à son centre des pays matures, entretenu durant dix ans une bulle de la consommation soutenue non plus par les revenus du travail mais par le crédit. Pour s’ajuster à son vrai niveau de la demande solvable, il a entraîné la planète dans un ralentissement historique du rythme de la création de nouvelles richesses.

Au début du cycle critique de 2008 à 2012, le solide appétit des économies émergentes a permis de prendre le relais de la demande mondiale en matières premières. Et de prolonger le plateau du prix du pétrole à plus de cent dollars au-delà de la stagnation de la consommation dans les anciens pays industriels. Mais la poussière soulevée par l’effondrement de Lehmann Brothers en septembre 2008 a fini par envelopper le monde. Comme pour l’astéroïde qui a tué les Dinosaures. Les émergents, faute de demande soutenue chez leurs clients occidentaux, ont fini aussi par ralentir (Chine) ou par entrer en crise (Brésil, Russie…). La tectonique profonde de l’économie mondiale est là. Il n’existe plus aucun moyen de se protéger, comme il y a trente ans, des variations de la conjoncture économique mondiale. Les paris spéculatifs des «inventeurs» de produits financiers «synthétiques», à Wall Street ont entraîné des incidences à l’infini dans le monde.

Effet papillon. Le régime politique algérien a manqué de recul – religion du court terme – en se gargarisant d’avoir échappé à la crise financière parce que «peu exposé» aux flux de capitaux mondialisés. Sur dix années, la crise l’a rattrapé en deux temps. En étranglant la demande énergétique occidentale. Puis en fragilisant celle des pays émergents dont le développement dépend des grands marchés américains et européens. L’irruption des hydrocarbures non conventionnels aux Etats-Unis a aggravé le tableau. Le temps long dit que les interconnexions n’ont pas cessé de se renforcer entre les cycles domestiques, régionaux et mondiaux de l’économie. Il dit que cela ne sert à rien de se protéger «à l’ancienne» du monde. Et de ses imprévisions. A la fin de la décennie de la crise financière, les tentatives les plus spectaculaires de revenir sur l’imbrication du monde capitaliste du XXIe siècle viennent des vieux centres producteurs de mondialisation : Grande-Bretagne (Brexit), Etats-Unis (Trump), Europe continentale (Droite populiste et extrême droite). C’est un marqueur majeur dans la datation géologique.

Changement d’optique

Le changement d’optique qui en découle serait peut-être de considérer l’insertion dans l’économie mondiale comme un processus sans déterminisme «à l’ancienne». Les perdants ne sont pas tous au Sud et les gagnants pas tous au Nord. La seule réforme sérieuse par laquelle le pouvoir politique peut interpeller les Algériens est une stratégie volontariste de conquête de parts de marché dans le monde cycliquement fracassé par les bulles spéculatives : tourisme, services médicaux, industries de transformation, routes de la Big-Data, électroniques, services financiers, hub logistiques, agro-industries, pharmacies et dérivées, électricité verte…

Cela suppose une autre compréhension du temps long. Un autre consensus politique. En un mot, l’analyse de la crise de 2007-2008 connecté à la tectonique profonde de l’économie mondiale suggère une projection inverse dans le cortex du pouvoir algérien. La crise était une opportunité pour sortir de nos frontières dans un monde déflaté et renversé. Au lieu de quoi, Ahmed Ouyahia en a fait une alerte pour mieux se fermer aux autres. Sous le magistère ultime du gourou du court terme, Abdelaziz Bouteflika, il a légué à l’économie algérienne la loi de finances complémentaire LFC 2009. C’est dire combien l’Algérie perd à ne pas savoir lire le monde.


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Ils ne savent pas gérer sans l'abondance des recettes pétrolières.C'est l'histoire de la cigale et la fourmi.Ceux qui comparent le Venezuela à l'Algérie n'ont pas tort.Mais contrairement à l'Algérie,le Venezuela peut se relever car il possède une opposition puissante et organisée.L'alternance est possible dans ce pays,qui n'est gangrené par l'intégrisme religieux comme l'Algérie.L'effondrement de l'Algérie profitera aux islamistes qui vont prendre le pouvoir,car ce régime archaïque a préparé le terrain dans ces sens

    Rapporter Anemlay lundi 18 septembre 2017 21:41
  • quel papier culpabilisant alors ! Le sempiternel discours, donneur de leçons: et l'Agérien qui n'a pas su voir au dessus de la ligne d'horizon, et l'Algerien qui n'a pas investi dans de la projection et le développement...et batati et batata ...c'est pas bientot fini ? pourquoi penses tu que les maitres de l'autres rives auquel on s'emble se référer, aliénés que nous sommes, ont-ils de la prévoyance, de la projetction : de l'ingenieurie de developpement ? que nini ! ils n'ont qu'une ligne de conduite qui consite depuis 300 ans a aller chercher ailleurs les plus values qu'ils ne trouvent pas chez eux et l'emploi des armes ne les gênent en rien pour ça ...
    et bien entendue après la culpabilité, a genoux par le coup de massue sur la tète l'article nous donne une lueur d’espoir si on fait ce qu'on nous dit, c'est adire reprendre la mihfadh liberale, seule alternative de la sacro sainte "stratégie volontariste de conquête de parts de marché". pfff..

    Rapporter Salhi Nazim samedi 16 septembre 2017 15:21
  • Tellement que le ridicule ne tue plus dans ce pays, c'est qu'on proclame haut et fort qu'on veut faire des reformes et on actionne la planche à billets juste après. C'est comme-ci quelqu'un décide d'arrêter de boire et commence à descendre les bouteilles les unes après les autres...
    En faite, il est évident aujourd'hui qu'il n'y a ni court terme ni moyen terme, le seul terme qui compte c'est celui de la mort de Bouteflika. Cette fuite en avant qu'est la planche à billets n'a de sens que de gagner un répit de quelques mois. Quand la catastrophe à la Vénézuélienne surviendra (et elle arrivera inéluctablement), le bonhomme sera déjà mort. Apres moi, le déluge comme disait l'autre...

    Rapporter Hayy ibn Yaqdhan vendredi 15 septembre 2017 23:11
  • Ouyahia a été rappelé pour une seule mission; celle de sauter le verrou qui empeche l'institut d'emission d'accorder un "DECOUVERT " gargantuesque au Tresor.
    Il n'a pas encore obtenu le quittus qu'il s"est crié " LA CRISE FINANCIERE EST DERRIERE NOUS" ; Et il a raison ;La crise financiére qui etait jusque là le cauchemar de l'executif est transférée à la société . Le langage martial et allusif fera le reste; "On contiuera à assurer vos salaires avec de la monnaie de singe , mais c'est mieux que rien";
    Aprés , bhein Rabi yerhamha; Qui sait peut etre un nouveau Hassi berkine pourquoi pas ? L'espoir fait vivre;
    Plus sérieusement l'intermede Ouyahia permettra surtout à certain oiseaux migrateurs de faire le plein d'energie en DEZEDIE avant d'aller sous des cieux plus clements avant l'arrivée des grandes tempetes et l'impact avec la montagne de glace . Le delai de grâce? hypothese basse 6 mois Hypothese haute 18. L'iceberg ne peut plus etre evité ; C'est une certitude mathematique!

    Rapporter KIMAGALEK vendredi 15 septembre 2017 21:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».