Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Dr Abderrahmane Mebtoul
  • samedi 30 septembre 2017 12:06

Quelle est la valeur des réserves d’or détenues par l’Algérie ? (contribution)

Le classement du Conseil mondial de l’or (CMO)  sur les réserves mondiales de l’or place l’Algérie en tête en Afrique,  devant l’Afrique du Sud (29e), la Libye (31e), le Maroc (59e) et la Tunisie (77e).

 

Le premier ministre Ahmed Ouyahia  a estimé, mercredi 27 septembre, le  montant  des réserves d’or à environ six (6) milliards de dollars, montant correct selon mes calculs. Dans plusieurs contributions sur ce sujet entre  en 2009/2016 largement diffusée au niveau national et international (arabe- anglais- français)  en fonction des fluctuations du cours de l’once d’or  à la baisse je l’avais estimé à 9 milliards de dollars  fin 2008  et à sept (7)  milliards de dollars fin 2015.

 

1.-Selon le rapport (2016) du Conseil mondial de l’or (CMO), les réserves totales des 100 pays étant estimés à 32.813 tonnes, les États-Unis à la tête du classement avec à son actif 8.133,5 tonnes suivis de l’Allemagne avec 3.384,2 tonnes suivi du Fonds Monétaire International (FMI) avec 2.814 tonnes de réserves arrive à la 3e place de  l’Italie (2.451,8 tonnes) et la France (2.435,6 tonnes). L’Algérie occupe le 25e rang mondial et 3e des pays arabes par ses réserves d’or estimées en 2016  à 173.6 tonnes après l’Arabie Saoudite (322.9 tonnes) et le Liban (286.8 tonnes). En Afrique, l’Algérie arrive en première place devant l’Afrique du Sud (29e), la Libye (31e), le Maroc (59e) et la Tunisie (77e).  Or, dans deux contributions parues en 2009 ‘ et 2016 suite des différents rapports du CMO (2009/2016) , je notais que l’Algérie  déjà en 2009, était  classée à la 22ème place mondiale, avec le même volume de 173,6 tonnes d’or. Pour déterminer la valeur intrinsèque du lingot de 1 kilogramme d'or, il faut multiplier le prix de l'once d'or par 32,15, puis appliquer le taux de change euro/dollar. La dépréciation la valeur monétaire reconvertie en dollars  de l’or entre 2009/2015 a également fait perdre plus de 2,5 milliards de dollars de sa valeur monétaire au stock algérien d’or, que j’avais estimée, en 2009 , à 9,75 milliards de dollars.  Le 29 septembre 2017  l’once d’or est coté à 1, 287,97 dollars. Mais il faut raisonner à prix constants. A prix courant, pour septembre  2015, pour l’Algérie cela donnait  un montant légèrement supérieur à 7 milliards de dollars et pour septembre 2015 effectivement, comme le rapporte le premier ministre, à environ 6 milliards de dollars  représentant environ 5,82% des réserves de change  estimées à 103 milliards de dollars fin juillet 2017.

2.-Où est la production additionnelle de la mine d’or d’Amesmessa ? Face à ces données récentes l’opinion algérienne a besoin d’être éclairée, sur la situation pour le moins paradoxale, du stock de réserves algériennes d’or, qui n’a pas bougé depuis 2009, alors que l’Algérie s’est lancée dans l’exploitation d’un gisement d’or à Amessmessa et annoncé une production importante. En principe, les stocks d’or auraient dû augmenter suite au lancement de la production dans les gisements aurifères du sud du pays. Il serait souhaitable que le gouverneur de la banque d’Algérie de nous éclairer sur cette situation paradoxale à moins que l’exploitation de la mine d’or au Sud du pays n’ait rien produit contredisant donc les déclarations des différents ministres de l’énergie qui se sont succédés de 2009 à 2015 qui avaient annoncé officiellement devant les caméras de la télévision algérienne officielle et à l’APS une production importante. Le 30 janvier 2010 dans une déclaration à l’APS le directeur général de l'entreprise d'exploitation des mines d'or (ENOR) avait déclaré officiellement je le cite « Le gisement d'Amessmessa, situé à 460 km à l'Ouest de Tamanrasset, va bénéficier d'un plan de développement avec pour objectif de hausser graduellement sa production aurifère à trois tonnes d'or annuellement…. s'agissant des exportations de l'entreprise entre 2009/2010, elles ont été de l'ordre de 848,49 kg d'or, tandis que le marché local a consommé seulement 208,78 kg d'or». La question qui se pose donc est où est la production additionnelle de la mine d’or d’Amesmessa?

3.-Il faut éviter toute mauvaise interprétation et  l’euphorie et préciser que la monnaie est avant tout un rapport social traduisant le rapport confiance Etat/citoyens, un signe permettant les échanges ne créant pas de richesses. Autrefois, les tribus d’Australie utilisaient les barres de sel du fait de sa rareté comme moyen d’échange. Au contraire la thésaurisation et la spéculation dans les valeurs refuges comme l’or, certaines devises ou certaines matières premières est nocive à toute économie. Avoir des réserves de change en devises ou en or est ne traduit pas  forcément la richesse d’une Nation. Il existe des pays ayant peu ou pas de réserves de change détenues par les banques centrales mais connaissant un  important développement le capital argent ayant été transformé en capital  productif. C’est une condition nécessaire mais pas suffisante pour sécuriser l’investissement et surtout pour des pays rentiers éviter un dérapage plus important de la valeur du dinar par rapport aux devises où existe une corrélation d’environ 70% entre la valeur actuelle du dinar, et ce stock de devises via la rente des hydrocarbures. Avec des réserves de change  de 20 milliards de dollars,  le dinar algérien flotterait à plus de 200 dinars un euro au cours officiel et 250/300  dinars un euro sur le marché informel. C’est loin donc  d’être une condition suffisante d’un développement durable et surtout provenant d’une rente éphémère, les hydrocarbures. Le problème central pour l’Algérie est de transformer cette richesse virtuelle en richesse réelle passant par un développement hors hydrocarbures se fondant sur l’entreprise et le savoir, le tout conditionné par une nouvelle gouvernance.   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Professeur des universités, expert international Dr Abderrahmane MEBTOUL

 

 

 

 

ANNEXE

 

Quelle a été l’évolution du cours officiel du dinar par rapport  au dollar et de l’euro  2012-2017 selon la banque d’Algérie, le taux d’inflation officiel et les réserves de change  en milliards de dollars? Les sorties de devise sen 2016 ont été d’environ 60 milliards de dollars –biens services  et transferts légaux de capitaux -Pour 20147 elles varieront entre 55/60 milliards de dollars pour une entrée d’environ 32/33 milliards de dollars contre 29,5 en 2016.  Sur Le marché parallèle après les discours de sinistrose  « faillite de l’Algérie » et  la décision de recourir à la planche à billets,  le cours en une année est passé de 180 dinars un euro début 2016   à   198/200 dinars un euro mi septembre 2016 avec une poussé inflationniste sans précédent  pour les produits de première nécessité non  subventionnes allant de 20 à 60% et plus pour certains produits.

___________________________________________________________________________

                                     2012             2013             2014            2015               2016          septembre 2017

Dollar                          77,55           79,38              80,56         100,46             109,47          113,05

Euro                          102,95         106,89            107,05         117,06             116,3            133,44

Taux inflation          8,89%           3,25%               2,92%          4,78%               6,40%           ?         _________________________________________________________________________________

Réserves         190,6 milliards      194,0                 179,9          144,1               114        moins de 97 fin 2017 _________________________________________________________________________________       

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • On n'arrive pas à vous lire, Mr MEBTOUL, donc à vous suivre, la plupart de vos textes sont parsemées d'innombrables fautes d'orthographes. Sachant que vos interventions sont potentiellement intéressantes, je cède très souvent devant la difficulté à devoir vous déchiffrer.
    un exemple saisi au hasard, vous dites: "Il faut éviter toute mauvaise interprétation et l’euphorie et préciser que la monnaie est avant tout un rapport social traduisant le rapport confiance Etat/citoyens, un signe permettant les échanges ne créant pas de richesses". j'aurais écrit:"Il faut éviter toute mauvaise interprétation ainsi que l’euphorie qui s'y attache comme il faut préciser aussi que la monnaie exprime avant tout un rapport social qui traduit le rapport confiance entre l'Etat et le citoyen, la monnaie reste un signe qui permet les échanges, mais qui ne crée pas de richesses." CORDIALEMENT.

    Rapporter rachid khouya samedi 30 septembre 2017 17:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».