Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Aissa MANSEUR
  • mercredi 2 mai 2018 15:15

Contribution: Le bradage des terres agricoles menace la nourriture des générations futures

 

C’est incroyable ce qui se passe chez nous, le bardage des terres agricoles est devenu « monnaie courante ». A chaque fois que l’on se trouve dans le besoin du foncier pour y implanter des projets industriels ou d’urbanisme, on  « se rabat » sur les terres agricoles, une proie facile bien que leur protection soit consacrée par la réglementation algérienne.

La constitution dans son article 19 stipule que l’état protège les ressources naturelles dont les terres agricoles et l’eau en les préservant pour les générations futures. Avant c’était au tour de la lois de l’orientation agricole promulguée en 2016 de consacrer également la protection des terres agricoles et l’interdiction de les détourner de leur vocation d’origine. Le déclassement des terres agricoles est certes conforme à la législation (qui se fait par arrêté interministériel) mais ne renforce aucunement l’idée de faire de l’agriculture une alternative aux hydrocarbures, la situation exige le renforcement du secteur avec tous les moyens en notre possession pour connaitre, un jour, l’essor recherché.                                                                               

Une fausse idée tente de nous faire admettre que le déclassement des terres agricoles ne concerne que les terres non productives et souvent non exploitées. Comment peut-on dire qu’elles sont improductives si elles n’étaient pas exploitées ? Pourquoi dans ce cas elles ont été alors classées comme  terrains agricoles ?                              

Quelque soit la nature de ces terres non ou peu productives, elles sont meilleures que les terrains du sud qu’on « force » à produire en dépit de leur pauvreté en élément nutritifs, par des dépenses exorbitantes !                                                                          

Aucune raison ne peut justifier de telles décisions, Comment l’agriculture peut être une alternative aux hydrocarbures alors qu’on la prive du facteur le plus important et plus déterminant pour produire ?

On se retrouve donc dans le besoin de consacrer beaucoup d’efforts à l’extension de la surface agricole utile (SAU) afin de produire plus pour satisfaire les besoins alimentaires  de la population qui ne cesse de s’accroitre, alors qu’on assiste à leur rétrécissement permanent avec la complicité de tout le monde ! 

De vastes superficies territoriales qui s’étendent sur 238 millions d’hectares, on ne vise que les 8.5 millions hectares de la surface agricole utile (SAU) ! Cela peut s’expliquer peut être par le fait que les terres agricoles sont faciles à aménager et ne nécessitent pas de gros œuvres dont des dépenses beaucoup moins ! C’est aberrant et incompréhensible !                                                                  

L’affaire récente de l’agriculteur d’Oran qui se voit confisquer la terre agricole qu’il exploite en vu d’y implanter un projet industriel est éloquente. Des terres productrices de céréale et de surcroit du blé tendre sont menacées de bétonnage !

Le blé tendre est importé chaque année par l’Algérie à coup de milliards de dollars et son manque se fait sentir. Pour avoir une idée de ce marché ; l’on produit 5 millions de quintaux par an en Algérie et on en importe 60 millions ! ce qui représente plus de 10 fois la production !

Dans ce contexte, comment comprendre cette décision de transformer cette terre agricole fertile en une zone industrielle ? le choix ne peut en aucun cas être posé a moins que le projet produise de l’or en barres !

Combien d’hectares de terres agricoles ont été agressés sans pour autant que l’opinion publique n’en prenne connaissance ? C’est aberrant et incompréhensible que l’on brade des terres agricoles sans que personne ne lève le petit doigt !                                                

Selon un cadre du Ministère de l’agriculture il s’agit de 200 000 hectares qui sont concerné par ce phénomène mais je suppose que le nombre et beaucoup plus important, des villes entières et de nombreuses zones industrielles ont été érigées sur des terres agricoles, parfois même très fertiles !

Il est temps que ces pratiques malsaines cessent, il est indispensable de protéger et de préserver les terres agricoles, il est également impératif  à travailler d’arrache pieds pour arriver à l’extension de ces terres a fin de pouvoir assurer la nourriture des générations futures.                                                                  

Les terres agricoles sont le capital essentiel de la nation dont la protection concerne la société toute entière !

 

* expert consultant en agriculture 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...