Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Farhat Othman
  • jeudi 1 février 2018 18:00

Chemins de fer tunisiens : Encore un sabotage pour une privatisation (opinion)

Ce qui aggrave la situation est le fait que les convoitises capitalistes sur la société, de plus en plus voraces, s’allient aux intentions malignes de certaines parties dont le but est d'envenimer la situation de crise de l’État à travers son économie.

 

  

Les sabotages se multiplient à la SNCFT pour aggraver ses difficultés en vue d’accélérer sa privatisation souhaitée par le grand capital avec des complicités idéologiquement orientées.    

Pour faire couler la société, tous les prétextes sont bons. Cette fois-ci, la dernière invoquée est l’arrestation d’un cheminot ayant été la cause d’un récent accident.     

 

Dans l’œil du cyclone capitaliste

 

Ce qui aggrave la situation est le fait que les convoitises capitalistes sur la société, de plus en plus voraces, s’allient aux intentions malignes de certaines parties dont le but est d'envenimer la situation de crise de l’État à travers son économie.

Politiquement, c’est disposer d'un bel atout que d’avoir l’opportunité d’apparaître le sauveur du pays quand rien n'y marche plus, notamment ses services publics. Aussi, ce n’est plus le seul capital qui est en cause, mais ses complices dans la politique politicienne sans lesquels il serait sans nulle force dans un pays pauvre.

Pour cela, plus que jamais, nous estimons que le salut de la Tunisie ne peut être assuré qu’en articulant l’État tunisien à un système de droit qui marche et dont les standards juridiques pourraient alors s’appliquer par la force de la loi en une Tunisie où personne ne respecte la loi qui est, de plus, illégitime étant injuste. Et pour cela nous le répétons ici : il n’y a de solution à la crise de la Tunisie que dans l’adhésion au plus vite à l’Union européenne.

La situation à la SNCFT a atteint aujourd'hui un point de non-retour dans les menées entendant faire chuter au plus vite ce service public dans l’escarcelle du secteur privé. Car il ne fait plus de doutes que cela relève d'une stratégie non seulement bien arrêtée, mais aussi rendement menée par les différents protagonistes venant d’horizons divers, aussi bien national qu’international, politique qu’économique, social qu’idéologique.

Tous ont un point commun, même si leurs intérêts peuvent diverger pour les détails : le service du grand capital financier international. Pour la Tunisie, cela se traduit par la privatisation des entreprises du service public, hier encore la fierté du pays.

Tout porte à croire que l’on cherche à commencer par le chemin de fer où les retards ne suffisent plus; il importe de détourner les clients du train. Pour cela, tous les moyens sont bons du moment qu’ils ont un label syndical puisque le syndicalisme dans notre pays n’est plus ce qu’il était

 

Le jouet d'une mascarade syndicale

 

Voici une bonne illustration de ce qui précède : ce qui est arrivé ce lundi pour le train devant quitter Sfax pour rallier Tunis à 13h20. S'il est finalement parti à 16h20, c'est bien après une comédie quasi burlesque si elle n'était pas dramatique pour la société et ses fidèles clients.

On a commencé par annoncer un retard, différant le départ à 14H dans l’attente de l’arrivée du train, parti de Tunis à 8H25 et qui devait faire l’aller-retour. Celui-ci étant arrivé à 13h30 avec le retard devenu habituel de plus d’une heure, on fait savoir aux voyageurs qu’il ne partira pas dans l’immédiat et qu’on ne sait pas s’il doit partir ou non et surtout pas quand. Libre donc aux voyageurs de se faire rembourser ! Et voilà le tour joué : ainsi fait-on perdre à la société de précieux clients.

Pour une telle visée, peu importait au syndicat le prétexte invoqué pour justifier cette entreprise de véritable sabotage. Car lorsque le train a fini par partir, il ne restait qu’une poignée de voyageurs fidèles au service public au grand dam de certains agents de la société qu’on voyait surveiller le nombre de qui restait comme s’ils espéraient ne plus en voir aucun dans la gare, annuler purement et simplement le voyage et mieux perdre la société. Déjà, la perte pour la journée était énorme, non seulement du fait des billets remboursés, mais aussi en termes de carburant gaspillé, puisque la voiture motrice est restée en marche tout le temps de l’arrêt forcé, soit plus de deux heures et demie. Peu importait la perte ainsi occasionnée pour la société; n'était-ce pas le but recherché ?

Jusqu’à quand donc doit-on encore tolérer une telle situation à la SNCFT, le sabotage éhonté d’un service public qu’on veut privatiser ? Comment l’UGTT de Hached permet-elle ce vrai crime au vu des intérêts légitimes de la patrie attachée à ses services publics, dont ce fleuron qu'est le chemin de fer public ? N’a-elle pas souvent réitéré son attachement aux services publics du pays ?  

S'agit-il de simples paroles sans nul fondement ? Ou la centrale syndicale serait-elle en train d’être dépassée par ses troupes dont certaines versent, de plus en plus, dans ce relèverait de tout, sauf d'un syndicalisme responsable. Or, son esprit a toujours était dans le pays de construire et non de détruire. Du moins ainsi que nous l'a légué Frahat Hached dont on viole ainsi et la mémoire et l'héritage.   

 

(*) Nous republions les articles de Farhat Othman, avec son aimable accord. Cet article a été publié initialement sur son blog sous le titre : « SNCFT : Encore un sabotage pour une privatisation ! ».


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.