Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

  •   Abed Charef
  • jeudi 12 janvier 2017 16:05

Le gouvernement Sellal tétanisé par la peur de l'émeute

Image des émeutes qui sont secoué Akbou, dans la wilaya de Bejaïa, début janvier (capture vidéo).

Le Premier ministre a été contraint de monter lui-même au créneau, face à une menace de grève, alors que les mesures annoncées avaient une portée très limitée. Qui a appelé à la grève ? Personne ne le sait. Le gouvernement lui-même est dans l'incapacité d'identifier cette source de déstabilisation potentielle.

 

Une petite rumeur a suffi à paralyser le gouvernement Sellal. Une petite émeute a suffi pour délégitimer un projet économique. Une petite hausse de la TVA a suffi pour menacer le front social d'un embrasement général. En ce début de 2017, le pouvoir en place en Algérie est si fragile, si incertain, si désorienté, qu'il est contraint à un immobilisme destructeur. Contraint d'avancer de biais, ne jouant jamais cartes sur tables, il est obligé de dribbler, de mentir, de nier l'évidence, y compris quand il s'agit de prendre des décisions nécessaires, voire salutaires.

Ce faisant, le pouvoir empêche le pays de prendre les virages indispensables, et discrédite, par sa seule présence, des mesures vitales. Il devient alors un sérieux danger pour le pays.

Les pérégrinations de l'équipe dirigée par M. Abdelmalek Sellal ces dernières semaines l'ont clairement illustré. Le premier ministre a été contraint de monter lui-même au créneau, face à une menace de grève, alors que les mesures annoncées avaient une portée très limitée. Qui a appelé à la grève ? Personne ne le sait. Le gouvernement lui-même est dans l'incapacité d'identifier cette source de déstabilisation potentielle.

Et que dit M. Sellal ? Il n'assume pas les décisions prises. A peine évoque-t-il leur impact limité, ce en quoi il a raison. Mais sur le reste, il parle de travers. Il nie la crise, il occulte les problèmes du pays, fait du populisme, et s'arrête aux limites qui lui sont fixées.

 

Handicaps

 

En fait, M. Sellal accumule les handicaps. D'abord, il ne décide pas. Il essaie, tant bien que mal, de traduire en actes de gestion des orientations qu'on lui transmet. Celles-ci se résument à une équation impossible à résoudre : gérer la crise, en évitant à tout prix un embrasement du front social.

Ceci amène M. Sellal à prendre des mesures nécessaires dans l'absolu, mais fragmentées, partielles, sans cohérence entre elles, et qui deviennent à la fois antipopulaires et contre-productives; sa position est si aléatoire qu'il est incapable de convaincre du bien-fondé de ses décisions. Il avance d'un pas, mais recule dès que la rue gronde. Ses ministres font de même, comme l'a confirmé Mme Benghabrit avec cette ridicule affaire de vacances scolaires.

Au final, le gouvernement est réduit à l'impuissance, à l'inaction, au mieux à agir à un rythme excessivement lent. Il prend, en un mandat présidentiel, les mesures qui auraient pu être prises en un semestre. Et en plus, il est battu à plate couture par une contre-propagande qui l'accuse de vouloir affamer le peuple.

 

La TVA ? Une blague

 

Pourtant, les mesures qu'il prend n'ont qu'un impact très limité. Et contrairement à ce qui s'écrit, l'augmentation de la TVA, par exemple, n'a pas d'impact majeur sur le pouvoir d'achat.

En période de crise, non seulement la mesure peut se justifier, mais elle peut être compensée par un effort minime d'amélioration de la gouvernance. Personne ne refuserait de payer deux pour cent de TVA supplémentaire si les rues étaient un peu plus propres, si la connexion internet était un peu plus stable, si les avions d'Air Algérie étaient un peu plus ponctuels, si les coupures d'électricité étaient un peu moins nombreuses, et si l'argent récolté était destiné à autre chose qu'à construire des dos d'ânes, à être détourné ou à financer des projets confiés à Ali Haddad.

Allons plus loin. Il y a des secteurs qui ne sont plus gérables aux prix actuels, et où augmenter les prix relève de l'évidence. Vendre le carburant, l'électricité, le lait, l'eau, le pain aux prix actuels est antiéconomique et antisocial. Ce niveau de prix rend certains secteurs totalement ingérables.

Une amélioration de la gestion y est impossible : comment améliorer la gestion quand remplacer un compteur désuet par un autre performant coûte trois années de consommation? Comment lutter contre le gaspillage d'électricité quand on baisse les prix pour une catégorie de consommateurs qui menacent de « couper la route »?

 

Erreur sur toute la ligne

 

Une précision : ceci n'est pas un plaidoyer pour une augmentation des prix. Il s'agit plutôt de dire que le gouvernement se trompe d'époque, de méthode, de moyens et d'objectifs. Il ne s'agit pas, aujourd'hui, de pallier au déficit budgétaire, mais de lancer des réformes de fond pour construire une économie viable.

Il ne s'agit pas de prier pour que le baril remonte, mais de mettre en place une démarche qui permette de diminuer progressivement le poids des hydrocarbures dans l'économie du pays, pour s'en défaire sur un délai raisonnable, une ou deux décennies. Il ne s'agit pas de réviser la loi sur la santé pour remédier aux dysfonctionnements criards, mais de remplacer un système obsolète, conçu pour l'Algérie des années 1960, celle où les maladies pandémiques étaient la tuberculose, la malnutrition, la galle, par un autre système en mesure de prendre en charge une population plutôt âgée, avec des pathologies dominées par le diabète, les maladies cardiovasculaires et la malbouffe.

Et c'est là que le système Bouteflika échoue, jusqu'à la caricature : alors que l'incubateur des biotechnologies de Sidi Abdallah patauge, alors que Saïdal et les grandes entreprises privées de médicaments sont étouffées, alors que les cliniques privées, pourtant dument installées, sont exclues du système de sécurité sociale, l'Algérie officielle et médiathèque fait la promotion du fameux médicament "Rahmet Rabbi" et du charlatan Bellahmar.

Un système politique qui mène à ces extrémités ne peut que trembler face à la moindre fièvre sociale, car il n'a ni la légitimité, ni la technicité pour gérer la complexité de la société algérienne de ce nouveau siècle.

 

(*) Cet article a été publié dans "Le Quotidien d'Oran" et le journal électronique Huffington Post Algérie.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Un pays qui vit de ses rentes ne fait que retarder sa ruine et sa faillite.Un Etat qui repose sur la force brute et la corruption des élites, est fragile et peut s'effondrer à tout moment.Le chantage au chaos du " printemps arabe" pour maintenir et vanter la stabilité despotique comme unique alternative au clan au pouvoir, est un leurre et une illusion éphémère.Car qui sème le vent...

    Rapporter AKSIL vendredi 13 janvier 2017 17:37
  • Mr Sellal sait qui est à l’origine des émeutes. A qui profite le crime ????
    La mafia de l’informel est bel et bien incrustée dans tous les rouages de l’état. Elle est puissante.
    Et ne cèdera rien, son avidité et sans limite.
    Voilà belle lurette que Boutef et ses hommes ne sont que des pantins. C’est comme ça ou c’est le chaos.
    Les émeutes de Bejaïa ne sont qu’un coup de semonce. à bon entendeur.

    Rapporter Djazairi vendredi 13 janvier 2017 09:43
  • Très bon papier. Bravo Monsieur Abed Charef.
    Des fois vous dites des conneries (probablement exprès), mais là vous avez une analyse très juste.

    Rapporter Moh jeudi 12 janvier 2017 19:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Le Comité de soutien au journal Al Fadjr est né: "Pour un nouveau modèle de l’édition de presse"

Le comité de soutien au journal Al Fadjr est né, lors d’une assemblée générale, ce samedi 18 novembre 2017 à la maison de la presse Tahar Djaout.

PLF 2018 : La Commission des finances de l'APN retire l'impôt sur la fortune

  La Commission des finances de l'APN a jugé "inutile" d'introduire un impôt sur la fortune, dont la mise en application est impossible faute d'une législation fiscale moderne et de mécanisme d'évaluation de la fortune.  

Tunisie- L'âge de départ à la retraite sera porté à 62 ans à partir de 2020

A partir de 2020, l’âge de la retraite sera porté  à deux ans de façon obligatoire et progressive et il est possible de proroger l’âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans pour ceux qui le désirent.