Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Mars 2017

  •   Farhat Othman
  • jeudi 2 mars 2017 10:13

Quelle issue non platonique pour la Libye? (opinion)

Combats à Syrte (ph. : Reuters).

Qui ignore aujourd'hui que, parmi les motivations de la cabale orchestrée contre le dictateur que fut Kadhafi, étaient de contrer ses initiatives, certes écervelées pour l'essentiel, mais qui n'étaient pas moins de nature à perturber le désordre mondial dominé par de supposés seigneurs devenus, pour sauvegarder leurs intérêts menacés, des "saigneurs"?

 

  

La Libye est comme la caverne du philosophe où s'agitent des ombres qu'on croit agir et qui ne sont que la projection de l'action de qui est actif dans l'ombre. Aussi, y trouver une issue suppose d'impliquer ces acteurs occultes. 

L'initiative du président de la République (tunisienne, NDLR), mise en œuvre avec talent par son seul représentant, le ministre des Affaires étrangères, est à saluer. Réussira-t-elle, toutefois, à constituer une issue au drame libyen ? Rien n'est moins sûr.

 

Un pas dans le bon sens

 Assurément, c'est un pas dans le bon sens que d'agir dans le cadre de l'ONU en veillant à impliquer toutes les parties libyennes sans

exclusive, tout en assurant que la solution ne saurait venir que de l'intérieur.

C'est censé et nécessaire à dire; mais cela reste insuffisant au vu de l'état actuel du monde, de la situation géostratégique du pays et surtout des causes du drame. 

Or, il est un principe cardinal à ne jamais négliger en science politique, qui consiste à ne pas négliger la cause pour agir efficacement sur l'effet. Surtout que l'on sait, pertinemment, que l'effet ne peut qu'être à la mesure de la cause. Aussi est-il dramatique dans ses retombées néfastes ou fabuleuses dans ses bienfaits selon la petitesse ou la grandeur de la cause, aussi bien morale que matérielle.

 

Agir sur la cause

 

Pourtant, on ne parle pas, ou si peu, de la cause du drame libyen. Quelle est-elle? Pour résumer, disons que ce sont les appétits de l'Occident attirés par les richesses de ce pays subitement déclaré en état de catastrophe. On sait que le chaos est une opportunité pour faire les affaires les plus juteuses. Or, jamais les néocolonialistes n'ont été nombreux autour de l'aubaine libyenne. Outre les richesses du pays, ils ont eu et ont pour but d'empêcher le moindre changement dans l'ordre injuste mondial, bien que devenu obsolète.

Qui ignore aujourd'hui que, parmi les motivations de la cabale orchestrée contre le dictateur que fut Kadhafi, étaient de contrer ses initiatives, certes écervelées pour l'essentiel, mais qui n'étaient pas moins de nature à perturber le désordre mondial dominé par de supposés seigneurs devenus, pour sauvegarder leurs intérêts menacés, des "saigneurs"? Que cela fût réalisé au nom des droits de l'Homme et des libertés des peuples ne change rien à la vérité. 

Bien plus qu'ailleurs, on sait, en Tunisie, qu'on instrumentalise le vrai — et aussi le sacré — pour le faux et l'abject.

 

Une stratégie machiavélique

 

Ne l'oublions pas ! Tout a commencé en Tunisie qui est, au demeurant, la première victime de la tragédie libyenne. On y a initié, comme dans un jeu de quilles politiques, la chute d'une dictature jugée guère plus coopérante ou pas assez avec les visées du néocolonialisme. On agissait à la mise en place d'une stratégie subtile et de longue haleine, devant forcer le changement de la face d'une partie du monde, sans toucher nullement à son désordre devenu flagrant. Cela devait contribuer à en occulter quelques aspects.

L'argument fallacieux, bien que judicieux - répondant aux attentes de peuples asservis -, était bien évidemment la démocratie. Or, on sait pertinemment que même dans l'Occident démocratique, ce supposé pouvoir du peuple n'existe pas ou plus; on n'y a qu'une "daimoncratie", ce pouvoir des démons (daimons) de la politique. Bien évidemment, ces démons sont, aujourd'hui, les gourous de la finance mondiale et les politiques au service du capitalisme mondial, allié pour la circonstance au courant le plus vénal en islam, le salafisme, dans ce "capitalislamisme sauvage". C'est ce qui a donné Daech.

Éventé en Syrie, ce machiavélique complot est désormais dénoncé même chez ses premiers initiateurs en Amérique où l'arrivée du trublion Trump a démontré qu'une telle stratégie du chaos n'était pas la meilleure. 

 

L'impératif de la solidarité

 

On ne peut donc plus continuer de faire comme si de rien n'était. Le responsable du drame libyen est l'Occident qui doit assumer entières ses responsabilités dans la ruine du pays et de ses voisins proches et lointains.  

En cet Occident, ce n'est pas seulement les États-Unis qui doivent être impliqués, mais aussi et surtout l'Union européenne d'où sont partis les premiers traits meurtriers visant Kadhafi et son peuple. 

L'UE ne peut et ne doit plus se limiter à sa pratique actuelle d'une politique de gribouille développant une stratégie inepte visant à verrouiller les frontières de la Libye, jusqu'à y envisager, et en Tunisie aussi, des campements de rétention pour les flux des réfugiés, ces camps de concentration postmodernes. Elle a l'impératif catégorique, aussi bien juridique que moral, d'agir sur les causes en reconnaissant enfin et de manière sérieuse la nécessaire et incontournable solidarité entre les deux rives de la Méditerranée. C'est bien une fatalité qu'impose la sortie inéluctable du paradigme du monde ancien déjà mort e des rapports mondiaux archaïques d'après la seconde Guerre mondiale.

Un tel sursaut salutaire commencera par l'acte spectaculaire en termes symboliques que sera la répudiation de la politique européenne actuelle en matière migratoire. Qu'on ose donc, au préalable, ériger en nouveau dogme la liberté des mouvements humains en usant de l'outil désormais incontournable du visa biométrique de circulation? 

Et qu'on répare le mal fait en proposant l'adhésion à l'Union du Maghreb, Libye y compris. N'est-ce pas ainsi agir sur les causes du drame libyen et chercher utilement à en sortir dans le cadre de la devise européenne de l'unité dans la diversité : in varietate concordia?

 

(*) Cet article a été publié sur le blog de l’auteur. Nous le republions ici avec son aimable accord.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.

Algérie - L'ALNAFT a un nouveau président par intérim, Arezki Hocini

Le remplacement de Sid Ali Betata à la tête de l’Alnaft intervient quelques jours après le remplacement d’Amine Mazouzi à la tête de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach par Abdelmoumene Ould Kaddour, ancien patron de BRC (dissoute), pourtant condamné par la justice pour espionnage au profit d’une puissance étrangère.